Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire

Intisar en exil

Note: 4/5
(4/5 pour 2 avis)

Nous retrouvons Intisar, femme Yéménite moderne en quête de liberté. Malgré la guerre civile, elle poursuit son idéal. Son exil en Jordanie lui offre de nouvelles opportunités… A voir aussi : La Voiture d'Intisar


Documentaires Féminisme Le Yemen Proche et Moyen-Orient Violences faites aux femmes

Les péripéties de la vie d’Intisar résultent de l’agrégat des témoignages de dizaines de femmes que Pedro Riera a rencontré au cours de ses voyages au Yémen. Son talent de raconteur donne une véritable humanité à ce personnage de papier qui exprime avec justesse les espoirs... ...et les combats au quotidien des femmes yéménites que la guerre civile et l’exil libèrent en partie de l’emprise des hommes.

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 12 Septembre 2018
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Intisar en exil © Delcourt 2018

05/11/2018 | PAco
Modifier


L'avatar du posteur Pokespagne

Que savons-nous, que comprenons-nous du terrible conflit qui dévaste le Yémen depuis des années, et qui rejoint en horreur ceux de Syrie et d'Irak ? Rien, et l'honnêteté nous pousse à avouer que cela ne nous empêche pas de dormir, non ? Lire "Intisar en Exil" nous offre une perspective politique claire, en même temps qu'un point de vue "de l'intérieur" sur l'absurde complexité des luttes de pouvoir entre factions dont les alliances se font et se défont en dépit de toute logique, ainsi que sur la situation des victimes (ou futures victimes) civiles impuissantes : ne serait-ce que pour cela, la lecture de la BD de Pedro Riera et Sagar serait déjà nécessaire… Mais l'intérêt du second tome de ce "Portrait d'une femme moderne du Yémen" après le célébré La Voiture d'Intisar va bien au-delà de cette vision géopolitique, aussi riche et subtile soit-elle : alors que fait rage dans nos démocraties occidentales le débat sur l'islam et la condition de la femme, voilà une approche qui pourrait bien bouleverser nos préjugés, ou tout au moins nous aider à réfléchir sur la résilience du désir d'émancipation des femmes dans une société écrasée par des traditions machistes et patriarcales insupportables. L'idée de génie de Pedro Riera a été en effet d'interviewer longuement des réfugiées yéménites, et d'inventer un personnage, Intisar donc, qui lui permette de donner la parole à ces femmes doublement invisibles parce que issues d'une culture en disparition et réduites au silence par leur statut d'immigrées plus ou moins légales. Bien entendu, et c'est là que la lecture de "Intisar en exil" est à la fois un choc et un plaisir de chaque instant, aucune victimisation ici, aucunes larmes de crocodiles, aucune compassion plus ou moins politiquement correcte : Intisar est un sacré numéro, à l'aise dans sa peau et derrière son voile incontournable dans la société dans laquelle elle vit ! Elle se bat au quotidien pour vivre sa vie comme elle l'entend, mais elle sait aussi s'amuser, jeter un regard ironique, voire cruel, sur les absurdités qui l'entourent. Elle est… moderne alors qu'elle vit dans un monde que l'on ne peut que qualifier d'archaïque de notre point de vue occidental. Elle est… libre alors que tout conspire autour d'elle pour la priver de son droit d'exister en tant que femme, en tant qu'être humain. Elle est un personnage extraordinaire, et au fil de courts chapitres souvent très drôles, elle devient notre amie, notre sœur. Quand nous refermons "Intisar en Exil", nous aimons Intisar, et nous comprenons un peu mieux derrière le brouillage politique et médiatique qui tente de nous rendre plus ignorants, plus intolérants, plus haineux, combien elle nous est PROCHE. Il nous reste à ajouter que le graphisme et l'usage des couleurs de Sagar sont absolument remarquables - il est souvent impossible de ne pas s'arrêter pour savourer le dynamisme et l'élégance d'une case, ce qui est évidemment une sorte de bonus merveilleux d'un récit qui tiendrait de toute manière Tout seul, tant il est fort et pertinent. Même s'il s'agit là d'une expression toute faite qui a perdu son sens profond à force d'être utilisée à des fins promotionnelles, comment de ne pas dire que la lecture de ce livre est INDISPENSABLE ? Il n'est pas si fréquent de refermer une BD en sachant que l'on a appris des choses importantes, et que l'on est sans doute devenu une personne meilleure, grâce au travail de ses auteurs. INDISPENSABLE, on vous dit !!!

08/10/2019 (modifier)
Par PAco
Note: 4/5 Coups de coeur expiré
L'avatar du posteur PAco

Avec l'album La Voiture d'Intisar moi qui était resté sur un avis positif mais très en retrait à cause d'un graphisme pas du tout à mon goût, c'est LA bonne surprise avec ce nouvel opus des tribulations de notre yéménite préférée mis en scène par le toujours très bon Pedro Riera, mais qui confie cette fois-ci le dessin à un nouvel auteur, Sagar. Et pour moi ça change tout ! D'une part parce que le trait de Sagar est ce qui manquait à l'album précédent et que sa mise en couleur est tout simplement sublime. On est pleinement immergé dans le quotidien d'Intisar, on ressent l'amour de son pays le Yemen malgré sa condition de femme, mais aussi celle de la Jordanie où elle a du s'exiler. Et c'est toute la réussite une nouvelle fois de cet album qui derrière le personnage fictif mais très inspiré d'Intisar nous fait comprendre à travers son quotidien tous les enjeux sociétaux et politiques de cette région complexe. Mis sur le devant de la scène internationale ces derniers jours après l'assassinat d'un journaliste dans son consulat, l'Arabie Saoudite qui mène cette guerre au Yemen est placée face à ses responsabilités et ses absurdités macabres. Les Yéménites (qui en ont les moyens) en sont réduits à l’exil, dont une grande partie se fait vers la Jordanie. Intisar est l'une de ces exilés... J'ai beaucoup apprécié la construction du récit qui derrière moult anecdotes qui pourraient sembler triviales, permettent surtout de comprendre la réalité et le quotidien des femmes au Yemen. Réalité toute en contradictions avec d'un côté la chape de plomb religieuse qui pèse sur elles en société et ce qu'elles font grâce aux réseau sociaux en intimité par exemple. C'est ce plafond de verre que voudrait bien pouvoir briser Intisar pour pouvoir enfin vivre librement. Et c'est paradoxalement ce que va timidement permettre cette guerre tragique : se libérer de l'emprise masculine qui les maintient dans cette condition. Alors ne voyons pas pour autant cette guerre comme une "bénédiction", mais permet-elle au moins aux femmes de desserrer la bride qu'elles subissent au quotidien. Un très bon album que je recommande chaudement pour son intelligence et tout autant pour son graphisme chaleureux et expressif qui sied parfaitement à notre chère Intisar et son pays.

05/11/2018 (modifier)