Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

Ma voisine est indonésienne

Note: 4.5/5
(4.5/5 pour 2 avis)

Après Rotterdam, un séjour à fleur d'eau, Emmanuel Lemaire nous offre un nouveau voyage doux, plein de sourires et de surprises pour porter un autre regard sur la France, loin des clichés et des préjugés.


Nouveautés BD, comics et manga

La semaine, madame Hibou est traductrice freelance. Mais le week-end, c'est une aventurière. Venue de sa Papouasie natale, elle prend le train chaque samedi pour visiter l'Hexagone. Charleville-Mézières, Dijon, Niort... Qu'est-ce qui motive cette drôle de voisine et quelle est son histoire ? Emmanuel Lemaire mène l'enquête pour nous livrer un portrait touchant et sensible.

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 20 Janvier 2021
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Ma voisine est indonésienne
Les notes (2)
Logo BDfugue Achetez sur BDfugue !

03/02/2021 | PAco
Modifier


J'ai lu deux fois la BD. Quel régal, quelle fraîcheur. On y trouve de l'humour, de l'instruction, de l'actualité, un peu de suspense et du vécu. On a l'impression de vivre la même aventure, on entre dans l'histoire et on vit les émotions d'Emmanuel. Les dessins sont fabuleux et chapeau. Je la relirai encore car c'est une BD riche mais super accessible et humaine. Bravo Emmanuel.

04/02/2021 (modifier)
Par PAco
Note: 4/5
L'avatar du posteur PAco

Une belle découverte que cet album ! Emmanuel Lemaire que je découvre avec cet album nous propose une découverte croisée de la France et de l'Indonésie par le biais original de sa voisine d'immeuble. Elle est indonésienne et il la surnomme Madame Hibou (traduction phonétique de "Ibu" qui veut dire madame en indonésien. Cette dernière est traductrice freelance la semaine et sillonne l'hexagone en train le week-end. Mais il va lui falloir du temps pour apprivoiser ce drôle de volatile, car Madame Hibou a un caractère des plus surprenant et disparaît tout le temps au moment où on s'y attend le moins. C'est en tout cas par son biais qu'Emmanuel Lemaire découvre l'Indonésie et la France sous un regard nouveau. Si son trait minimaliste et tout en hachures n'est pas des plus engageant au premier abord, on est vite happé par son sens de la narration. Il sait cultiver le mystère et tel un Watson suivant l'auteur on se laisse prendre au jeu et à cette "enquête". Et puis on réalise vite que son dessin n'est pas si réducteur, que les architectures des villes qu'il couche sur le papier sont pleines de sensibilité et précises. Voilà là donc un album tout en finesse et en sensibilité, qui à travers cette étrange petite bonne femme nous fait faire la navette entre l'Indonésie dont je ne connaissais en fait pas grand chose, et la France qu'on redécouvre au travers de cette culture que madame Hibou apprécie tant.

03/02/2021 (modifier)