Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire - Commander en ligne : pourquoi BDfugue ?

Les Jardins de Babylone

Note: 2/5
(2/5 pour 1 avis)

La Terre paraît bien loin, vue de la Lune, et bien paisible. On n’y distingue pas les longs pipelines qui strient des sols arides et transportent son bien le plus précieux; on ne devine pas la sécheresse qui sévit ni les malheurs qu’elle engendre; on n’y entend pas les plaintes des moins fortunés, ni l’oppression que ces derniers subissent, même si la colère gronde, et enfle, inexorablement.


Atrabile BD muette La Lune Les petits éditeurs pendant la pandémie

Sur la Lune, on ne souffre pas de tout ça, même si on reste tributaire de la Terre et de son eau, que l’on fait importer dans d’énormes containers volants. Il faut aussi, bien sûr, être plus riches et plus puissants que le reste de l’humanité pour mériter cette place de choix sur ce triste satellite, devenu refuge de l’élite mondiale. Politique et poétique, Les Jardins de Babylone use d’une narration à plusieurs voix, où de plus courts chapitres viennent s’enchâsser dans un récit plus grand et plus tortueux. Nicolas Presl dresse alors le portrait d’une humanité minée par ses inégalités et par l’arrogance d’une minorité qui s’arroge tous les droits, même si avidité et égoïsme semblent se retrouver dans toutes les couches de cette société en péril. Entre fable prémonitoire et pur récit de science-fiction, Les Jardins de Babylone refuse tout manichéisme et empoigne à bras-le-corps la complexité du monde et des sentiments humains – et si le constat peut paraître parfois un peu sombre il n’est, heureusement, pas complètement dénué d’espoir, ni d’humour.

Scénariste
Dessinateur
Coloriste
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 06 Novembre 2020
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Les Jardins de Babylone

25/05/2021 | cac
Modifier


Par cac
Note: 2/5

Difficile d'accès. Très beau graphiquement avec une jolie quadrichromie mais un récit muet et comme bien souvent je ne rentre pas dedans. J'ai lu le résumé de l'éditeur après ma lecture, et au final j'étais loin d'avoir compris tout ça notamment sur la Lune devenue un refuge de l'élite. On se trouve à une époque indéterminée avec comme fil rouge un pipeline tel que représenté sur la couverture qui m'avait intrigué. Ce tube d'acier permet l'accès à l'eau qu'on devine une denrée rare et précieuse. Il traverse des cultures de salade et des gens (terroristes ?) vont intercepter le flux. Contrairement à ce que peut laisser présager le titre, l'ouvrage n'a rien à voir avec une histoire sur l'antiquité et la Mésopotamie. Un format assez petit, 4 cases par page. Cela se lit vite. Qu'est-ce qu'on en retient ? Pas grand-chose pour ma part.

25/05/2021 (modifier)