Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

Tolkien - Eclairer les ténèbres

Note: 3.33/5
(3.33/5 pour 3 avis)

Ce roman graphique explore la jeunesse de l’auteur du Seigneur des Anneaux, et son expérience traumatisante des champs de bataille de la Première Guerre mondiale, qui forgera l’imaginaire de son oeuvre littéraire.


1914 - 1918 : La Première Guerre Mondiale Biographies Première Guerre mondiale

J.R.R. Tolkien n’a pas toujours été le vieux professeur d’Oxford peaufinant, pipe en bouche, son oeuvre hors norme. En 1915, à 23 ans, il part pour le front, avec ses amis de lycée, qu’il aime comme des frères. Ils participent à la Bataille de la Somme qui fera 450.000 morts. L’horreur de la guerre marquera au fer rouge son rapport à l’amitié, à l’amour et à la création.

Scénariste
Dessinateur
Coloristes
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution 30 Octobre 2019
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Tolkien - Eclairer les ténèbres
Les notes (3)
Cliquez pour lire les avis

04/11/2019 | Spooky
Modifier


Par Blue boy
Note: 3/5
L'avatar du posteur Blue boy

Tous ceux qui ont apprécié « Le Seigneur des anneaux » auront forcément envie de se procurer ce biopic en BD. On apprend pas mal de choses sur l’homme, et les auteurs semblent avoir repris scrupuleusement les éléments et les temps forts de sa vie. Les afficionados de l’écrivain lui en seront certainement reconnaissants, mais une question subsiste à la lecture du récit : quelle est la part « artistique » au sens créatif du terme ? Il faut bien l’avouer, l’objet comporte les qualités et les défauts de l’ouvrage de commande. Ce n’est pas désagréable, loin de là. Les auteurs n’ont pas oublié les petits clins d’œil discrets à son œuvre emblématique, à commencer par la campagne anglaise de son enfance qui en aura inspiré le cadre et agréablement reproduite par Giancarlo Caracuzzo. Rien ne manque, pas même les extraits de poèmes de l’auteur disséminés ça et là au fil des pages. Et on comprend les traumatismes endurés par Tolkien, ceux de la Première guerre mondiale, au cours de laquelle il aura perdu ses amis les plus chers, qui avaient enflammé les soirées de son club littéraire et poétique. Le scénariste Will Duraffourg a fourni sans conteste un travail rigoureux, avec une pointe de romance plus que dispensable mais qui parvient à compenser la linéarité de la narration. « Tolkien – Eclairer les ténèbres » ne parvient donc pas à s’extraire de la masse du genre biographique en vogue dans le neuvième art. En optant pour un académisme bon teint, ce sage hommage échoue à marquer les esprits, tant par la narration que par le dessin, au demeurant de qualité mais qui ne révèle pas chez son auteur un style véritablement propre.

06/02/2020 (modifier)
Par PAco
Note: 3/5
L'avatar du posteur PAco

Amateur de l’œuvre de Tolkien, j'avoue n'avoir jamais pris le temps d'aller creuser du côté de sa biographie. Cet album sorti chez Soleil me permet donc de palier à ce manque et de comprendre par ce biais pas mal de choses sur l'auteur et sur l'origine de l'univers dantesque qu'il aura su nous léguer, ouvrant la voie par là même à un genre aujourd'hui ancré dans la littérature : la fantasy. Will Durafourg au scénario épaulé de Giancario Caracuzzo que je ne connaissais pas, nous livrent donc un album assez complet retraçant la vie de Tolkien et les événements marquants qui forgeront les certitudes de l'auteur. De sa jeunesse en Afrique du Sud à son retour en Angleterre après le décès de son père, de la rencontre de ses amis qu'il gardera à vie, de sa rencontre avec sa future femme Edith ou de sa participation à la bataille de la Somme pendant la Première Guerre Mondiale, le parcours de J. R. R. Tolkien et son intérêt constant pour les langues et légendes étrangères nourrissent son imaginaire et sa volonté d'écrire une grande œuvre. On peut dire que le bougre a plus que réussi son coup ! Si ce parcours de vie est assez bien retracé et nous permet de mieux comprendre comment Tolkien a accouché de son oeuvre, j'ai trouvé l'album un peu didactique malgré tout ; ça manque un peu de chaleur humaine malgré le cercle de ses proches. Est-ce à cause du dessin un peu sec ? Je ne saurai dire. Malgré cela, les curieux et amateurs de Tolkien devraient s'y retrouver.

09/01/2020 (modifier)
Par Spooky
Note: 4/5
L'avatar du posteur Spooky

J'avais un peu peur en entendant parler de ce projet. Il faut dire qu'avec la sortie du film Tolkien il y a quelques mois, une autre BD consacrée à cette période de l'auteur du Seigneur des Anneaux (J. R. R. Tolkien et la bataille de la Somme) et deux biographies traitant également de cette période en trois ans, il y avait de quoi friser la surchauffe. Même si la période s'y prête (on a fêté récemment le centenaire de la fin de la 1ère Guerre mondiale), la Bataille de la Somme est un événement qui reste traumatisant, et en l'occurrence qui a grandement marqué Tolkien. Ce qui explique qu'une nouvelle fois cet événement soit au centre d'un récit du Professeur (en réalité, il ne s'est pas passé grand-chose d'autre de "spectaculaire" dans sa vie, hormis la perte de ses parents quand il était très jeune). Pour en revenir à nos moutons, c'est avec une petite appréhension que j'ai commencé cet album, mais après un petit rodage de quelques pages, je suis finalement rentré dedans. Il faut dire que Duraffourg, le scénariste, utilise le procédé d'une scène forte en ouverture, ce qui m'a un peu fait tiquer. Mais juste après il commence l'histoire de Tolkien par le début, c'est à dire sa naissance et sa petite enfance en Afrique du Sud, et ainsi de suite, jusqu'à ce que la guerre occupe une bonne moitié de l'album. Entre-temps on a droit aux passages obligés de la rencontre d'Edith, les débuts de sa création d'Arda et des langues elfiques, les études et les amis d'Oxford... C'est plutôt bien mené, on ne s'ennuie pas une seconde, et au niveau historique, j'ai bien l'impression que Willy Duraffourg a fait peu d'erreurs. Sur le plan du dessin, je ne connaissais pas le travail de Caracuzzo, mais j'ai l'impression qu'il est monté d'un cran pendant la réalisation de l'album. Certaines des premières planches étaient un peu légères, mais après la page 15 on sent une stabilisation du style, même si les personnages, y compris Tolkien, changent régulièrement de tête pendant quelques planches encore. Mais pour le reste c'est plutôt réussi, avec une colorisation agréable de Flavia Caracuzzo et Joël Odone. A noter en bonus de l'album, l'évocation de quelques mythologies et ouvrages qui ont influencé l'auteur, histoire d'en mettre un peu sur son oeuvre. Bref, je recommande.

04/11/2019 (modifier)