Brûlez Moscou

Note: 2.67/5
(2.67/5 pour 3 avis)

1812. Les armées de Napoléon s'apprêtent à entrer dans Moscou. Le gouverneur Rostopchine fait détruire les bouches d'incendie et libérer tous les prisonniers de droit commun avec un seul mot d'ordre : ils seront amnistiés s'ils acceptent d'incendier la ville.


1799 - 1815 : Le Premier Empire - Napoléon Bonaparte Moscou Napoléon Bonaparte Signé

1812. Les armées de Napoléon s'apprêtent à entrer dans Moscou. Le gouverneur Rostopchine fait détruire les bouches d'incendie et libérer tous les prisonniers de droit commun avec un seul mot d'ordre : ils seront amnistiés s'ils acceptent d'incendier la ville. Au coeur du brasier infernal qu'est devenue Moscou, un homme est totalement indifférent au danger. Vassili est prêt à tout pour atteindre un but inatteignable : retrouver sa famille.

Scénariste
Dessinateur
Coloriste
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 09 Février 2018
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Brûlez Moscou
Les notes (3)
Cliquez pour lire les avis

05/02/2018 | Mac Arthur
Modifier


Par LuluZifer
Note: 3/5
L'avatar du posteur LuluZifer

1812. Napoléon est aux portes de Moscou avec sa Grande Armée. Le Comte Rostopchine, gouverneur russe, décide de relâcher une horde de prisonniers des geôles moscovites et de laisser détruire la ville qui sera bientôt à feu et à sang pour que Napoléon et son armée ne soient pas victorieux. De ces prisons sortent les pires êtres dont l'ignoble Kolia, l'ogre de Moscou. Mais aussi Anatoli Lenski, un homme mystérieux qui ne paraît pas être un simple meurtrier. Sous fond de récit historique brûlant, nous sommes conquis par les tournures que prend cette histoire romanesque (à la Russe ?) avec des personnages forts et torturés. Les aléas du récit sont nombreux et de très bonnes surprises nous y attendent comme par exemple l'utilisation d'un dirigeable qui surprend et rythme encore plus le déroulement de l'histoire. Et puis bien évidemment, la maîtrise du rendu et la mise en couleurs sont splendides et subliment l'album. Ça pète et c'est le cas de le dire puisque Moscou va vraiment exploser. C'est je pense toujours un exercice difficile de réaliser une histoire conséquente en si peu de pages. Mais c'est réussi. A la fin se trouve d'ailleurs un cahier graphique qui clôture avec majesté ce bien bel album de la collection signé de chez le Lombard.

30/09/2019 (modifier)
Par herve
Note: 2/5
L'avatar du posteur herve

Un album, à mon avis, où tout s'enchaine trop vite. Nous avons pas le temps de nous attacher aux personnages. J'ai eu du mal à m'intéresser au destin fou d'Anatoli Lenski dans Moscou occupé par les troupes de Napoléon. Reste le dessin de Stéphane Perger, que j'avais découvert sur la trilogie assez réussie d'aillers de Sir Arthur Benton, qui nous gratifie de belles planches,(en particulier page 32 avec le départ de l'Empereur) rehaussée par des couleurs dignes du brasier lancé par le célèbre Gouverneur de Moscou, le comte Rostophchine. Une bande dessinée qui ne m'a guère marquée.

10/06/2018 (modifier)
L'avatar du posteur Mac Arthur

Ce qui frappe d’abord avec cet album, c’est la couleur de sa couverture… qui trouve son prolongement dans l’album. Cet orange incandescent attire l’œil mais ne rassure pas quant à la lisibilité de l’album. Du coup, pour peu que l’on soit curieux, on ouvre celui-ci et on découvre un trait finalement bien plus lisible que ce que l’on aurait pu penser. Certes, nous ne sommes pas dans les standards du genre mais le style de Stéphane Perger associe lisibilité et originalité. C’est esthétiquement travaillé, avec de beaux décors et des personnages dotés de vraies tronches d’acteurs (de spaghetti western ou de film d’horreur, au choix mais du genre que l’on n’oublie pas). Le dynamisme n’est peut-être pas le point fort de ce style mais ça passe plutôt bien. Une fois que l’on se dit qu’au niveau du visuel, ça peut plaire, faudrait quand même commencer à s’inquiéter du scénario. Et là, c’est une nouvelle bonne surprise qui nous attend. Kid Toussaint nous propose en effet un récit d’aventure bien ancré dans un univers historique intéressant à plus d’un titre. Nous nous retrouvons de fait à Moscou alors que Napoléon Bonaparte s’apprête à envahir la ville. Mais plutôt que d’encore nous intéresser aux stratégies du petit Corse, nous nous retrouvons dans l’autre camp en compagnie d’un détenu ex-officier de l’armée, passablement perturbé mais d’une droiture morale que je qualifierai de fascinante dans ce chaos sanglant. Récit romanesque autant qu’évocation historique, cet album ravira les amateurs d’histoire (avec ou sans majuscule au H de histoire). Une pointe d’originalité bienvenue viendra par ailleurs relancer la lecture en fin d’album (je ne vous en dis pas plus sinon qu’à nouveau, cette touche permet de combiner vérité historique et fantaisie romanesque). Un chouette album dont je recommande non seulement la lecture mais aussi l’achat si vous êtes amateurs du genre.

05/02/2018 (modifier)