Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

La Cage aux cons

Note: 3/5
(3/5 pour 1 avis)

« Le con, c'est la grande classe. Sa baraque, un vrai musée. Tout pour me plaire. Y a juste un problème : le con m'a pris en otage. Et plutôt lui faire la peau que de rejoindre les cadavres qui pourrissent dans sa cave... »


Nouveautés BD, comics et manga

C'est l'histoire d'une petite frappe que l'amour de sa vie a foutu à la porte. S'il veut revenir à la maison, ce sera les poches pleines de pognon. Réfugié au bistrot, il repère un type ivre mort. Un vrai con qui se vante d'avoir des millions dans son salon. Il décide de le cambrioler. Mais quand il plonge ses mains dans l'oseille, celles du con se referment sur un flingue. Le voilà séquestré chez un grand bourgeois, beau prince et beau parleur. Fuir ou lui faire la peau ? Telle est sa question.

Scénaristes
Auteur oeuvre originale
Dessinateur
Coloriste
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 07 Octobre 2020
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série La Cage aux cons
Les notes (1)
Cliquez pour lire les avis

01/11/2020 | Mac Arthur
Modifier


L'avatar du posteur Mac Arthur

Il s’en est fallu de peu pour que j’accorde à ce récit la note de 4/5 avec coup de cœur en prime. En fait tout s’est joué sur un twist final que j’ai trouvé tellement peu crédible que je sors finalement de ma lecture sur un sentiment mitigé alors que… - L’entrée en matière est fabuleuse. Dès les premières pages de l’histoire, j’ai été happé par cette narration drôle et vivante. - La machination mise en place surprend et amuse… et puis toujours ces réflexions d’une géniale stupidité de notre con de service accueillant avec flegme l’ubuesque situation dans laquelle il a plongé avec empressement. - Le suspense est bien présent car on se demande en fin de compte quelles sont les motivations de Jacques Cageot-Dinguet même si l’on comprend rapidement que le gars n’est pas tout juste (mais loin d’être stupide). - Le dessin de Robin Recht est très agréable et convient bien au récit. La noirceur des planches nous plonge dans une ambiance de polar glauque tandis que le trait caricatural usé pour les personnages cadre parfaitement avec la farce que les auteurs nous jouent. Non, franchement, il s’en est fallu de peu. Dommage, ce twist final mais c’est une lecture que je recommande quand même vivement car je me suis vraiment bien amusé durant les ¾ du récit.

01/11/2020 (modifier)