Voir des baleines

Note: 3/5
(3/5 pour 1 avis)

Dans une prison du Midi de la France, Josu – ex-militant de l'ETA – rencontre Emmanuel, ex-membre du GAL. À presque mille kilomètres de distance, Antón – ami d'enfance de Josu – vit dans le deuil de son père, tué par l'ETA vingt cinq ans plus tôt.


Auteurs espagnols Pays basque Prisons Terrorisme

La guerre est finie mais restent les décombres et les blessures qui ne se renferment pas. Dans une prison du Midi de la France, Josu – ex-militant de l'ETA – rencontre Emmanuel, ex-membre du GAL. À presque mille kilomètres de distance, Antón – ami d'enfance de Josu – vit dans le deuil de son père, tué par l'ETA vingt cinq ans plus tôt. Marqués au fer rouge par le conflit qui a ébranlé le Pays Basque, ces trois là sont rongés par la rancœur et la culpabilité ; ils entament un dialogue hésitant, sans cesse troublé par les fantômes du passé, afin de tenter de se retrouver, de tourner la page... Tout en s'inspirant d'une histoire vraie, après un long et minutieux travail de documentation, c'est pourtant par une fiction que Javier de Isusi (Ometepe, Les voyages de Juan sans Terre) a choisi d'évoquer l'histoire récente de son pays ; ces trois personnages, qui en incarnent chacun une facette, sont le point de départ d'un questionnement sur la violence et ses conséquences, et en premier lieu les moins visibles : celles qui déchirent l'esprit humain jusqu'au plus profond de lui-même. Avec une extrême délicatesse et sans jamais tomber dans la stigmatisation manichéenne, Javier de Isusi entame dans voir des baleines une profonde réflexion sur le conflit fratricide qui a ensanglanté sa terre natale tout en montrant le chemin qui mène à la réconciliation.

Scénariste
Dessinateur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution 21 Octobre 2014
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Voir des baleines
Les notes (1)
Cliquez pour lire les avis

04/04/2018 | Ro
Modifier


Par Ro
Note: 3/5
L'avatar du posteur Ro

Antón est prêtre, basque, et tourmenté par le souvenir de l'assassinat de son père par ETA des années auparavant et d'un pardon qu'il a donné peut-être un peu trop vite. Josu était l'ami d'enfance d'Antón mais il était aussi membre d'ETA et depuis la mort du père de ce dernier ils ne se parlent plus, d'autant plus que Josu est en prison pour ce qu'il fait dans l'organisation armée. Quant à Emmanuel, il était mercenaire dans le camp adverse et a tué l'assassin du père d'Antón. Alors qu'il rejette toute la violence de son passé, il fait la rencontre de Josu dans la même prison que celle où il est enfermé lui aussi. Cet album est une longue réflexion sur la violence passée et ses conséquences. C'est aussi une réflexion sur le conflit d'ETA et son impact sur la population basque. Amertume et incertitude troublent l'esprit des protagonistes qui essaient de communiquer et de voir où peut encore les mener la vie. Ce n'est pas gai mais c'est bien raconté. Les personnages sont intéressants, sans aucun manichéisme, et le parcours de leur pensée et de leurs dialogues est clair et enrichissant. Le dessin ne m'a pas particulièrement plu. Son trait est correct mais la colorisation en une sorte de bichromie à l'encre lui donne un aspect un peu sale et brouillon qui n'est pas ma tasse de thé. C'est une lecture dont on sort comme d'un film intelligent, un peu désenchanté mais laissant quand même la porte ouverte à l'espoir et à la réconciliation.

04/04/2018 (modifier)