Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire - Commander en ligne : pourquoi BDfugue ?

Alicia, Prima Ballerina Assoluta

Note: 4/5
(4/5 pour 1 avis)

Le portrait d’Alicia Alonso, danseuse cubaine devenue malgré sa cécité grandissante : « prima ballerina assoluta », titre symbolique accordé aux ballerines les plus exceptionnelles de leur génération. Si celle qui restera à jamais l’interprète de Giselle a suscité quantité de vocations dans son pays, elle a aussi dû jouer le rôle, plus controversé, d’ambassadrice du pouvoir castriste. Après le triomphe de la révolution en 1959 de Fidel Castro, elle fonde sa propre compagnie, qui devient le Ballet national de Cuba et créé le style dit « école cubaine » reconnaissable entre tous. La danseuse et chorégraphe cubaine est décédée en 2019 (98 ans).


Biographies Caraïbes La BD au féminin La Danse Nouveautés BD, comics et manga

Dans les rues de La Havane, entre 1959 et 2011, les vies se croisent et se recroisent. Aujourd’hui celle d’Amanda, jeune ballerine en devenir. Hier, celle de Manuela, mère célibataire, qui n’aura fait qu’effleurer son rêve de danseuse classique et enfin celle d’Alicia Alonso, dont on suit l’ascension vers la gloire jusqu’à devenir prima ballerina assoluta au parcours exceptionnel. Dans un Cuba où règnent la débrouille et l’entraide, tout autant que la dénonciation et le marché noir, l’histoire de la démocratisation de la danse classique rime singulièrement avec l’avènement du régime révolutionnaire. Pour Amanda, la compétition est rude pour être parmi les meilleures tandis que pour Alicia, les choix ne sont plus seulement artistiques mais politiques, lorsqu’on voudra faire d’elle un instrument de l’idéologie castriste. Texte : Editeur.

Scénariste
Dessinateur
Coloriste
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution 14 Avril 2021
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Alicia, Prima Ballerina Assoluta

12/04/2021 | Alix
Modifier


Par Alix
Note: 4/5
L'avatar du posteur Alix

Le background de cette BD est passionnant : au travers de la vie de la ballerine cubaine Alicia Alonso, les autrices nous parlent de la danse classique de manière plus générale, et surtout de la vie à Cuba, à l’époque post-révolution castriste, mais aussi de nos jours : société, politique, danse, pauvreté. Le récit se présente sous la forme d’un roman graphique prenant et très humain. La narration est fluide et les sauts temporels entre les deux époques sont bien indiqués. J’ai avalé les 150 pages d’une traite… surtout que la mise en image est réussie, avec un graphisme lisible et élégant. Si je devais chipoter, je dirais qu’il est dommage de ne pas avoir inclus un mini documentaire sur la danseuse en fin d’album… on s’habitue à ce genre de bonus sympathique. Une chouette BD, et un excellent moment de lecture.

12/04/2021 (modifier)