West Legends

Note: 3/5
(3/5 pour 3 avis)

Première série concept du genre western au monde.


1872 - 1899 : de la IIIe république à la fin du XIXe siècle Billy the Kid Buffalo Bill Butch Cassidy Christophe Bec École européenne supérieure de l'image Wild Bill Hickok [USA] - Côte Ouest

Jean-Luc Istin vous propose la première série concept du genre western au monde. Elle se nomme : West Legends. Une saison de 6 one-shots dont les héros sont les légendes du Far West.

Scénario
Dessin
Couleurs
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 16 Octobre 2019
Statut histoire Une histoire par tome 6 tomes parus

Couverture de la série West Legends © Soleil 2019
Les notes
Note: 3/5
(3/5 pour 3 avis)
Cliquez pour afficher les avis.

30/10/2019 | pol
Modifier


Par PAco
Note: 3/5
L'avatar du posteur PAco

Le soucis avec ce genre de série qui s'apparente plus à mon sens à une collection, c'est que chaque tome indépendant n'apporte pas le même ressenti... Ce n'est pas nouveau, mais là je n'ai pas du tout apprécié les 2 tomes que j'ai lu jusqu'ici de la même façon. *** Billy the Kid *** Sans trop connaître précisément l'histoire de ce personnage, il fait pourtant partie de ces légendes du far west qui ont construit mon imaginaire westernien. C'est donc Christophe Bec qui se colle au scénario et le dessin est assuré par le duo Emanuela Negrin et Lucio Leoni. Cet album va s'arrêter essentiellement sur ce que l'on a nommé la guerre du comté de Lincoln. Là, deux grands propriétaires terriens se livrent une guerre de territoire ; William Bonney, dit le Kid, fait partie des Regulators, une bande d'une douzaine d'hommes de main qui opèrent pour le compte d'un des riche propriétaire, Tunstall. Toute la région va rapidement subir cette guerre restée larvaire avant de se transformer en véritable guerre ouverte. Même l'armée finira par intervenir à la demande de la population locale. J'avoue avoir eu un peu de mal à m'y retrouver entre tous les personnages et les appartenances à tel ou tel clan jusqu'au deux tiers de l'album. Le découpage en courts chapitres qui semble le parti pris de la collection et pas forcément celui de Christophe Bec n'arrange pas forcément les choses tant tout semble un peu éparpillé ; ce n'est qu'en arrivant au siège final que j'ai fini par y voir plus clair, mais c'est un peu dommage de devoir rester dans le flou aussi longtemps. Surtout que ce découpage en chapitres casse un peu le rythme narratif, en tout cas dans cet album. Pour ce qui est du dessin, Emanuela Negrin et Lucio Leoni s'en sortent bien (toujours compliqué quand il y a des chevaux ^^ ) ; je ne suis pas très fan par contre de la colorisation assurée par J. Nanjan, mais après les goûts et les couleurs... Au final, si la fin est plutôt réussie avec la tension du siège de la propriété de Tunstall, j'ai trouvé le reste un peu trop confus à mon goût, dommage. (2.5/5) *** Sitting Bull *** Si je suis resté sur ma fin avec 'Billy the kid', j'ai par contre adoré 'Sitting Bull'. Bon, ok, j'ai toujours eu un penchant davantage pour les indiens que pour les cow-boys, c'est peut-être pour ça que je n'ai jamais voué une passion débordante pour le western tout en restant curieux. Et comme quoi, bien m'en a pris ! Car ce titre écrit par Olivier Peru et dessiné et mis en couleur par Luca Merli est un vrai régal ! D'une, l'intrigue se met doucement en place mais avec cette part de mystère et de tension qui ne fait que croitre au fil des pages ; ensuite, les personnages sont excellents ; enfin, le dessin de Luca Merli est juste parfait pour cet album. Je ne connaissais pas son travail, mais j'ai adoré les ambiances qu'il sait imposer. Les scènes qui renvoient à la culture indienne prennent tout leur sens et rendent parfaitement hommage à cette vision radicalement différente du monde que va saccager "l'homme blanc". Car malgré le traité de Fort Laramie signé en 1868 qui garantissait la possession par les Indiens de la région des Black Hills à cheval sur le Dakota du Sud, le Wyoming et le Montana, Sitting Bull va partir enquêter sur des intrusions répétées dans ces territoires. C'est là que tout va déraper et qu'il va se retrouver à devoir se battre et survivre avec un compagnon de route inattendu, un ancien soldat sudiste. J'ai vraiment apprécié la montée en puissance de la tension qui se noue au fil des pages et la très bonne psychologie des personnages. Il ne restait plus qu'à Luca Merli le soin de camper une nature aussi sauvage que les protagonistes qui vont y évoluer pour nous proposer un album assez jubilatoire. Comme quoi, les albums d'une même "série" concoctés par des auteurs différents n'ont forcément pas la même saveur. Espérons que les autres titres prévus tendent plus vers ce 'Sitting Bull' que 'Billy the kid' (4/5) *** Butch Cassidy & the Wild Bunch *** Avec ce sixième tome, fini les indiens, retour aux figures légendaires du Far West, avec le personnage de Butch Cassidy et sa bande. Personnellement, autant le nom me dit quelque chose, autant j'avoue que je ne connaissais rien de son histoire. Le Wild Bunch dirigé par Butch Cassidy terrorise donc au printemps 1899 toute une région en s'étant forgé une solide réputation de pilleur de trains. Pour le coup, entre une équipée de shériffs du comté et un duo de chasseurs de primes, le Wild Bunch commence à avoir du monde aux trousses et cette grande chasse à l'homme va pousser nos malfaiteurs à fuir à travers les montagnes environnantes, ce qui va les conduire vers une ancienne mine abandonnée où vit une étrange communauté religieuse. A sa tête, le fanatique pasteur Withcomb dirige ses ouailles d'une main de fer et semble dissimuler d'étranges pratiques... Le Wild Bunch fuyait un ennemi identifié, mais pas sûr que cette mine soit le refuge escompté... J'avoue avoir eu du mal à rentrer dans cette histoire. J'ai déjà du relire deux fois le premier chapitre pour comprendre qui était qui et avec qui, pour cette première escarmouche. Heureusement la suite est plus facile à suivre même si parfois le trait de Suro ne permet pas d'identifier d'emblée les protagonistes. Les péripéties s'enchaînent, le rythme s'intensifie avec cette fuite du Wild Bunch, et on se dit que tout ça sonne assez platement et qu'on est parti pour un énième morne western sans réelles surprises. C'est là que l'histoire de la mine et de sa communauté vient changer la donne et mettre tout le sel nécessaire sur les plaies à panser ! Miam ! J'avoue que je ne l'avais pas vu venir comme ça et que la (bonne) surprise a été totale ! Le récit prend alors une toute tournure et une toute autre saveur pour notre plus grand plaisir ! Intrigué par cette deuxième partie du récit je suis du coup aller chercher des infos sur cette communauté (Les Lebanons) et son pasteur Withcomb. Choux blanc... queud... Podzob... Pour le coup ça me pose question car j'avais imaginé jusqu'ici que cette collection était basée sur l'histoire réelle de personnages célèbres du Far West américain... Facétie de Christophe Bec ou histoire confidentielle, je ne saurais dire... Malgré ce questionnement final, ce 6e opus se révèle un tome très agréable et plein de surprises.

01/10/2020 (MAJ le 11/03/2022) (modifier)
L'avatar du posteur Agecanonix

Cette nouvelle collection avec des one-shots sur des légendes du Far West s'avère très intéressante, même si je la trouve inégale au vu de ce que j'ai pu lire pour l'instant (les 2 premiers tomes sur Earp et le Kid). Je connais le personnage de Wyatt Earp depuis mon enfance étant donné que j'ai vu quantité de films dont il a été le héros incarné toujours par des stars hollywoodiennes, je citerais en vrac les plus célèbres : - Wichita (Un jeu risqué) incarné par Joël McCrea - la Poursuite infernale, incarné par Henry Fonda - Réglement de comptes à OK Corral, incarné par Burt Lancaster - Sept secondes en enfer, incarné par James Garner - Tombstone, incarné par Kurt Russell - Wyatt Earp, incarné par Kevin Costner En plus de ces films, j'ai lu ses exploits dans l'Histoire du Far West de Jean-Louis Rieupeyrout, c'est dire si je connais le bonhomme sur le bout des doigts, et je peux dire qu'il a été héroïsé par le cinéma car dans la réalité, c'était un personnage assez sinistre, mais il a forgé certes une légende. Je m'attendais donc à un biopic traditionnel, et au lieu de ça, les auteurs situent un épisode fictif de sa vie plus de 10 ans après la fusillade d'OK Corral. On a droit à une véritable enquête policière à la Sherlock Holmes avec cependant quelques éléments propres au genre western. Cette enquête classique avec récolte d'indices, réflexion sur les mobiles du tueur, questionnements de témoins se mêle à une forme de thriller très glauque sur un mystérieux serial killer qui tue de façon atroce, si bien qu'on n'a pas tellement l'impression d'être dans un western mais plutôt dans un tome de la collection 1800 du même éditeur. Le récit est prenant et haletant jusqu'à la fin, tout en ayant soin de distiller des détails sur les faits ayant jalonné la vie de Wyatt Earp, notamment les allusions à OK Corral. Voila donc un bon boulot scénaristique, même si je déplore un peu qu'il soit essentiellement urbain puisque toute l'action se situe à San Francisco et non en Arizona, ce qui a pour effet de sortir Earp de son contexte habituel, c'est sans doute une idée innovante mais ça déstabilise un peu de voir un tel personnage devenir le héros d'une forme de whodunit, alors qu'un autre plus familier du contexte policier aurait mieux convenu. Le dessin de Lorusso me convient, je l'avais déja apprécié dans les tomes de la collection la Sagesse des Mythes, il est lissé et très propre, avec un soin dans la mise en page et de bons cadrages qui impriment une ambiance bien nauséeuse. Les auteurs frappent fort dès ce 1er tome pour lancer la collection, tout en donnant une autre dimension au personnage célèbre de Wyatt Earp, mais sans dévaloriser sa légende, même s'il morfle un peu dans cette enquête. Tout comme Wyatt Earp, Billy le Kid a eu droit à une quantité incroyable de films, il sera incarné lui aussi par de nombreuses stars comme Robert Taylor, Paul Newman, Kris Kristofferson, Charlie Sheen etc... Comme dans le tome précédent, le tandem d'auteurs donne un éclairage différent sur Billy de ce qu'on sait de lui au sein de la fameuse guerre du comté de Lincoln. J'avoue que le personnage ne m'a jamais trop intéressé, au contraire de Wyatt Earp, je connais bien son histoire mais pour moi c'est beaucoup moins captivant et fascinant. Cette guerre du comté de Lincoln a vu plusieurs tueries, mais l'ennui c'est qu'ici, j'ai trouvé cet album beaucoup moins intéressant, et je n'aime pas la façon dont est perçu Billy ; Bec en fait le protagoniste de nombreuses scènes sanglantes et un tueur sanguinaire, ce qu'il n'était probablement pas, il a tué une vingtaine de types mais ceux-ci l'avaient en majorité mérité. On sait que Tunstall l'avait engagé dans son ranch et qu'après son odieux assassinat, Billy a voulu le venger. Son rôle dans cette guerre ne fut pas exagéré comme a l'air de le montrer Bec, d'après ce que j'ai pu lire sur Billy, je n'ai jamais vu qu'il avait fait partie d'une bande de Regulators, c'était un jeune chien fou, plutôt solitaire et caractériel, il a participé à des actions mais à ma connaissance pas à celles que l'on voit ici, enfin pas toutes. Il s'agit donc d'une extrapolation assez fausse qui ne me convient pas, même si sur le plan scénaristique, ça fonctionne bien, ça aurait pu faire l'objet d'une bonne Bd western mais il ne fallait pas utiliser le personnage de Billy le Kid. Le dessin en plus est bon, il est plus rugueux que celui de Lorusso, mais ça convient bien à cette ambiance de tueries, j'ai dû le voir sur Templier où il était un peu moins appliqué, il était plus policé sur un tome de Oracle. Voila donc ce que je peux dire pour l'instant sur cette série-concept, j'aime le 1er tome, mais je n'aime pas le second, il y a donc ballotage, et ma note risque de changer si j'arrive à lire les tomes suivants.

18/03/2021 (modifier)
Par pol
Note: 3/5
L'avatar du posteur pol

Très bonne surprise que cette série qui met en scène des légendes du far west. La série promet de nous raconter l'histoire qui se cache derrière de célèbres pistoleros : Billy the Kid, Buffalo Bill, ... Hasard du planning le tome 1 porte sur Wyatt Earp, sans doute le seul nom dans la liste qui ne me dit rien du tout. Il s'agit donc du cow boy rendu célèbre par la fusillade d'OK Corral. L'histoire qui nous est racontée n'est pas du tout cet épisode célèbre, mais se passe des années après. Earp se rend à San Francisco sur l'invitation d'un vieux compagnon de route. Lorsqu'il arrive sur place, il déchante assez vite : son ami a été fraichement assassiné. Earp va donc mener son enquête pour essayer de découvrir par qui et pourquoi. La liberté prise par les auteurs pour imaginer la vie du héros des années après le passage qui a fait sa renommée est audacieuse et réussie. L'histoire proposée est vraiment très plaisante. Le récit est dynamique, l'enquête est prenante, il y a ce qu'il faut comme fausses pistes et comme suspense pour rester en haleine tout au long des 60 pages de l'album. Le dessin est pas mal, l'ambiance western est là, les codes du genre sont respectés. J'ai apprécié cette lecture.

30/10/2019 (modifier)