Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

Yerushalaïm

Note: 3/5
(3/5 pour 1 avis)

Dans un décor de IIIème Reich, l'amour impossible entre un officier nazi et une jeune juive


1930 - 1938 : De la Grande Dépression aux prémisces de la Seconde Guerre Mondiale Allemagne Nazisme et Shoah Vécu

Allemagne, 1937. Le nazisme s'empare du pays quand les idées du national-socialisme et sa politique aryenne de pureté de la race, le conduisent à mener le peuple juif à l'extermination. Au milieu de cette tourmente dévastatrice, deux êtres s'aiment, l'ennui c'est que lui est un officier de la Luftwaffe et as de l'aviation, elle une jeune juive innocente. Comment braver la folie du nazisme ? comment lui échapper ? est-ce que l'amour fou y parviendra ?

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution Décembre 1985
Statut histoire Série terminée 2 tomes parus
Couverture de la série Yerushalaïm
Les notes (1)
Cliquez pour lire les avis

18/04/2020 | Agecanonix
Modifier


L'avatar du posteur Agecanonix

Comment peut-on être juif en Allemagne en 1939 puis pendant la guerre ? Schetter qui devient ici scénariste en laissant le crayon à Moynot, tente de répondre à cette épineuse question en entrainant le lecteur en plein IIIème Reich et en imaginant l'inimaginable : les amours (contrariées) d'un officier allemand et qui plus est SS, et d'une jeune femme juive nommée Shoshik. En fait, ce sont 3 personnages qui vont être ballotés et emportés dans la tourmente qui embrase l'Europe : l'officier nazi, la femme juive et une comtesse balte qui vient un peu compliquer cet échiquier, ils sont reliés dans une sorte de drame faustien tandis que la guerre étend son spectre implacable. C'est un jeu du chat et de la souris qui met plus au premier plan l'officier et son amante, dans une dialectique du maître et de l'esclave, ou dans un accouplement que la société allemande de l'époque considère contre nature, auquel s'ajoutent les problèmes du sadisme et du masochisme ; je ne peux pas trop en dire de peur de déflorer le fond du sujet qui réserve bien des surprises. Emmanuel Moynot débutait, c'était sa première Bd importante, je me suis basé sur ce que je connaissais surtout de ses travaux sur sa reprise de Nestor Burma, n'ayant peu lu d'autres séries ; je trouve que son dessin n'est pas encore au top en 1985, le trait n'est pas joli, les contours sont approximatifs et il y a des erreurs de proportion, mais dans l'ensemble, il s'en sort pas trop mal, et sa reconstitution historique est correcte. Voici donc encore un diptyque de la collection Vécu peu connu, une honnête réussite sur un voyage hasardeux au bout de la folie, un récit singulier de la part de Schetter, même si son scénario est complexe et ardu.

18/04/2020 (modifier)