Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

Les deux vies de Pénélope

Note: 3/5
(3/5 pour 2 avis)

Pénélope rentre à Bruxelles, après un long séjour en tant que chirurgien de guerre à Alep. Elle culpabilise de trouver futile sa vie familiale occidentale. Où est sa place ? Un récit poignant sur le sens des responsabilités et l’horreur de la guerre…


Auteurs néérlandais Douleurs intimes La BD au féminin Médecine Séquelles de guerre

En novembre 2015, Pénélope est chirurgien de guerre à Alep, volontaire au service d’une organisation humanitaire. Depuis 10 ans, elle a enchainé pas moins de 32 missions, notamment aux alentours de cette ville de Syrie, théâtre d’une terrible guerre civile. Quand elle y va, elle y reste désormais de longs mois, opérant d’arrache-pied pour sauver des vies souvent innocentes. Clairement, sa famille de la voit plus à Bruxelles, où résident son mari Otto et sa fille de 13 ans, Hélène. Mais aujourd’hui, Pénélope rentre. Et ce retour à la vie « normale » lui est de plus en plus difficile. Elle vit les retrouvailles avec détachement et elle dénie aussi profondément qu’elle le peut son sentiment de culpabilité. Elle se sent coupable d’abandonner les siens à Bruxelles, mais aussi coupable d’abandonner ses victimes à Alep, coupable d’échouer systématiquement des deux côtés de sa vie. De fait, c’est devenu une habitude, son retour se fait sans effusion de joie. Elle était absente lorsque sa fille a eu ses règles pour la première fois – c’est sa grand-mère qui a géré. Chacun tente à sa manière de lui faire renoncer d’y retourner… Mais le sens de la vie, la vocation médicale, l’utilité personnelle l’appellent à repartir très prochainement. Avant cela, elle souscrit aux exigences familiales des repas insouciants en communauté, aux obligations de contrôle psychologique au sein de son hôpital de tutelle. Et aussi, cette fois, Pénélope a rapporté le fantôme d’une fillette morte avec elle…

Scénariste
Dessinateur
Coloriste
Traducteur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution 06 Septembre 2019
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Les deux vies de Pénélope
Les notes (2)
Cliquez pour lire les avis

27/01/2020 | Erik
Modifier


L'avatar du posteur Noirdésir

Nous suivons les questionnements d’une femme, chirurgienne de son état, urgentiste, qui va régulièrement travailler pour une ONG en Syrie. Ces « voyages » la marquent, du fait de la situation du pays, des opérations à mener. Mais aussi et surtout pour l’impact que ça peut avoir sur sa propre vie amoureuse et familiale. L’album nous présente une période durant laquelle elle est de retour en France. Un mari et une fille qu’elle aime, une famille assez soudée malgré quelques bisbilles habituelles. C’est le moment de faire un bilan : voir grandir sa fille, partager plus de choses avec son mari, sa sœur, avoir droit à l’insouciance, à la banalité, etc. On sent bien que ces retours « à la normale » rendent de plus en plus difficile les « départs », et que l’heure de choix cruciaux approche. L’album est épais, mais se lit vite (peu de texte) et agréablement. Il faut accrocher au style graphique, mais je l’ai trouvé très beau, léger, très en adéquation avec le sujet et le ton adopté pour le traiter. C’est un bel album sur l’engagement, le sacrifice des humanitaires (et de leurs familles). Mais aussi, plus simplement sur une femme, ses choix. Sur la vie quoi.

23/10/2020 (modifier)
Par Erik
Note: 3/5
L'avatar du posteur Erik

Pénélope est médecin humanitaire et intervient pour sauver des vies sur les quatre coins de la planète en guerre. Elle est également une mère de famille qui délaisse fille et mari pour accomplir ses missions notamment en Syrie. Bref, le sacrifice d’une vie familiale pour s’accomplir dans sa vie professionnelle. Visiblement, cela commence par le fait qu’elle va louper le 18ème anniversaire de sa fille qu’elle n’a pas vue depuis 4 ans. Puis, il y a un retour 4 ans en arrière où elle fait sa dernière incursion dans la famille et cela ne se passe pas vraiment très bien pour elle. Il est vrai qu’elle garde en elle les fantômes des enfants qu’elle n’a pas pu sauver et ceci n’est rien face aux caprices de sa fille adolescente. On ressent tout de suite un énorme décalage qu’elle n’arrivera pas à gérer convenablement. A noter de beaux dessins tout en aquarelle qui colle parfaitement à ce genre d’histoire car cela lui confère une dimension particulière. On ne ressort pas forcément très bien de cette lecture non pas qu’elle soit pénible. Il y a des bd qui font du bien et d’autres un peu moins.

27/01/2020 (modifier)