Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire - Commander en ligne : pourquoi BDfugue ?

20 000 lieues sous les mers

Note: 3.33/5
(3.33/5 pour 3 avis)

Une adaptation remarquable du chef d'oeuvre de Jules Verne, tout à fait dans l'esprit des gravures de l'époque des éditions Hetzel.


Adaptations de romans en BD Jules Verne Les sous-marins Sous la mer

Une adaptation remarquable du chef d'oeuvre de Jules Verne, tout à fait dans l'esprit des gravures de l'époque des éditions Hetzel. Des navires font naufrage sous les coups d'une créature mystérieuse. La Marine américaine expédie une frégate avec le célèbre professeur Aronnax pour débarrasser les océans de ce monstre. Mais alors que la fameuse rencontre a lieu, le professeur est loin de se douter qu'un fabuleux voyage sous-marin l'attend. La BD est suivie de la nouvelle « Les Pirates de la mer » de H.G. Wells illustrée par Gary Gianni. Texte : Editeur.

Scénariste
Auteur oeuvre originale
Dessinateur
Coloriste
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution 07 Septembre 2018
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série 20 000 lieues sous les mers

22/11/2018 | Alix
Modifier


Par Alix
Note: 4/5 Coups de coeur expiré
L'avatar du posteur Alix

J’adore certains romans de Verne (« Voyage au centre de la Terre » étant sans doute mon préféré), mais je n’ai jamais réussi à dépasser la moitié de « Vingt mille lieues sous les mers », que je trouve d’une lourdeur encyclopédique effroyable. Un format BD est a priori parfait pour adapter cette aventure… et bien le pari est réussi ! Gary Gianni a fait un travail d’adaptation admirable. Il a eu le courage de couper les longs catalogages de poissons et autres crustacés qui avaient miné ma lecture du roman, et a su conserver l’intrigue, le monde sous-marin fascinant, et les personnages charismatiques, à commencer par Nemo. Certains enchaînements narratifs semblent un peu soudains, mais dans l’ensemble l’histoire se lit bien, malgré des textes parfois un poil trop présents. La mise en image est magnifique. Le style « hachuré » colle parfaitement à l’histoire, ainsi que les couleurs. Certaines pleines pages sont à tomber par terre. Dommage que de nombreuses cases à l’intérieur du Nautilus soient dépourvues de décors (économie de temps j’imagine). Mais je chipote. J’ai passé un excellent moment de lecture, et je jubile d’avoir enfin pu lire ce classique jusqu’à son dénouement. Miam !

22/11/2018 (modifier)