Churchill et moi

Note: 3.67/5
(3.67/5 pour 3 avis)

Bladon (Lancashire), 1894. Clémentine Harper, 20 ans, tombe amoureuse de Winston Churchill, même âge. Ils sont voisins mais un monde les sépare : « Winnie » appartient à l’une des plus prestigieuses lignées anglaises alors que Clem n’est que la fille du maquignon local. Sur base de ce postulat fictif, les auteurs nous dressent un beau portrait de femme et de suffragette.


1872 - 1899 : de la IIIe république à la fin du XIXe siècle Guerre des sexes Iles Britanniques

Bladon (Lancashire), 1894. Clémentine Harper, 20 ans, tombe amoureuse de Winston Churchill, même âge. Ils sont voisins mais un monde les sépare : « Winnie » appartient à l’une des plus prestigieuses lignées anglaises alors que Clem n’est que la fille du maquignon local. De l’avis général, elle n’a aucune chance. Pourtant, balayant ces conseils de sagesse, elle se lance dans le journalisme pour attirer l’attention du jeune noble, tout en suivant les péripéties de celui qui devient à la fois grand reporter, officier, écrivain, politicien et dont les défauts – orgueil, misogynie, ambition, démesure… – ne parviennent pas à rebuter.

Scénariste
Dessinateur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution 27 Juin 2018
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Churchill et moi
Les notes (3)
Cliquez pour lire les avis

29/06/2018 | Mac Arthur
Modifier


Par Erik
Note: 4/5
L'avatar du posteur Erik

D'abord les critiques négatives afin d'évacuer vite ce qui ne va pas selon mon humble avis. Le traitement des personnages notamment de l'héroïne fait parfois trop cliché. J'avoue également que le dessin ne donne pas un rendu impeccable voir précis des visages des différents protagonistes. Au rayon des bonnes nouvelles, j'accorde finalement un 4 étoiles car cette relation imaginée entre cette femme qui va devenir une journaliste reporter et le jeune Winston Churchill qui est entrain de construire sa légende en cette fin de l'ère victorienne m'a convaincu tout en me séduisant. Il n'en faut parfois pas plus. J'ai également aimé la fin qui détruit un peu la légende de ce Winston qui est si souvent mis à l'honneur en oubliant ce qu'il a fait par exemple au Soudan. Après il sert de prétexte à nous montrer surtout une femme qui va se battre pour la cause féminine dans une Angleterre assez réfractaire. Pour autant, ce pays a accordé le droit de vote aux femmes en 1918 alors qu'il faudra attendre 1945 en France. A noter qu'il s'agit de l'une des dernières oeuvres de Frank Giroud, ce scénariste prolifique, qui s'est malheureusement éteint durant l'été 2018. Il faisait parti de mes auteurs préférés car dans mon genre de lecture.

03/03/2019 (modifier)
L'avatar du posteur Noirdésir

L’histoire tourne certes autour de l’amour que porte Clémentine Harper à Winston Churchill. Issus de milieux très différents, leurs rencontres déçoivent systématiquement la jeune femme, dont l’amour – non déclaré – n’est pas payé de retour. Mais c’est bien miss Harper l’héroïne de cet album, Churchill n’étant finalement qu’un personnage annexe et faire valoir, alors même que la jeune femme se révèle avoir une très forte personnalité, être une grande journaliste, et aussi une leader d’opinion, féministe et suffragette. Je ne sais pas si ce personnage a été inventé par les auteurs, mais en tout cas c’est un personnage fort et intéressant. Alors que Churchill se révèle bien falot, hypocrite et carriériste (ce qui n'apparaît pas assez dans la biographie récemment parue chez Glénat). Giroud a donc réussi là une belle biographie, le beau portrait d’une femme qui se positionne sur des sujets sensibles, ce qui permet aussi de les aborder de façon frontale (les instituts internant les pauvres et les folles à Londres, les camps de concentrations anglais internant les Boers, les préventions de la haute société anglaise). Cela donne de la densité à cet album relativement épais, dont la lecture s’avère agréable et intéressante. Le dessin d’Andréa Cucchi est bon et beau, mais peut-être parfois trop sombre et pas toujours assez lisible à mon goût.

19/12/2018 (modifier)
L'avatar du posteur Mac Arthur

J’ai beaucoup aimé cette fiction historique qui nous plonge dans la Grande-Bretagne de la fin du XIXème siècle. Le scénario nous propose de suivre une jeune femme au caractère bien trempé qui, par amour pour Winston Churchill –et afin qu’il la remarque- va bousculer les traditions et devenir journaliste. Cette œuvre peut donc être vue comme une œuvre féministe mais, à mes yeux, il s’agit surtout d’un beau portrait de femme couplé à une originale fiction historique (qui nous permet d’en apprendre beaucoup sur les jeunes années de Winston Churchill). Du point de vue graphique, cet album m’a fait penser à certaines anciennes séries de la collection Vécu de Glénat. Le trait paraît brouillon de prime abord mais sa lisibilité est réelle. Seuls certains visages ne sont pas toujours directement identifiables. La colorisation, qui joue sur des teintes ternes, passées, accentue ce sentiment d’être devant une bande dessinée d’une autre époque. Mais ce n’est absolument pas désagréable. La narration de Giroud est une fois encore excellente à mes yeux. C’est vivant et instructif à la fois. Les dialogues sonnent d’une manière naturelle, les personnages ont de la profondeur, les seconds rôles ne sont pas que des faire-valoir. Au final, je peux dire qu’au fur et à mesure que j’ai avancé dans ce récit, celui-ci m’a de plus en plus séduit, au point que je lui accorde finalement la note de 4/5. Plaisant, touchant, intelligent et instructif.

29/06/2018 (modifier)