Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire - Commander en ligne : pourquoi BDfugue ?

Beethoven : Le prix de la liberté

Note: 4/5
(4/5 pour 1 avis)

À travers un épisode marquant de la vie de Ludwig van Beethoven, Régis Penet dresse le portrait d’un génie humaniste qui, jamais, ne se soumettra devant les puissants.


1799 - 1815 : Le Premier Empire - Napoléon Bonaparte Biographies Europe centrale et orientale La Boite à Bulles Musique classique Nouveautés BD, comics et manga

« Dites aussi aux Français qu’il reste un homme en Autriche qui ne leur est pas soumis et qu’il ne porte aucun titre ! » 1806, Beethoven a 36 ans et réside au palais du prince Alois von Lichnowsky, son ami et mécène, où il va nouer une amitié avec le jeune fils du prince, Eduard. C’est le temps des grandes conquêtes napoléoniennes et l’Autriche est désormais occupée par les troupes françaises. Pour montrer aux officiers français qu’il reçoit à dîner, « ce que reste un prince d’Autriche », von Lichnowsky met un point d’honneur à ce que le compositeur joue devant ses hôtes. Mais Beethoven refuse de faire montre de son talent. Par insoumission, non seulement à l’égard des vainqueurs, ces « serviteurs de la tyrannie » mais également à l’égard de son protecteur qui veut l’exhiber. Il est et restera un homme libre ! À travers le récit de cette journée particulière, Régis Penet fait œuvre biographique et dresse un portrait saisissant de « l’ours des salons » : un génie sûr de son talent, indomptable et épris de liberté. Instructif, émouvant… tout simplement magnifique ! Texte : Editeur.

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 19 Mai 2021
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Beethoven : Le prix de la liberté

14/05/2021 | Alix
Modifier


Par Alix
Note: 4/5
L'avatar du posteur Alix

« Le prix de la liberté » est une biographie très partielle de Ludwig van Beethoven. Si elle parle de la vie du compositeur dans sa globalité, elle se concentre surtout sur une journée fatidique, quand il sacrifia son confort et sa loge au prix de sa liberté, en refusant de jouer pour les invités du prince Alois von Lichnowsky. Régis Penet dresse le portrait d’un homme insoumis et sans concessions, aux valeurs inébranlables et au caractère « bien trempé »… un homme remarquable et attachant. La lecture est intéressante et instructive, même pour le béotien de la musique classique que je suis, en partie grâce à une narration légère et un dessin élégant et épuré. Les nombreux passages muets font que les 140 pages de l’album s’avalent rapidement, et j’ai passé un excellent moment de lecture. Un portrait fascinant, qui m’a donné envie de (re)découvrir les différentes symphonies de Beethoven.

14/05/2021 (modifier)