Dépôt de bilan de compétences

Note: 4/5
(4/5 pour 3 avis)

" Quand j'avais ton âge, je croyais que si on ne travaillait pas, on pouvait mourir " " Ben, en fait, non ça va "


Les petits éditeurs indépendants Les petits éditeurs pendant la pandémie

Dans cette nouvelle BD, David Snug s’inspire de son parcours professionnel pour nous livrer une critique du travail décalée et documentée. Héritier de Bob Black et Paul Lafargue, il dénonce avec humour l’absurdité du salariat et les travers du capitalisme tout en cultivant ce goût pour la liberté et l’autonomie qui lui sont chers. De ses études d’art appliqué à l’usine en passant par la case chômage, l’intérim et son lot de boulots précaires, il aborde la question du déterminisme social, la pénibilité du travail à la chaîne, la vacuité des formations dites professionnalisantes, pour pointer les dysfonctionnements du système et prôner une vie en marge, mais pas oisive, et envisager des pistes alternatives d’activités.

Scénariste
Dessinateur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution 28 Février 2020
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Dépôt de bilan de compétences © Nada Editions 2020

24/02/2020 | Yann135
Modifier


Par Ju
Note: 4/5 Coups de coeur expiré
L'avatar du posteur Ju

J'avais déjà repéré David Snug et je voulais lire un de ces albums. Voilà qui est fait, et je peux dire que je ne suis pas déçu. L'auteur, donc David Snug, parle à son lui du passé de toutes ses expériences professionnelles passées (et à venir, donc). Avec un DEUG en Arts Plastiques, qu'il a fait car il aimait dessiner, pas facile de trouver un emploi "respectable", de "s'insérer dans la société" par le travail. Pas facile non plus de rester à vie dans un emploi rébarbatif, dur physiquement, et mal payé. Pourtant, plein de gens le font, parce qu'ils n'ont pas le choix. Mais David Snug a décidé qu'il ne voulait pas vivre comme ça. Nous le suivons tout au long de son parcours professionnel jusqu'à arriver à la conclusion qu'il en a soupé du travail, de vivre pour un salaire en étant constamment méprisé par les patrons/CPE/employés de Pôle Emploi, etc. Le propos est très intéressant, pas moralisateur et, finalement, bien argumenté à travers les petites saynètes de la vie de Snug. La bd est, d'ailleurs, assez drôle. L'humour est souvent présent et les dialogues assez savoureux, que ce soit entre David Snug et David Snug ou entre David Snug et ses différents employeurs/interlocuteurs du travail. Ça se lit donc très facilement et très vite. Au final, on passe un bon moment à lire les gags et ceux-ci nous amènent, sans qu'on s'en rende compte, au propos où l'auteur veut nous emmener, à savoir celui que j'ai développé plus haut. Je dois avouer qu'à la lecture des rares planches que j'ai vues de cette bd-ci et des autres, j'avais un peu peur d'un humour un peu gras et lourd. Au final, je n'ai pas du tout eu cette impression. En ce qui concerne le dessin, j'aime beaucoup le style de Snug, qui est assez basique mais très bien maitrisé. En plus, son personnage, qu'il met en scène dans cette bd et les autres est très reconnaissable, avec sa barbe et son accoutrement. Et les petits monstres rampants qu'il glisse dans la plupart de ses cases participent aussi à rendre les dessins de Snug uniques et particuliers. Je conseille donc cette lecture et, quant à moi, je vais me diriger vers les autres bandes dessinées de David Snug !

24/01/2022 (modifier)
L'avatar du posteur Noirdésir

David Snug est un auteur que j’apprends à connaitre, de mieux en mieux, en lisant ses albums, très autobiographiques. Et celui-ci complète la présentation du bonhomme. En effet, nous suivons les dialogues entre le Snug d’aujourd’hui et celui qu’il était entre la fin de l’adolescence et le début de l’âge adulte, lorsque certains choix se sont imposés à lui. Succession de plus ou moins courts moments/anecdotes, de flash-backs narrés par le jeune au vieux qui connait déjà la chute et qui attend, le sarcasme aux lèvres, que son « lui plus jeune » comprenne les leçons de la vie. Au milieu de tout ça, quelques gags récurrents (le début peu chaleureux des entretiens à Pôle Emploi, dans l’agence d’intérim ou dans certains lieux de travail par exemple). Et aussi, mais c’est habituel chez Snug, une vision blasée, au vitriol, de la société, avec en particulier certains comptes à régler avec l’école, le monde du travail (beaucoup des personnages de ces deux univers auquel notre héros est réfractaire sont d’ailleurs affublés de patronyme singeant les dirigeants nazis) : Snug, dans une attitude anar qui traverse ses albums (et donc sa vie), rejette le travail salarié – qui le lui rend bien d’ailleurs ! La postface et l’importante bibliographie en fin de volume complète très bien l’album, qui est donc une illustration plaisante, vivante d’une possibilité de refus du salariat. La narration est fluide (le dessin, simpliste comme d’habitude, passe très bien dans ce genre de production), c’est frais, parfois amusant. C’est en tout cas une lecture recommandable, l’un des meilleurs albums de cet auteur qui développe une œuvre d’autofiction qui s’écarte des sentiers battus. Note réelle 3,5/5.

04/01/2021 (modifier)
Par Yann135
Note: 4/5
L'avatar du posteur Yann135

D’habitude je choisis mes BD par rapport au graphisme. J’apprécie particulièrement quand celui-ci est détaillé, fouillé et coloré. Le style de David Snug est tout autre, le dessin est simpliste et en noir et blanc. Hum hum ça commence bien ! J’ai une heure devant moi. Je décide néanmoins de plonger dans la lecture de cette BD. S’inspirant de son propre parcours professionnel depuis l’école jusqu’à sa vie d’adulte, David Snug se met donc en scène pour une critique décalée du travail. On le suit ainsi dans son cursus d’Arts appliqués et ses divers petits boulots précaires. Et franchement, on se laisse rapidement glisser dans cette narration personnelle humoristique. Des passages vraiment cocasses qui font que cet album se révèle un divertissement plaisant. Une belle surprise que je recommande.

24/02/2020 (modifier)