Animabilis

Note: 3.5/5
(3.5/5 pour 2 avis)

Après Étunwan, Thierry Murat relate l’aventure d’un journaliste et poète parisien, parti en 1872 au coeur des landes du Yorshire, à la recherche du loup-garou et de sorcières, ces légendes celtiques en vogue à cette époque à Paris. Le nouveau récit d’une magnifique rencontre entre deux mondes par un auteur en pleine possession de ses moyens graphiques !


1872 - 1899 : de la IIIe république à la fin du XIXe siècle Iles Britanniques Journalistes

Hiver 1872. Le journaliste Victor de Nelville débarque de Paris dans le nord du Yorkshire pour relater les faits extraordinaires qui se déroulent dans la lande de Fylingdales dont l’écho est venu jusqu’en France. Padfoot, le loup-garou, le chien noir aux yeux rouges, annonciateur de mort, serait revenu dans la région. Depuis, une maladie décime les troupeaux. L’engouement du lectorat mondain de la capitale, friand de ces péripéties ésotériques à la mode, saupoudrées de celtitude et d’exotisme anglo-saxon, a poussé son journal à l’envoyer là-bas relater ces « balivernes »… Au village où il s’installe, l’accueil est glacial. L’aubergiste le prévient : il ne trouvera aucune explication à ces phénomènes. Puis, le vieil Hodgkin, un berger qui avait la réputation d’être un magicien magnétiseur disparaît… avant d’être retrouvé pendu. Serait-ce la fin du padfoot ? Lors d’une promenade nocturne dans la lande, Victor croise Mëy, une femme aussi belle que mystérieuse, qui va le pousser délaisser son article pour écrire de la poésie… Texte: L'éditeur

Scénariste
Dessinateur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution 01 Novembre 2018
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Animabilis
Les notes (2)
Cliquez pour lire les avis

18/01/2019 | Gaston
Modifier


Par Blue Boy
Note: 4/5
L'avatar du posteur Blue Boy

D’emblée, ce conte gothique et fantastique qui commence par une comptine médiévale intrigue au plus haut point. Avec une narration qui tranche avec ce qui se fait habituellement dans le genre, Thierry Murat a choisi la sobriété, enjoignant ainsi aux amateurs de sensations fortes et de fantastique un peu trivial, via la voix du narrateur Victor, de passer leur chemin, avec même une pointe de moquerie : « Si ton âme trop timide ne trouve pas la force d’accoster sur ces territoires aux émanations sauvages et voluptueuses, tourne les talons dès maintenant tant qu’il en est encore temps. » Quant aux images, elles sont la plupart du temps suggestives et renferment une puissante beauté poétique. Son auteur mériterait bien l’appellation de poète du neuvième art, lui qui semble davantage appartenir à un autre siècle et nous avait déjà ébloui avec Etunwan - Celui-qui-regarde, une échappée lyrique dans l’Ouest sauvage des pionniers. L’atmosphère hivernale, lugubre à souhait, évoque immédiatement Edgar Allan Poe, avec ce corbeau de mauvais augure, figurante récurrente dans le livre. Ce qui est la fois intéressant - et peut-être déroutant pour certains -, c’est que cette histoire où il est question au départ de sorcellerie, de lycanthropie et de magie noire évolue vers tout autre chose au fil des pages. Thierry Murat, qui semble plus que circonspect vis-à-vis des croyances ancestrales, de la religion – chrétienne dans ce contexte –, et des pratiques ésotériques à la mode à cette époque, va opérer un twist savant en franchissant une dimension purement poétique, avec l’apparition d’une femme belle et mystérieuse prénommée Mëy, qui semble avoir élu domicile dans les bois environnants. Il va ainsi extirper son récit des funestes ténèbres pour le transcender, le porter vers une lumière bienfaisante, tentant de faire partager au lecteur l’extase liée à une nature généreuse et omniprésente, quelque chose qui se rapprocherait de l’amour, tout simplement. Certes, il s’agit d’une lecture exigeante, étoffée par de très beaux textes. Mais comme toute lecture exigeante, on en ressortira grandi. Fatigué peut-être, mais vivifié et changé à tout jamais. « Le poète, nous dit l’auteur, parle à l’âme humaine à l’état brut. C’est pour cela qu’il sauvera le monde avec un seul murmure. » C’est aussi pour cela qu’on aime Thierry Murat.

23/05/2019 (modifier)
Par Gaston
Note: 3/5
L'avatar du posteur Gaston

2.5 Je pense que j'ai de la difficulté avec cet auteur. Il a de bonnes idées, mais son dessin est trop froid pour moi et je n'arrive pas à trouver ses scénarios passionnant. Ce récit qui raconte l'histoire d'un journaliste qui débarque dans un village où il se passe des choses étranges. J'ai trouvé que le ton de la première moitié du one-shot avait une ambiance de vieux récit policiers et qu'ensuite on tombe dans un truc plus poétique et romantique. L'album se laisse lire, mais je l'ai trouvé que ça devenait moins intéressant lorsque j'ai compris pourquoi il y avait des événements étranges dans ce village. Je n'ai pas du tout ressenti d'émotions durant ma lecture et du coup je n'ai pas trop trouvé le scénario crédible lorsque le héros vivait son histoire d'amour parce que non seulement je n'ai pas été touché, mais en plus le héros a toujours la tête d'un type qui s'en fiche de ce qui lui arrive. J'ai eu l'impression de lire un récit à la Comès, mais sans le génie de ce dernier.

18/01/2019 (modifier)