Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

Habana 2150

Note: 3/5
(3/5 pour 1 avis)

Les aventures mouvementées de deux aventuriers dragueurs et insouciants dans une ville de La Havane futuriste du 22e siècle.


Caraïbes

Cuba, 2190. Après son sixième clonage consécutif, Fidel Castro est toujours le Lidor Maximo du havre de la révolution. Dans une maison de retraite de la Havane, deux papis se remémorent leurs prouesses de jeunesse. Quand quarante ans auparavant, ils avaient tenté de sauver une pin-up des griffes de dangereux mafieux. Entre gangsters nerveux, aliens belliqueux et politiciens corrompus, les deux play-boys s’étaient alors lancés dans une course-poursuite effrénée pour déjouer le projet de construction d’un casino volant !

Scénariste
Dessinateur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution 18 Avril 2018
Statut histoire Une histoire par tome 1 tome paru
Couverture de la série Habana 2150
Les notes (1)
Cliquez pour lire les avis

10/09/2019 | Ro
Modifier


Par Ro
Note: 3/5
L'avatar du posteur Ro

En lisant cette BD, j'ai cru retrouver l'esprit des séries d'aventure, d'action et d'humour de la fin des années 90 aux début des années 2000, quand les éditions Soleil se tiraient la bourre avec les éditions Delcourt pour capter le marché des lecteurs adolescents et jeunes adultes. Et c'est vrai que les éditions Vents d'Ouest n'étaient pas loin derrière dans cette course là. Habana 2150 c'est du divertissement qui ne se prend pas la tête, avec beaucoup de rythme, de cascades, de bagarres et d'explosions, et des héros qui jouent davantage la carte humoristique que de l'aventure sérieuse. Cela se déroule à Cuba dans la seconde moitié du 22e siècle. Mais soyons objectif, à part quelques jolies voitures dans les décors, et quelques répliques en espagnol faisant référence à Castro ou à la Révolution cubaine, ça aurait pu se passer n'importe où ailleurs, dans une ville futuriste imaginaire sur Terre ou ailleurs ; cela n'aurait pas changé grand chose à l'intrigue. Tout ce dont les auteurs ont eu besoin pour le scénario du premier tome, c'est de quelques gangs mafieux prêts à se tirer dessus, d'un ou deux extra-terrestres pour donner du piquant, et d'une histoire de jeune héritière arrogante. Et aussi donc d'une paire de héros casse-cous, un peu couillons et dragueurs, prêts à foncer dans le tas sans réfléchir, comptant sur leur sourire et leur bagou pour s'en sortir vivants. Et comme le scénariste est gentil avec eux, ça marche. Tiens d'ailleurs, maintenant que j'y pense et puisqu'on parlait d'anciennes séries, ces deux là me font fortement penser à une version à peine plus âgée de Fred et Bob, une autre paire de dragueurs un peu couillons imaginés par Thierry Cailleteau à l'époque. J'ai apprécié le cadre et la manière dont Héloret le mettait en image. Le gars nous offre des planches soignées et détaillées, avec une agréable luminosité et un sens du dynamisme qui convient très bien à ce genre de récit musclé et léger. Il se révèle doué aussi bien pour les persos que les décors et la mise en scène. C'est cette qualité du dessin qui a maintenu mon intérêt pour cette série. Car côté scénario, même si on est dans le divertissement pur, j'avoue ne pas avoir été enthousiasmé. Trop de péripéties déjà-vues, des héros un peu pénibles et surjoués, des rebondissements trop cousus de fil blanc, et donc un cadre cubain qui semble totalement inutile et inutilisé. Ça se lit et ça s'oublie beaucoup trop vite.

10/09/2019 (modifier)