Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

L'Invasion silencieuse (The Silent Invasion)

Note: 3/5
(3/5 pour 1 avis)

Entre conspirationnisme et science-fiction, un thriller paranoïaque qui évoque « La Quatrième Dimension » ou « Les Envahisseurs »


1946 - 1960 : L'Après-Guerre et le début de la Guerre Froide

Ce classique de la BD « conspirationiste », servie par un scénario paranoïaque à souhait et une ligne claire moderne rappelant celle de Serge Clerc et Daniel Torres, est enfin adapté en français. Ce premier tome d'une tétralogie rappelle les meilleurs épisodes de la série La Quatrième Dimension. 1950. Nous sommes en pleine guerre froide. Matt Sinkage est reporter. Il va tenter de démêler le vrai du faux en enquêtant sur une apparente invasion extra-terrestre qui implique le gouvernement américain, jusque dans les plus hautes sphères du pouvoir. Espions communistes y cotaient des agents corrompus du FBI, des MacCarthistes frapadingues, des Stalinistes prêts à tout, et bien entendu... Des soucoupes volantes !

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 26 Août 2020
Statut histoire Série en cours (tétralogie) 1 tome paru
Dernière parution : Moins d'un an
Couverture de la série L'Invasion silencieuse
Les notes (1)
Cliquez pour lire les avis

21/11/2020 | Blue boy
Modifier


Par Blue boy
Note: 3/5
L'avatar du posteur Blue boy

En ces temps propices à la paranoïa et au complotisme, cet ouvrage, traduit d’un classique de la BD canadienne, arriverait presque à point nommé. Tandis que l’on reproche souvent aux réseaux sociaux de favoriser ce poison antidémocratique, qui semble plus que jamais trouver un écho depuis le début de la crise sanitaire et avec l’élection présidentielle américaine, on aurait presque oublié que le contexte des années 50 — qui marquèrent le début de la Guerre froide — constituait un terreau remarquable pour son épanouissement. Bien sûr, ce thriller mâtiné de SF reste du pur divertissement et ne prétend rien dénoncer, mais restitue assez bien l’atmosphère de l’époque outre-Atlantique, où la Chasse aux sorcières battait son plein contre tout ce qui de près ou de loin était susceptible de remettre en cause le rêve américain. De plus, Larry Hancock, le scénariste, joue aussi avec la terreur que suscitait la possibilité d’une invasion extra-terrestre dans ces années-là. Tout au long du récit, des soucoupes volantes apparaissent ça et là, discrètement dans le coin d’une case, sans que l’on soit sûr de leur réalité dans l’histoire. Il faut dire que le héros, Matt Sinkage, journaliste de profession, est persuadé d’avoir observé des OVNIS. Sa volonté de relater tout phénomène sur le sujet à travers les colonnes de son journal va déclencher de puissantes forces contraires, révélant un complot ourdi par une obscure organisation en lien avec des agents corrompus du FBI. Pour le décrédibiliser et le réduire au silence, on utilisera le prétexte fallacieux d’alliance avec l’ennemi soviétique, le coupant progressivement de ses proches et le conduisant à fuir. Dans cette vaste machination à l’œuvre qui verra les cadavres s’accumuler, plus moyen de faire confiance à qui que ce soit : il suffit d’un claquement de doigt pour que l’ami devienne soudain l’ennemi et vice-versa. Un cocktail diabolique où la raison ne peut que vaciller… Si le scénario reste assez classique, sa construction est bien élaborée. Les dialogues étant assez denses, le lecteur devra faire preuve d’une certaine concentration, d’autant que le trait — une ligne claire à la fois moderne et vintage — de Michael Cherkas ne facilite pas la tâche. Non pas qu’il soit désagréable, loin de là, rappelant beaucoup le travail de Serge Clerc en beaucoup plus stylisé. Cherkas recourt délibérément à des proportions outrancières, où les visages semblent étonnamment minuscules par rapport aux corps surdimensionnés, gênant parfois l’identification (pour cela, on sait gré aux auteurs d’avoir fait une description brève des principaux protagonistes en tête d’ouvrage). Cela peut dérouter au départ mais on finit par s’y habituer voire, pourquoi pas, trouver cela très original… Au final, le premier tome de cette tétralogie est loin de nous avoir révélé tous ses mystères, et on ne serait pas opposé à la perspective d’en connaître la suite. Il ne faut pas s’attendre à des effets grandiloquents, mais l’atmosphère reste assurément étouffante. Peu connus du public européen, ces deux auteurs canadiens ont produit là un comics qui ne va pas révolutionner le genre, certes, mais reste d’une qualité plus que décente. À suivre…

21/11/2020 (modifier)