Conquêtes

Note: 4/5
(4/5 pour 2 avis)

L’Humanité est désormais composée de 5 colonies disposant d’une armada de vaisseaux qui sillonne l’espace vers 5 exoplanètes. Ces mondes, peuplés par des formes de vies intelligentes, impliquent un seul choix dicté par la survie : conquérir.


Planet Fantasy

L’objectif est atteint : Islandia, planète de glace où une seule race d’autochtones est répertoriée. Sur ordre de l’amiral Ragnvald Hakarsson, l’oberleutnant Kirsten Konig est chargée d’établir le contact avec les « Islandiens ». Mais depuis son réveil, Konig a des maux de crâne incessants, des vertiges et des hallucinations qui semblent reliés à la planète. Au sol, on lui apprend que Colony 2 a été attaquée ne laissant aucun survivant ni témoin. Konig enquête, et alors que tout accuse les Islandiens, elle creuse une toute autre piste qui va la mener au coeur d’un complot qu’elle n’aurait jamais cru possible.

Scénaristes
Dessinateurs
Coloristes
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 12 Septembre 2018
Statut histoire Une histoire par tome 4 tomes parus
Couverture de la série Conquêtes
Les notes (2)
Cliquez pour lire les avis

06/10/2018 | PAco
Modifier


Par PAco
Note: 4/5
L'avatar du posteur PAco

Le prolifique Jean-Luc Istin prend donc le commandement d'une nouvelle série concept comme il les affectionne, "Conquêtes". L'humanité toujours prompte à se tirer une balle dans le pied en est réduite à devoir trouver de nouveaux horizons aux confins de l'espace. Chaque tome qui pourra se lire de façon indépendante nous livre donc le récit d'une de ces nouvelles colonisation. Dans ce premier tome, Islandia, nous découvrons une exoplanète au climat glaciaire où évolue une population d'hominidés qui semble peu avancée. Après 30 ans de cryogénisation l'équipage est sorti de sa léthargie programmée pour découvrir son nouvel "el dorado". C'est l'oberleutnant Kirsten Konig qui débarquera en première à la tête d'une formation réduite afin de ne pas effrayer les autochtones. Le premier contact sera plutôt bon, et la population locale se révèlera loin d'être hostile dans un premier temps... Car il y aura forcément un hic qui déclenchera les foudres de l'amiral Ragnvald Hakarsson, qui n'attendait par ailleurs qu'un prétexte pour jouer les gros bras et les conquérants. Mais les choses ne vont forcément pas se passer comme prévu, et la population locale se révélera loin d'être aussi inoffensive qu'il y paraissait. L'histoire ne s'arrête heureusement pas à cette construction assez simpliste et une conspiration d'une autre envergure vient complexifier l'intrigue et donner tout son intérêt à l'album. Et si dans un premier temps cette BD semble pétrie d'influences diverses et de travers un peu caricaturaux, elle se révèle assez vite plus complexe et réfléchie qu'il n'y semble. Ajoutez à cela le dessin très réussi de Zivorad Radivojevic que ce soit dans les décors, les vaisseaux, les paysages enneigés ou souterrains et les personnages, qu'on est vite immergé et plongé sur cette planète lointaine. La pagination assez conséquente (75 pages) permet aussi à nos auteurs de prendre le temps de bien camper tout cela et de développer certains aspects psychologiques importants et de nous proposer quelques doubles pleine pages de toute beauté. Voilà donc le premier tome d'une nouvelle série alléchante qui je l'espère sera d'aussi bonne facture dans les suivants. (4/5) *** Tome 2 *** Voilà donc le second opus de cette série "Conquêtes" avec Nicolas Jarry au scénario et Bertrand Benoît au dessin. Cette fois, nous voici en présence d'une flotte à bout de souffle dont les vaisseaux n'ont plus trop le choix et doivent impérativement arriver à destination sous les plus brefs délais. Les machines et les hommes sont à bout de souffle et d'emblée on sent les tensions existantes. Surtout que notre personnage principal, Idris, chargé de réparer et d'intervenir sur tout ce qui part en sucette, n'est pas franchement doué pour la diplomatie mais parle plutôt facilement avec ses poings. Il n'aura d'ailleurs pas l'occasion de débarquer librement sur cette nouvelle planète, car son tempérament lui aura laissé le loisir de plonger un de ses supérieurs dans le coma, et que c'est uniquement parce qu'ils ont besoin de son savoir faire qu'il va atterrir. Voici donc nos survivants implantés sur une nouvelle planète vivable pour l'homme, mais où n'émergent que de rares îlots et atolls où vont s'implanter les colonies. Ils vont rapidement découvrir la trace d'une ancienne civilisation et l'existence de créatures titanesques qui ressemblent à des calamars. Forcément, la cohabitation de deux espèces "intelligentes" ne va pas être possible... J'ai trouvé cet album un peu moins subtil que le premier, sans doute à cause de son personnage principal. Élevé à la testostérone, notre Idris ne donne pas dans la dentelle, tant dans ses actes que dans ses paroles, et heureusement que la pagination conséquente de l'album permet d'affiner sa psychologie car sinon on serait vite tombé dans la caricature. Et puis côté scénario j'ai quand même trouvé qu'il y avait certaines facilités ; l'établissement de la communication entre les humains et les "krakens" grâce au fils d'Idris, c'est un peu "finger in ze noze"... Côté dessin par contre rien à redire, Bertrand Benoit nous gratifie d'ambiances, de paysages et de créatures très bien réalisées donnant une vraie cohérence à tout cela, d'autant que la colorisation d'Olivier Heban est très réussie. Bref, un bon moment de lecture, divertissant, mais un cran en dessous du premier à mon goût. *** Tome 3 *** Voici donc le troisième opus de cette série avec cette fois-ci Nicolas Jarry au scénario et Stéphane Créty au dessin. Cette troisième colonie composée essentiellement d'une population japonaise est à bout de souffle quand elle arrive sur Decornum, une énorme planète viable dépourvue d'océans mais aux ressources importantes. Tout aurait pu aller pour le mieux si celle-ci n'était pas habitée par des Aliens tenaces et dangereux capables de générer une énergie quasi illimitée qui asservissent au passage les 3/4 de la population locale... Quelques têtes brûlées de l'équipage vont pourtant pousser le curseur plus loin et essayer de faire basculer le rapport de force en leur faveur... Si j'ai eu un peu de mal à rentrer dans l'histoire rapidement, j'ai finalement trouvé que le scénario de Nicolas Jarry était plutôt bien pensé et mené, le trait de Stéphane Créty permettant de s'immerger facilement dans cet univers hostile. Les décors et les créatures sont très réussis et le dynamisme de son trait ajoute à la fluidité de la narration. La petite touche un eu noire du scénario plutôt réaliste sur le devenir de l'espèce humaine a fini de me convaincre de la bon facture de ce troisième tome et relève le niveau de la série que j'avais trouvé moins convainquant dans le second. Je relève donc ma note à 4/5

06/10/2018 (MAJ le 08/06/2019) (modifier)
Par sloane
Note: 4/5
L'avatar du posteur sloane

Par ma foi voila une aventure SF de très bonne tenue. Si l'on y regarde de près il est vrai que le thème n'est pas en lui même très novateur. A savoir la rencontre entre deux civilisations et les affrontements qui en découlent. La race humaine possède ce je ne sais quoi qu'il faille absolument qu'elle contrôle, qu'elle domine son environnement et tout ce qui y vit. Pour preuve je ne citerais que ces braves indiens d'Amérique du Nord qui n'avaient pas demandé autant. Ah oui je suis con aussi, tout ça c'était pour faire œuvre civilisatrice, leur apporter tous les bienfaits possibles, les maladies, l'alcool, les armes et la parole de Dieu... Je m'égare, je m'égare, c'est du tout bon cette BD, oui il y a quelques poncifs inhérents au genre mais je ne boude pas mon plaisir, l'ensemble est divertissant magnifié en cela par un dessin très bien foutu et puis surtout ce bougre de jean-Luc Istin n'est pas un perdreau de l'année, c'est bien construit et une fois l'aventure commencée on ne lâche plus l'affaire. Donc voila un récit qui tient la route en sachant aller au delà des poncifs habituels, j'attends maintenant la suite qui si j'ai bien compris pourra se lire de manière indépendante. A suivre.

07/10/2018 (modifier)