Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire - Commander en ligne : pourquoi BDfugue ?

Supergroom

Note: 3/5
(3/5 pour 4 avis)

La nuit est calme sur Bruxelles. Mais ce n'est qu'une illusion : des dizaines de silhouettes masquées arpentent les toits. Que font donc ces super-héros tout droit sortis des comics US dans la capitale de l'Europe ? Le responsable de cette pagaille n'est autre que Spirou ! Oui, Spirou, le célèbre personnage de bande dessinée franco-belge né en 1938 qui a vécu des dizaines d'aventures en albums et qui a même un magazine à son nom !


Bruxelles - Brussels Fabien Vehlmann Journal Spirou L'univers de Spirou et Fantasio Les Roux ! Les super-héros 'à la française' Spin-off Super-héros

Il faut dire que ces derniers temps, Spirou est entré dans une période de doute : oublié des plus jeunes ? voire traité de ringard ?, son mode de vie et ses voyages incessants à travers le monde heurtaient ses convictions écologistes et de décroissance. Et puis il a eu cette idée, pas bête a priori : inventer supergroom pour attirer l'attention et créer le buzz avant de révéler qui se cachait derrière ce superhéros. L'aventure avait mal tourné, occasionnant de gros dégâts, et Spirou avait finalement décidé de rester discret sur l'identité de ce superhéros bienveillant mais très maladroit. Mais des internautes lancent une pétition pour le retour de supergroom et des dizaines de pseudo-justiciers ? dont une jeune fille éprise de justice ? reprennent le flambeau, forçant le seul vrai supergroom à sortir de sa réserve et à repartir à l'aventure.

Scénariste
Dessinateur
Coloriste
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution 07 Février 2020
Statut histoire Série en cours 1 tome paru
Dernière parution : Moins de 2 ans
Couverture de la série Supergroom

31/01/2020 | Ro
Modifier


L'avatar du posteur Noirdésir

Les séries dérivées de l’univers Spirou se multiplient ces derniers temps. Et Yoann et Vehlmann ont déjà participé à plusieurs d’entre elles (à commencer par la série mère). C’est dire s’ils connaissent les codes, s’ils sont familiers de cet univers. Univers qu’ils prennent un malin plaisir à titiller, à moquer, dans une introduction faussement parodique et ironique sur la décrépitude de Spirou (le personnage, mais aussi le Journal, voire la BD franco-belge). Cette longue introduction est amusante. Fantasio ne faisant dans cet album que de très courtes apparitions (hélas, car c’est souvent mon personnage préféré), c’est ici Spip qui joue le rôle de poil à gratter, ses commentaires et mimiques ajoutant la touche comique. Pour le reste, cette histoire se laisse lire, agréablement, mais sans non plus être exceptionnelle. Surtout, je trouve qu’elle bascule trop vers le côté « super-héros » à l’américaine – genre que je n’aime pas, qui ne m’attire pas du tout, au détriment de ce qui faisait le sel de la série mère, de l’aventure plus ou moins loufoque qui ne se prend pas au sérieux. A voir ce que Vehlmann va faire par la suite, mais je crains que Spirou ne se laisse ici vampiriser par l’univers à collants (le mot Super dominant déjà largement sur la couverture le mot Groom). Et donc je ne suis pas sûr d’avoir envie de poursuivre la lecture de cette série. Note réelle 2,5/5.

26/08/2020 (modifier)
Par Spooky
Note: 3/5
L'avatar du posteur Spooky

J'avoue, j'essaie de suivre tous les avatars et les spin-offs de Spirou, l'un de mes héros d'enfant découvrant la BD dans le magazine portant son nom. Pas toujours convaincu par les albums du duo Vehlmann/Yoann, je me suis quand même décidé à acheter celui-là, pour voir à quelle sauce le groom allait être mangé. Alors oui, comme le fait remarquer Gaston, ça ne change fondamentalement pas trop d'un album de la série-mère ; l'humour, nettement iconoclaste par moments, est le même, les mécanismes narratifs et le dessin aussi. Mais vu qu'à mon avis cet avatar est destiné à subir plusieurs mésaventures, la série-mère, plutôt coutumière des one-shots ou des diptyques, ne s'y prêtait pas. c'est à mon avis la véritable raison de la création d'une série "autre". Pour le reste, c'est sympathique, sans être en effet inoubliable, et surtout, pas très original. C'est quand même plutôt enlevé au niveau du rythme, et les plus de 80 pages s'avalent sans problème. Au dessin Yoann fait toujours du boulot très dynamique, même si par moments j'ai senti une petite faiblesse, peut-être due aux délais qui devaient être plutôt courts... Bref, sympathique, à réserver aux complétistes comme moi...

08/08/2020 (modifier)
Par Gaston
Note: 3/5
L'avatar du posteur Gaston

Un autre spin-off de Spirou et cette fois-ci par le duo qui s'occupe actuellement de la série mère quoique vu qu'ils ont laissé la série de côté pour s'occuper de ce spin-off et vu le nombre d'albums de Spirou qui sortent par année, je me demande s'il y a encore une série mère ! Personnellement, j'ai pas vraiment senti que le ton de l'album était vraiment différent d'un Spirou normal en dehors du fait que Fantasio est peu présent. Il y a beaucoup d'actions, certes, mais c'était déjà le cas avec certains albums depuis l'époque de Tome et Janry. Spirou a des gadgets de super-héros, mais il reste un être humain normal et c'est depuis les années 50 que le comte de Champignac fabrique des gadgets alors où est vraiment la différence ? C'est pas comme si on avait droit à un truc du genre Zorglub est tombé dans des déchets radioactifs et maintenant il est le méchant Docteur Zoker et il a des super pouvoirs. En tout cas, j'ai eu l'impression de lire un album qui aurait pu être dans la série mère du moment qu'on donne à Fantasio un plus grand rôle. J'ai été dérouté par les premières pages. Donc la franco-belge c'est ringard et les super-héros sont à la mode chez les jeunes, sauf que c'est le cas dans tous les domaines sauf la vente de comics. À ce que je sache, les grosses ventes en France et en Belgique sont encore du franco-belge et des mangas. Je pense pas que les gamins de moins de 10 ans vont acheter des comics de super-héros, surtout que les comics modernes visent un public ado-adulte. Je vois pas trop un gamin de 8 ans qui a aimé voir le Joker dans le film Lego Batman avoir du plaisir à lire The Killing Joke. C'est un peu le problème de l'album. J'ai été dérouté parce qu'au final je ne vois pas trop l’intérêt de transformer Spirou en super-héros dans une série à part alors qu'on aurait très bien pu faire dans un album de sa série normale. Sinon, cela se laisse lire, je ne me suis pas ennuyé, le dessin est bon, mais en refermant l'album, j'ai eu l'impression de ne lire qu'un autre album de Spirou de plus, comme c'est le cas depuis des années avec la multiplication des albums autour de cet univers. Je n'attends pas la suite avec impatience.

26/07/2020 (modifier)
Par Ro
Note: 3/5
L'avatar du posteur Ro

Il y a quelques ans, Yoann et Vehlmann avaient publié une histoire courte dans le journal Spirou où ils imaginaient Spirou, jaloux du succès des super-héros de comics, revêtir un costume lui aussi pour montrer que les héros franco-belges étaient capables des mêmes prouesses, même si sa tentative avait tourné à la catastrophe. Avec Supergroom, ils prolongent le concept et lui donnent sa propre série. L'album commence comme un album de Spirou de Yoann et Vehlmann plus ou moins standard. Spip, en narrateur, résume non sans humour aux lecteurs cette fameuse histoire courte citée plus haut et le récit s'entame en plaçant notre héros franco-belge dans sa situation classique, comme s'il venait tout juste de terminer l'aventure en Palombie de l'album "La colère du Marsupilami" de la série Spirou et Fantasio. Sauf que Spirou est fatigué, un peu déprimé aussi, et souhaite prendre sa retraite de l'aventure pour aller cultiver le jardin de son pavillon de banlieue. Cependant, son ancienne apparition en tant que super-héros a fait des émules et un faux Supergroom prend sa place dans les rues de Bruxelles pour combattre l'injustice de manière musclée. Spirou est obligé de s'impliquer à nouveau pour démasquer cet imposteur et l'empêcher de causer le chaos en son nom. C'est une série étonnante que nous avons là. On savait Yoann et Vehlmann assez iconoclastes avec les aventures de nos deux héros qu'ils n'hésitent pas à tourner en dérision en donnant souvent la priorité à l'humour par rapport à l'aventure. Mais ici, on sort vraiment du cadre des aventures classiques des héros franco-belges pour s'apparenter de manière assez rigoureuse à l'ambiance des récits de super-héros. Pour commencer, Spirou y est solitaire, son comparse Fantasio ne faisant que de brèves apparitions. Et au-delà des quelques pages d'introduction, l'humour devient moins présent pour entraîner le lecteur dans un récit d'action rappelant volontiers les aventures d'un Spiderman doté de gadgets à la Batman. C'est déstabilisant de voir Spirou embarqué dans ce type d'aventure. D'autant plus que, comme pour les comics, les auteurs jouent la carte des aventures à suivre, avec une mise en bouche en fin d'album des dangers que le héros aura à affronter par la suite. Je reste encore un peu perplexe. Sur la forme, rien à redire. C'est du Yoann donc le dessin est très agréable et dynamique, quoique je lui reproche l'abondance de scènes nocturnes où on ne discerne pas toujours bien les détails. Sur l'aspect narratif, c'est rythmé et prenant. L'album est dense et fait plus de 80 pages mais on les dévore sans voir le temps passer. C'est au sujet du scénario que je suis plus circonspect. Car les aventures de super-héros sont tellement éculées qu'on a déjà vu un peu tous les types d'aventure possibles à leur sujet. Du coup, se contenter de mettre Spirou dans des aventures typiques de ce genre, sans chercher pour de bon à apporter du neuf, de l'apport du franco-belge par exemple, cela tombe un peu à plat. Même la ville de Bruxelles utilisée comme décor ici semble un ersatz de Gotham City. Et pour ce qui est du franco-belge, à l'exception des interventions humoristiques de Spip, on sort très peu du cadre des récits américains habituels. Du coup, Supergroom est une initiative sympathique, il en ressort un album divertissant mais une histoire qui s'oublie très vite malheureusement. J'espère que la suite saura apporter davantage d'originalité et marquer plus profondément le récit de la patte franco-belge et davantage y intégrer l'univers de Spirou et Fantasio.

31/01/2020 (modifier)