Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

Black Jack

Note: 3.29/5
(3.29/5 pour 7 avis)

Black Jack est un médecin marron. Chirurgien de génie, il refuse tout diplôme et tout titre honorifique, monnaie son art contre des sommes exhorbitantes et s'attire les foudres de ses collègues bien pensants. Pourtant, Black Jack n'est pas un profiteur mais un homme d'honneur à la personnalité complexe : Généreux, il n'hésite pas à mettre en jeu sa réputation pour venir en aide aux malheureux. Courageux, il est pret à risquer sa vie pour sauver celle des innocents. Moralisateur, il donne d'impitoyables leçons aux lâches, aux mesquins et aux égoïstes. Sûr de lui, il ne recule pas devant les défis même si il lui arrive de commettre des erreurs de jugement, et d'apprendre de ceux qu'il prenait de haut. D'apparence froide et réservée, parfois cruel, il s'attache à Pinoko, jeune femme de 18 ans enfermée dans le corps d'une enfant... Chaque tome de la série comprend plusieurs histoires courtes, souvent prétextes à une critique impitoyable de la société. Pour ceux qui ne le connaitraient pas, l'auteur, Osamu Tesuka est considéré comme le grand maître du manga. Il est l'auteur d'un nombre impressionnant de bandes dessinées dont les plus connues chez nous sont, par exemple, Le Roi Léo et Astro Boy (Astro le Petit Robot). Sa notoriété au Japon est telle qu'il existe un Prix Tezuka, décerné tous les ans à un auteur de manga.


Akita Shoten Manga : 1996/97, l'explosion Médecine Seinen Tezuka

Enfant, Kuro-Kun est grâvement blessé dans un accident. Le Docteur Homma, un brillant chirurgien, réussit à le guérir mais, pour sauver son visage, n'a d'autre choix que lui greffer la peau d'un enfant métisse. Le jeune homme grandit et, plein d'admiration pour le Docteur Homma, décide lui aussi de devenir médecin. Mais son génie se heurte à la bétise et à l'étroitesse d'esprit de son entourage. Et son esprit indépendant ne saurait s'encombrer d'un diplôme, lui qui déteste tout titre honorifique. Kuro-Kun, rebaptisé Black Jack, exercera donc son art sans diplôme, n'hésitant pas à ruiner ses patients, bien souvent des cas désespérés qui n'ont d'autre recours que s'adresser à lui, se créant une réputation d'homme froid et sans scrupule, prèt à tout pour une grosse somme d'argent. Mais, si Black Jack est bien orgueilleux et cynique, c'est aussi un homme sensible, honnète, qui n'obéit qu'à une seule morale : la sienne. Et c'est en écoutant son coeur qu'il dévoile aux riches leur pauvreté d'âme, montre aux puissants leur faiblesse de caractère, et met à jour les qualités exceptionnelles de gens prétenduement ordinaires... Au cours des différentes histoires qui composent ce grand classique du manga, on en apprendra plus sur le passé du héros, ses forces et ses faiblesses... Mais la plupart des aventures de Black Jack sont prétextes à une critique acerbe de la société japonaise des années 50. Tezuka est sans pitié et sans illusion face au monde qu'il habite, et si certaines conclusions nous sembleront injustes, on gardera toujours l'espoir... L'espoir qu'un jour les gens seront jugés sur ce qu'ils sont et non sur ce qu'ils paraissent, que les victimes redresseront la tête et opposeront à leurs oppresseurs fierté, courage et honneur.

Scénariste
Dessinateur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution Octobre 1996
Statut histoire Histoires courtes (série terminée) 17 tomes parus
Couverture de la série Black Jack
Les notes (7)
Cliquez pour lire les avis

10/02/2003 | Perle
Modifier


Une série intéressante sur la médecine. On y apprend beaucoup de choses sur les maladies incurables comme les cancers, ou les maladies orphelines comme les malformations etc... Mais il y a un gros hic : c'est bien entendu le héros Black Jack qui m'est antipathique et irritant. Bien que j'adore Osamu Tezuka et que ses personnages soient très attachants comme Astro Boy, Songôku le singe, Princesse Saphir et même ses antagonistes tels Acétylène Lamp, Skunk Kusai (mon préféré de tous les personnages de Tezuka), Ham Egg ou Rock, je trouve que Black Jack est vraiment cruel et insensible,contrairement à ce que croient les autres. Certes il soigne des gens et fait des miracles mais je suis choquée que ce personnage demande des prix faramineux pour les soins. Il ne s'en prend pas seulement aux méchants de service mais aussi à des innocents en leur mettant des claques, en les harcelant avec les leçons de morale qu'il donne, saint-nitouche qu'il est ou en les narguant méchamment du genre "La fille qui n'a plus de voix, je lui fais croire, avec un tuyau en caoutchouc que c'est un synthétiseur de voix jusqu'à la faire pleurer en lui disant que c'est une plaisanterie !"(super le contexte!) Et j'évite de trop spoiler ! Il a laissé un animal de mer (l'épaulard) mourir par lâcheté alors que c'était un de ses"amis"! Et je n'aime pas du tout son caractère vengeur ! Certes, il a perdu sa mère, c'est triste, mais il faut qu'il arrête de s'en prendre également aux innocents qui n'en sont pas responsables. (Ce perso de manga me rappelle un personnage célèbre de comics américains qui a subi le même sort : Batman). Black Jack est également infecte avec sa pauvre petite assistante Pinoko - que j'apprécie beaucoup - lorsque celle-ci cherche à lui faire plaisir, à l'aider ou quand elle est amoureuse de lui. Black Jack m'énerve en la prenant pour un bébé ou en la faisant passer pour la 5ème roue de la charette. Il aurait pu la mettre dans le corps d'une femme d'environ 20 ans, depuis le début de sa "naissance"; parce que je trouve que l'amour que lui porte Pinoko avec son accent enfantin, un peu anglais (dans la nouvelle collection de Black Jack, éditée par Asuka, parue en 2008 ) et le fait qu'elle ait un corps d'une toute petite fille évoque quelque chose de malsain. (Une fillette amoureuse d'un adulte?!) Pour conclure, je le recommande uniquement aux fans de la médecine et à ceux qui adorent le style de héros "balafré, rebelle et sans sentiment".D'ailleurs je ne comprends pas pourquoi ce personnage est si aimé du public.

31/12/2012 (MAJ le 01/03/2013) (modifier)
Par Gaston
Note: 4/5
L'avatar du posteur Gaston

Un très bon Tezuka. Les personnages sont bien décrits psychologiquement, surtout le docteur Blackjack qui agit parfois de manière surprenante, qui pourrait paraître méchant. J'ai un véritable coup de coeur pour Pinoko. Elle est trop tordante et les histoires où elle apparaît sont toujours excellentes. Dommage qu'elle apparaisse peu dans certains tomes. Les histoires sont de véritables réflexions sur la nature humaine et le monde qui nous entoure. À lire absolument.

14/08/2007 (MAJ le 10/12/2007) (modifier)

A vrai dire j'ai du mal à comprendre qu'on puisse être aussi enthousiaste que les premiers avis ci-dessous. Black Jack c'est une montagne de petites histoires. L'impression de répétition devient donc assez vite importante et on se lasse un peu. D'autant plus que le format des histoires est trop court, ce qui fait qu'elle finissent assez fréquemment de manière très abrupte, un peu en queue de poisson... En outre, le personnage de Black Jack n'est pas vraiment charismatique. Son caractère est très très particulier, c'est vrai, mais au bout d'un moment on a compris, et la surprise et le goût d'en apprendre ou d'en voir plus s'émoussent... Surtout qu'on sent moins de passion et d'inventivité dans les tomes 3 à 6 (édition Asuka). Par ailleurs, Asuka confère au personnage de Pinoko un "accent bébé" absolument insupportable, c'est vraiment chiant à force. Autre petit détail mais récurrent, Tezuka ne sait pas dessiner les voitures, il les fait toutes carrées et figées. A force c'est un peu agaçant aussi. Il faut aussi garder à l'esprit qu'il s'agit là d'un shonen. Le ton général est donc assez "jeune". Les histoires sont de plus parsemées de personnages très caricaturaux ou de petits "gags" assez particuliers. Personnellement je les trouve plus lourds et mal intégrés que drôles. Alors si les premiers tomes sont plutôt pas mal, les suivants m'ont paru nettement moins intéressants. Le tome 7 vient jeter une lueur d'espoir puisque le personnage de Black Jack est un peu plus consistant, engagé et vivant. A mon avis, il faut en lire quelques épisodes de temps à autre pour apprécier la série, et non pas s'enfiler tous les tomes, sinon gare à l'indigestion. *__*

15/03/2005 (modifier)
Par Altaïr
Note: 3/5

Black Jack a été une déception pour moi... Je trouve le personnage très bien trouvé, extrêmement charismatique, et j'attendais avec impatience de suivre ses aventures... Mais malheureusement, les histoire sont découpées en épisodes trop courts, quand on connait le talent de Tezuka sur les histoires longues c'est frustrant. Et le tout est très naïf, trop naïf à mon goût. Peut-être qu'enfant j'aurais aimé, mais déjà ado je n'acrochais pas trop. C'est sympa à lire une fois, pas deux, si vous avez la possibilité de l'emprunter à quelqu'un ça en vaut la peine, mais bon :o/

22/04/2004 (modifier)

Très très agréable... Mon premier Tezuka, et j'ai enfin pu trouver les 3 adolf que je vais dévorer. Cette oeuvre, à l'origine du cultissime Monster d'Urusawa, nous présente un médecin qui travaille dans l'illégalité. Il s'agit d'une succession de petites histoires. La naïveté de celles-ci, et l'absence de chute nécessairement fortes nous poussent paradoxalement à réfléchir sur des problèmes simples et universels, en pronant la tolérance, le respect d'autrui. La maxime de Tezuka "aimez chaque chose, chaque être vivant" prend toute sa valeur dans ce manga qui se laisse agréablement suivre.

18/04/2004 (modifier)
Par ArzaK
Note: 4/5

Super sympa ce vieux manga ! C’est la seule série de Tezuka que j’aie lu et cela me donne vachement envie de lire le reste de son œuvre. C’est simple, carrément naïf même, mais plein d’humanité. Le dessin a vieilli mais a gardé un charme dingue, c’est très 'mignon'(j’ai pas d’autres mots). Ce graphisme n’a pas grand chose à voir avec le manga actuel, il est même assez proche des bd Disney des années 30. Et on sent également l’influence de la bd européenne chez ce pionnier du manga. Le héros est très attachant, il cultive un côté mystérieux, exprime peu ses émotions, mais on sent toujours qu’il n’en pense pas moins. C’est un personnage qui a beaucoup de charisme. Beaucoup de ces petites histoires (7 par albums) mettent en scène de vraies questions éthiques, avec une belle simplicité. Rafraîchissant et attendrissant !

21/02/2003 (modifier)
Par Perle
Note: 4/5

Bon... Black Jack est une série culte au Japon... Sans doute à l'image de Tintin chez nous. Malgré tout, il m'est difficile de lui donner un 5/5. Le style graphique a beaucoup vieilli et, malgré les connaissances scientifiques poussées de Tezuka, l'oeuil d'un lecteur du 21ème siècle ne pourra qu'être amusé (voir choqué) par de nombreuses fantaisies médicales... Notre conception des choses sur certains phénomènes de société a également grandement évolué depuis les années 50, et il sera difficile de ne pas juger certaines histoires un peu réactionnaires et rétrogrades. Cependant, il serait dommage que ces détails vous empêchent de découvrir cette satire cruelle du monde "moderne", cette caricature tout à la fois graphique et littéraire où personne n'est épargné... Black Jack est une oeuvre à la poésie noire, admirablement originale, visionnaire et intelligente. Les thèmes abordés sont malheureusement, 50 ans après, toujours d'actualité. A noter que Glénat a interrompu la parution de la série (comme plusieurs autres mangas dont ils possédaient les droits). Mais, les histoires étant indépendantes les unes des autres, cette décision commerciale ne devrait pas vous empêcher d'apprécier...

10/02/2003 (modifier)