Midi-Minuit

Note: 3/5
(3/5 pour 3 avis)

1999. Deux cinéphiles français, François Renard et Christophe Lemaire, passionnés de cinéma bis, s'apprêtent à vivre une belle aventure : se rendre en Italie pour y interviewer le réalisateur Marco Corvo, cinéaste mythique que nul n'a revu depuis vingt-cinq ans, après son dernier film inachevé. En parallèle, dans leur sillage, débute une série de meurtres sanglants. Toutes les victimes, retrouvées brûlées, étouffées sous des films ou les yeux crevés, sont des critiques de cinéma ayant autrefois vilipendé les films de Corvo.


Aire Libre Cinéma Italie

1999. Deux cinéphiles français, François Renard et Christophe Lemaire, passionnés de cinéma bis, s'apprêtent à vivre une belle aventure : se rendre en Italie pour y interviewer le réalisateur Marco Corvo, cinéaste mythique que nul n'a revu depuis vingt-cinq ans, après son dernier film inachevé. D'abord impressionnés par Corvo, les deux Français vont vite se trouver captivés. Au fil de l'interview, qui s'étendra sur plusieurs jours, apparaît le portrait d'un cinéma populaire aujourd'hui disparu : images bariolées et baroques de genres oubliés, péplums, westerns, giallos ou films d'épouvante gothiques... En parallèle, dans leur sillage, débute une série de meurtres sanglants. Toutes les victimes, retrouvées brûlées, étouffées sous des films ou les yeux crevés, sont des critiques de cinéma ayant autrefois vilipendé les films de Corvo.

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 22 Juin 2018
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Midi-Minuit
Les notes (3)
Cliquez pour lire les avis

18/06/2018 | Ro
Modifier


L'avatar du posteur Noirdésir

L’album est un hommage revendiqué au cinéma populaire, aux films « de genre », essentiellement italiens, de la seconde moitié du XXème siècle (années 1960-1970 essentiellement). Un intéressant dossier clôt l’album, et des images tirées de films s’invitent au cœur de la partie proprement Bande Dessinée. Deux cinéphiles, fans de ce genre de cinéma, partent en Italie interviewer un maître du genre, retiré depuis longtemps du milieu. C’est l’occasion pour eux de retracer les grandes heures de ce type de cinéma. C’est clairement la partie la plus intéressante. Parallèlement, une affaire de meurtres s’incruste dans leur virée, liée à ce cinéaste. Affaire qui fait des clins d’œil aux clichés du genre (meurtrier masqué, sadisme, côté caricatural et un peu improbable de l’intrigue, etc). Ce n’est pas forcément la partie la plus réussie, même si elle se combine bien avec le reste. Une histoire qui se laisse lire. Mais c’est surtout l’aspect documentaire, sur un genre alors décrié, et aujourd’hui devenu encensé par la plupart des critiques, qui fait le sel de cet album, réalisé cela se voit pas des passionnés.

01/04/2019 (modifier)
Par Erik
Note: 3/5
L'avatar du posteur Erik

J’ai bien aimé l’approche particulière de ce polar qui se situe dans le milieu des fans de cinéma. On aborde le cinéma italien des années 50-60 et milieu des années 70. C’est un certain âge d’or qui a vu des productions américaines venir tourner des péplums en Italie puis des westerns spaghettis. Il y a un assassin qui dégomme tous deux qui ont réalisées des critiques négatives sur l’œuvre d’un cinéaste tombé en désuétude depuis 25 ans. J’espère toutefois que cela ne donnera pas des idées aux fans d’auteurs de bd… Nos deux héros ne sont pas les enquêteurs mais ils mènent une interview autour de cet auteur qui n’a plus fait d’apparition publique depuis bien des années. Le cadre du polar n’est là que pour donner un peu de piquant. Pourtant, ce que j’ai aimé, c’est toute cette évocation de l’histoire du cinéma italien qui pourra paraître pompeuse pour bien des lecteurs. On ressort de cette lecture avec beaucoup de nostalgie de ce qu’a été le cinéma pendant une certaine époque aujourd’hui révolue. Il est vrai qu’aujourd’hui, c’est un cinéma dominé par des super-héros aux supers-pouvoirs et à la débauche insolente d’effet spéciaux vide de sens.

20/09/2018 (modifier)
Par Ro
Note: 3/5
L'avatar du posteur Ro

Connaissez-vous le cinéma populaire italien ? La Cinecittà, vous en avez entendu parler. Le Western Spagetti, vous savez forcément ce que c'est. Fellini, Antonioni et autres Visconti, vous connaissez ces noms. Mais savez-vous ce qu'est le Giallo ? Il s'agit de films d'exploitation combinant policier, horreur et érotisme, et ayant connu leur heure de gloire en Italie dans les années 60 et 70. Issus du cinéma bis, ils sont pour beaucoup très fortement inspirés des films à succès américains. Certains d'entre eux sont même de vrais remakes de série B. Mais au delà de la simple reprise à petit budget et au-delà de l'aspect kitsch des affiches et de leurs titres, les réalisateurs italiens ont insufflé dans ces œuvres une vraie exubérance artistique et un traitement plein d'originalité et de personnalité. C'est à ce cinéma là que rendent hommage les auteurs de Midi-Minuit - qui est d'ailleurs le nom d'une salle de cinéma parisienne qui diffusait ce type de films. Ils mettent en scène deux journalistes passionnés de cinéma bis italien qui vont avoir la chance de pouvoir interviewer un réalisateur qui s'est retiré du monde depuis vingt ans alors qu'il était au sommet de son art dans ce domaine si particulier. Mais en parallèle de leurs entretiens avec cet artiste excentrique, une série de meurtres de critiques de cinéma semble fortement liée à leur sujet. Je ne connaissais pas du tout le Giallo, à l'exception de certains titres de films qui avaient su attirer ma curiosité par leurs thématiques surprenantes et les échos des cinéphiles qui étaient tombés sous leur charme. Avec cet album, c'est tout un univers cinématographique que j'ai pu apercevoir et pour lequel on sent autant la passion des protagonistes du récit que celle des auteurs eux-mêmes. Et sans connaître ce genre, j'ai pu apprécier cette lecture et en découvrir certains pans, notamment grâce à une narration claire, une présentation concise mais bien menée des films auxquels les personnages font référence, mais aussi grâce à l'intégration réussie dans les planches des affiches et de certaines photos extraites de ces fameux films. L'ambiance spéciale de ces derniers déteint sur celle de la BD. Nous y sommes en effet dans un thriller qui ne se prend pas tout à fait au sérieux, avec quelques personnages et situations extravagantes. C'est à la fois noir avec quelques scènes cruelles et horribles, et aussi un peu ridicule et à la limite de la crédibilité et du caricatural, tout en gardant un ton pince-sans-rire comme dans un thriller classique. Il faut savoir à quoi s'attendre pour ne pas être pris au dépourvu. Un amateur de récits policiers classiques qui tiennent la route de bout en bout risque d'être surpris. Lecture étonnante abordant et s'imprégnant d'un sujet bien particulier, pour en faire ressortir une partie de l'âme et la faire découvrir aux lecteurs. Bel hommage d'auteurs que l'on sent vraiment enthousiastes et désireux de partager leur passion.

18/06/2018 (modifier)