Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

Les Mésaventures inachevées du Plombier Maudit

Note: 4/5
(4/5 pour 1 avis)

Délire foutraque.


Echo des Savanes

Un plombier est appelé au chevet d'une baignoire. Enfin de la baignoire d'une dame. Et est attaqué par les deux ! S'ensuivent des aventures absurdes et foutraques, pour lesquelles Solé ne recule devant rien, pas même le n'importe quoi, pour retenir le lecteur: des seins gonflés, une enquête policière autour de la disparition d'un plombier et de sa femme, menée par un gamin, etc.

Scénariste
Dessinateur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution Octobre 1978
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Les Mésaventures inachevées du Plombier Maudit
Les notes (1)
Cliquez pour lire les avis

08/02/2020 | Noirdésir
Modifier


L'avatar du posteur Noirdésir

Jean Solé est un fétichiste. Et pas de n’importe quoi, puisqu’il semble irrésistiblement attiré par la tuyauterie, la plomberie, si j’en crois cet album bien sûr, mais aussi le très bon « Dérapages », publié un an plus tard, et dans lequel certaines histoires courtes avaient aussi ce thème comme catalyseur du délire. D’abord je voudrais parler du dessin de Solé, que je trouve vraiment excellent, usant d’un Noir et Blanc très classique, efficace. Son dessin très précis et « réaliste » est parfaitement adapté au ton caricatural qui domine dans ces histoires courtes. J’aime beaucoup son trait proche de celui de Boucq. Un trait réaliste, qui vire au grotesque caricatural de façon naturelle, j’adore ! La couverture annonce (texte et dessin : « sexe » ; « angoisse » ; « passion » ; « violence ») : mise à part la passion peut-être, le lecteur n’est pas floué, même si chacun de ces aspects n’est souvent qu’effleuré, simple prétexte à un délire loufoque, plus ou moins déjanté, avec plus ou moins d’humour noir et d’absurde pour l’habiller. L’album raconte une « histoire » - découpée en une dizaine de chapitres (publiés dans L’Echo des savanes). Le départ ressemble à du fantastique à la Foerster (qui a aussi réalisé une histoire de plombier attaqué par la tuyauterie d’une baignoire dans l’un de ses recueils), mais rapidement cela vire au foutraque à la Gotlib (habituel compagnon de délire), avec quelques images hautes en couleurs (même si en Noir et Blanc !), avec cette diablesse sadique et dominatrice SM, une histoire d’enlèvement, etc. Solé (qui se met d’ailleurs en scène et commente lui-même sa propre création) part ensuite dans un délire impossible à résumer – même s’il aurait sans doute pu raccourcir un peu l’ensemble, certaines longueurs étant accentuées par des textes volontairement lourds et absurdes, mais parfois trop abondants. Reste que j’ai bien aimé ce délire très « Fluide » de la grande époque. Si vous avez aimé cet album, n’hésitez pas à aller jeter un coup d’œil sur « Dérapages », tout autant réussi. Note réelle 3,5/5.

08/02/2020 (modifier)