Eightball

Note: 3/5
(3/5 pour 1 avis)

Recueil d'histoires de Daniel Clowes qu'il a fait paraître dans son propre magazine justement intitulé Eightball.


Fantagraphics Books

En 1989 le jeune Daniel Clowes crache sa frustration au visage de l'Amérique conformiste en une série de « krazy komics », publiés dans les pages de son magazine Eightball entre les épisodes de Comme un gant de velours pris dans la fonte ou Ghost World. La trentaine de courtes histoires rassemblées ici sous le titre Twentieh Century Eightball, témoigne de la versatilité d'un artiste qui passe de la satire sociale à la blague de potache, de l'anecdote absurde à l'étude psychologique, en s'offrant, au passage, le luxe de détourner l'imagerie et les codes des comics. La satire est réjouissante, renversant pêle-mêle intellectuels et sportifs, artistes et prolos, chrétiens et satanistes, hippies et puritains. L'auteur place cette anthologie sous la protection dérisoire d’une icône des années 50, la Magic 8 Ball , gadget créé par Mattel en 1946, et invite le lecteur à « une orgie de mépris, de vengeance, d'abattement, de désespoir et de perversion sexuelle ». Texte: L,éditeur

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 27 Février 2009
Statut histoire Histoires courtes 1 tome paru
Couverture de la série Eightball
Les notes (1)
Cliquez pour lire les avis

01/06/2018 | Gaston
Modifier


Par Gaston
Note: 3/5
L'avatar du posteur Gaston

2.5 J'ai lu la réédition parue en 2018 qui contient des histoires inédites apparemment. Je ne suis pas un fan de Daniel Clowes, mais j'ai tout de même lu ce recueil d'histoires par curiosité. C'est évidemment le genre de recueil qui est surtout fait pour les fans de l'auteur qui voudraient tout lire de lui. Pour un type comme moi, c'est intéressant de voir comme l'imagination de l'auteur part dans tous les sens car on retrouve de tout : des histoires absurdes, de la pure déconnade, de la satire sociale, quelques trucs un peu plus sérieux. etc. J'ai surtout aimé comment l'auteur pouvait changer son style graphique dans certaines histoires, j'ai toujours trouvé ça intéressant de voir un auteur changer de style. Bon, il y a tout de même plusieurs histoires vraiment moyennes où je voyais pas trop où voulait en venir l'auteur (surtout pour les récits en une planche qui j’imagine sont censés être drôles, mais je ne comprends pas pourquoi je dois rire) et j'aurais aimé qu'on indique quand les histoires étaient parues. Il y a tout de même des bonnes histoires sympathiques. Ma préféré est celle qui parodie les bandes dessinées de Jack Chick et j'ai un peu l'impression qu'il faut connaitre ce propagandiste fondamentaliste chrétien pour comprendre la parodie. Globalement, ça se laisse lire, mais ce n'est pas un indispensable si on ne veut pas collectionner tout ce que fait Clowes.

01/06/2018 (modifier)