Mister Miracle (King)

Note: 2/5
(2/5 pour 1 avis)

Will Eisner Award 2019 : Best Limited Series Le super-héros Mister Miracle est aux prises avec la dépression.


Super-héros Univers des super-héros DC Comics Will Eisner Awards

Élevé sur Apokolyps, planète-usine sous le règne de l'implacable Darkseid, Scott Free réussit l'impensable : échapper à ses geôliers pour rejoindre la Terre où il rencontra son mentor, un artiste de l'évasion officiant sous l'alias de Mr Miracle dont il reprendra l'identité. Depuis, aucun barreau, aucune entrave, aucune prison, ne put retenir prisonnier Mr Miracle, symbole d'une liberté retrouvée. Mais que se passe-t-il lorsque l'artiste de l'évasion ultime se trouve aux prises avec une nouvelle forme de captivité : la dépression ? Passé le traumatisme d'une tentative de suicide ratée, Scott va chercher à se redéfinir à travers ses rapports et son historique de super-héros au statut divin. Une seule certitude balisera sa quête d'identité, comme le rappel d'une liberté finalement toute relative : Darkseid est. Texte: L'éditeur

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 31 Mars 2019
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Mister Miracle (King)
Les notes (1)
Cliquez pour lire les avis

21/09/2019 | Gaston
Modifier


Par Gaston
Note: 2/5
L'avatar du posteur Gaston

J'étais intéressé par cette mini-série parce que j'avais bien aimé Mister Miracle dans les histoires que j'avais lues de lui et puis parce que je trouvais ça intéressant de voir un comics de super-héros traiter de la dépression. Bien sur, il y a déjà eu des super-héros qui ont eu une dépression (un des exemples les plus connus est Daredevil après la mort d'Electra dans les vieux épisodes de Frank Miller), mais ici le traitement de la dépression est traité de manière un peu plus réaliste et plus psychologique que d'habitude. Malheureusement, je n'ai pas trop accroché. À force de voir le héros avec sa gueule de dépressif, j'ai fini par m'ennuyer. Surtout qu'il y avait pas grand chose dans le scénario qui m'a intéressé. La relation entre Scott Free et sa femme donne des moments touchants, sauf que ça ne m'a pas touché, notamment à cause du dessin qui est froid comme la plupart des comics de super-héros modernes. La phrase 'Darkseid est' qui revient souvent dans le récit devient vite horripilante. Tom King essaie de faire comme Alan Moore et il rate. Les meilleurs moments selon moi sont les scènes avec Funky Flashman qui m'ont fait sourire. Un album que je ne considérerais pas comme mauvais, mais qui n'était pas pour moi en fin de compte.

21/09/2019 (modifier)