Les Cinq sans maîtres

Note: 3/5
(3/5 pour 1 avis)

Du jour au lendemain, Paris n'est plus Paris. Tous les humains ont disparu en un claquement de doigts. Les rues sont désertes, les places sont vides, les appartements et les magasins sont libres. Enfin, il reste encore les animaux de compagnie, perdus sans leurs maîtres et les animaux sauvages qui n'ont plus peur d'entrer dans la ville.


Survival

Du jour au lendemain, Paris n'est plus Paris. Tous les humains ont disparu en un claquement de doigts. Les rues sont désertes, les places sont vides, les appartements et les magasins sont libres. Enfin, il reste encore les animaux de compagnie, perdus sans leurs maîtres et les animaux sauvages qui n'ont plus peur d'entrer dans la ville. La loi de la jungle, celle du plus fort, est de retour. Mais les maî-maîtres, eux, quand est-ce qu'ils vont revenir ?

Scénaristes
Dessinateur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution 15 Mai 2019
Statut histoire Série en cours 1 tome paru
Dernière parution : Moins d'un an
Couverture de la série Les Cinq sans maîtres
Les notes (1)
Cliquez pour lire les avis

04/06/2019 | Ro
Modifier


Par Ro
Note: 3/5
L'avatar du posteur Ro

Les Cinq sans maîtres reprend le même concept que la série Seuls : la population humaine disparaît mystérieusement d'un coup, laissant les rues de Paris totalement vides sans qu'on sache pourquoi. Sauf que les survivants ne sont pas ici des enfants mais des animaux, et notamment un petit groupe d'animaux domestiques qui seront les héros de cette aventure qui les laissera confrontés aux dangers d'une monde redevenu sauvage en l'absence des humains. Même si l'idée de base commence à être un classique, prendre ici des animaux pour protagonistes est original et permet d'apporter son lot de bonnes idées. D'autant plus quand ces animaux sont d'horizons différents, mélangeant 2 animaux domestiques (chien et chat), 2 animaux sauvages (sanglier et pigeon) et un animal de ferme (vache). Leurs façons d'appréhender la disparition des hommes est différente et intéressante. J'aime bien aussi le fait que les auteurs n'hésitent pas à montrer la dureté du monde animal sans hommes avec des prédateurs qui tuent pour de bon leurs proies et pas juste de la course-poursuite cartoonesque, ainsi qu'une version relativement crédible des autres dangers provenant de l’absence soudaine des hommes, comme ce qu'il se passe pour les centrales nucléaires actives laissées à l'abandon. D'autres éléments plus clichés et moins crédibles rabaissent cependant cette qualité. Déjà, il y a forcément tous ces animaux qui parlent entre eux et s'échangent des informations un peu trop facilement, mais admettons que cela convienne à une BD tous publics. Il y a aussi trop d'animaux sauvages tropicaux dans les rues de Paris pour être vraisemblable. D'où sortent toutes ces hyènes et autres pumas ? Même si quelque chose avait pu ouvrir leurs cages, les seuls zoos parisiens n'y suffiraient pas. Mais là encore, admettons que si le récit s'adresse aussi aux enfants, cela puisse passer. Sur la forme, j'ai bien aimé le dessin. Il est soigné, dynamique, avec de bons décors et fonctionne plutôt bien. Sur le fond, je ne suis qu'à moitié convaincu. Pour commencer, autant j'apprécie les personnages du chat, du pigeon et de la vache, qui ne sont pas des flèches mais restent relativement intelligents. Autant la bêtise des personnages du chien et du sanglier devient très rapidement pénible et répétitive. L'objectif est sans doute de les rendre drôles mais ils m'agacent plus qu'autre chose. Ensuite, à cause des quelques clichés mentionnés ci-dessus, l'histoire ressemble parfois à une suite de péripéties pas toujours passionnantes. Et la rapidité du rythme, avec des jours et des semaines qui passent parfois très rapidement, surprend un peu le lecteur qui n'a pas tout à fait le temps de bien rentrer dans l'histoire. De même que le côté trop léger et basique de certains passages humoristiques. On est loin de l'ambiance prenante d'une série comme Seuls justement. Alors il reste la base pour que la série devienne intéressante sur la longueur, mais pour le moment, le premier tome me laisse sur une impression mi-figue mi-raisin.

04/06/2019 (modifier)