Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

Trois d'entre elles

Note: 2/5
(2/5 pour 1 avis)

L'itinéraire de 3 femmes de 1968 à 2003


1961 - 1989 : Jusqu'à la fin de la Guerre Froide Echo des Savanes La Comédie Urbaine

3 filles, Foy, Beuve et Opportune, très différentes dans leurs goûts, leurs désirs et leurs passions, mais liées par leur amitié commune, traversent différentes phases de leur vie plus ou moins agréables, et évoluent dans leur caractère au contact de plusieurs hommes et acteurs de leur vie quotidienne.

Scénariste
Dessinateur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution Mars 2004
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Trois d'entre elles
Les notes (1)
Cliquez pour lire les avis

17/06/2020 | Agecanonix
Modifier


L'avatar du posteur Agecanonix

Honnêtement, je ne savais pas trop quoi mettre comme note, hésitant entre 2 et 3/5 sur cette autre Bd de Veyron prépubliée dans l'Echo des Savanes en 2003. Le concept est intéressant mais le fond m'a plusieurs fois horripilé, et je trouve que l'ensemble est assez mal exploité, c'est dommage, Veyron aurait sans doute pu tirer un meilleur parti de cette histoire qui lui permet de brosser des portraits croisés où alternent joies, rires, épreuves, malheurs et leçons de la vie autour de 3 femmes sur une période de 35 ans, entre 1968 et 2003. C'est pas du tout agencé comme une saga, Veyron casse les codes d'une narration normale chronologique, ou plutôt il traite l'itinéraire de ses 3 héroïnes d'une façon chronologique mais en appliquant un mode plus abrupt, plus séquenciel avec des petits chapitres décrivant chacun une période de 5 ans en 5 ans, ça commence en 1968, ça continue en 1973, puis en 1978 etc... ça lui permet de décrire différentes périodes suivant les modes et les tendances de chaque époque, il y a un peu d'émotion et un peu d'humour, mais je trouve qu'il s'y prend mal. Quand je dis humour, c'est relatif parce que ça se veut drôle, mais en fait, je n'ai pas ri ni souri un instant, c'est ce que j'ai remarqué sur ce que j'ai lu dernièrement de Veyron, que ce soit la comédie de moeurs chic Cru Bourgeois ou la farce sur l'argent sale Caca rente, c'est à peu près pareil, on croit y trouver un humour évident, et en fait c'est assez laborieux. Alors ici, certes c'est caustique, cynique et ça égratigne des couches sociales en ratissant large dans la société française, ça montre pas mal de gens superficiels et la connerie ambiante, mais ça ne fait pas vraiment rire, les effets sont noyés sous un monceau de bêtise ridicule, comme ces noms absurdes et stupides de personnages : Ouen, Brieuc, Glinglin, Frusquin, Flour, Gobain et autre Tropez... visiblement Veyron doit trouver amusant de donner des noms de saint quelque chose, mais ça ne fait qu'embrouiller la lecture, déjà qu'il y a un paquet de personnages, il n'est donc guère aisé de les mémoriser par ces noms ridicules. D'autant plus qu'ils vieillissent tous au fil des années vu que la Bd les fait évoluer de 1968 à 2003. Je passerais aussi des absurdités qui me laissent penser qu'on est dans un ton parfois surréaliste, notamment quand on voit un petit vieux sur un paquebot qui est balancé par dessus bord par 2 balaises sans que personne ne s'étonne, ou qu'une bonne femme bute à coup de revolver une autre bonne femme au bord d'une piscine sans que personne ne bronche... j'avoue que là, ça laisse songeur. En bref, si c'est là la conception de l'humour de Veyron, eh ben je lui laisse, pour moi ce n'est plus le Veyron des débuts, tranchant, percutant et subtil comme dans L'Amour Propre (Ne le reste ...) ou même certains épisodes de Bernard Lermite, de même que son dessin semble aussi avoir baissé en qualité, je trouve que certains visages sont plus laids qu'avant, il y a une sorte de laisser-aller, je sais pas ou c'est une impression, ses décors par contre sont chouettes, mais tout bien réfléchi, cette Bd mérite bien son 2/5.

17/06/2020 (modifier)