Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

Lino Ventura et l'oeil de verre

Note: 3/5
(3/5 pour 1 avis)

Interview imaginaire du célèbre acteur français.


Biographies Road movie

Première scène : un type en pardessus et chapeau mou, binoclard et dépenaillé essaye d'entamer une interview avec Lino Ventura, valise à la main, sortant de son hôtel. C'est le début d'un road movie où l'acteur parcourt la France avec sa valise, faussant compagnie aussi souvent que possible à ce réalisateur raté qui le poursuit.

Scénariste
Dessinateur
Coloriste
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 01 Avril 2019
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Lino Ventura et l'oeil de verre
Les notes (1)
Logo BDfugue Achetez sur BDfugue !

19/10/2019 | Canarde
Modifier


Par Canarde
Note: 3/5
L'avatar du posteur Canarde

Biopic fidèle. Comment se lancer dans la biographie en BD sans tomber dans le scolaire ou le dithyrambique ? Pas facile ! Ici le biais choisi est d'imaginer un réalisateur un peu loser qui colle aux basques du grand Lino pour lui extorquer des révélations à faire figurer dans son film. Cela marche bien pour des gens comme moi qui gardent une certaine affection pour ce personnage de film du dimanche soir, qui ne recule pas devant l'uppercut, et sait manier le pétard à l'occasion pour défendre la veuve et l'orphelin. Évidement, à l'heure de me-too, le lustre est un peu terni. Combien de femmes ont du se faire tabasser par un franchouillard aviné s'imaginant cogner sur Blier ? Bref si on fait abstraction de la tendance du cinéma de cette époque à propager un sexisme patriarcal et bien sapé, on peut aussi lui reconnaître de bons moments de rigolade, servis par les dialogues d'Audiard, des ressorts de situation efficaces et une grande maîtrise du pince-sans-rire. Le tragique et le comique ne sont que l'envers et l'endroit d'une même feuille de papier. Laissons le fond pour parler de la BD elle-même. Scénario assez bien construit, scènes déjà vues au cinéma, dialogues d'époque, flash-back en forme de court métrages ou de revues enfantines. C'est pro mais un peu convenu. Tout repose sur le ressort usé du faire valoir pitoyable, chapeau mou et imperméable assortis dans le gris sale, perdant ses lunettes, sortant son critérium à court de mines, ou son dictaphone enrayé.... Mais c'est un biopic-road-movie, donc c'est fatalement répétitif...Il faut s'y faire ! Pour le dessin, il matche bien avec le personnage. Couleurs sobres mais pas ternes, trames grenues en guise d'ombre, traits charnus. Moi, le visage baissé de Lino, paupières mi-closes, cils endormis, presque féminins, réfléchissant à la phrase qui clouera le bec à son interlocuteur, ça m'émeut...

19/10/2019 (modifier)