L'Homme gribouillé

Note: 4/5
(4/5 pour 14 avis)

Un voyage initiatique au pays des monstres et des merveilles avec au bout, peut-être, un secret venu du fond des âges.


Auteurs suisses Delcourt Frederik Peeters Les prix lecteurs BDTheque 2018 One-shots, le best-of

Entre sa mère Maud et sa fille Clara, Betty Couvreur semble mener une vie tout à fait normale, si ce n’était pour les crises d’aphasie (perte de la parole) dont elle est parfois victime, et la récente inondation de son appartement qui l’a conduit à se faire héberger temporairement chez sa mère. Un matin, alors que Paris est noyé sous des pluies diluviennes, un inquiétant personnage masqué se présente, furieux que Maud ne soit pas venue comme d'habitude lui livrer le « paquet ». Et pour cause, la grand-mère ne s’est pas réveillée et vient de tomber dans un profond coma. Betty découvre alors que l’inconnu est un maître-chanteur qui harcèle Maud depuis des années. Dès lors, sa vie va basculer vers une dimension insoupçonnée la poussant irrésistiblement, en compagnie de sa fille, vers le mystère de ses origines.

Scénariste
Dessinateur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution 17 Janvier 2018
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série L'Homme gribouillé
Les notes (14)
Cliquez pour lire les avis

14/01/2018 | Blue Boy
Modifier


Par jul
Note: 5/5 Coups de coeur expiré

Cela faisait bien longtemps que je n'avais pas été aussi emporté par une bd. Merci bdtheque pour des découvertes de ce genre ! Au début, j'ai tout de même été un peu méfiant par rapport à l'univers ultra-réaliste et ultra parisien. Le petit monde de la littérature parisienne (pour ne pas dire bobo), les us et coutumes d'un type de personnes dans un microcosme un peu élitiste. Mais c'est tellement bien réalisé que c'est immédiatement passionnant. Les vues parisiennes sous une pluie battante, les immeubles gris, les visages et attitudes, une ambiance littéralement fantastique et ultra réaliste en même temps... c'est sublime. En suite on est tout de suite emporté par ce polar ésotérique, me faisant penser un peu à la neuvième porte, du moins au début. J'adore ! Je dévorais les pages à toute allure. Puis nos 2 héroïnes (la mère et la fille) prennent la route pour poursuivre leur enquête et filent vers la Franche Comté dans un petit hameau perdu près de Montbéliard. Atmosphère toujours aussi pluvieuse et mystérieuse et c'est toujours aussi sublime. Je ne me pencherais pas plus sur l’enquête en soi, d'autres l'ont fait bien mieux que je ne puisse le faire, mais sachez qu'il y a un secret de famille remontant à d'obscurs maléfices païens, mélangés à la légende juive du golem. Et bien sûr cet espèce de croquemitaine volatil présent sur la couverture. Les auteurs ont réussi à mélanger tout cela avec une véritable maestria n'ayant rien à envier au cinéma américain. Je suis réellement impressionné par cette lecture que j'ai empruntée à la bibliothèque (à acheter les yeux fermés). Le fait qu'une bd de 328 pages (quel travail titanesque) peut nous passionner autant et être aussi belle en même temps. Chef d’œuvre !

23/01/2019 (modifier)

Le mot qui me vient après cette lecture: quelle maîtrise! Le rythme de l'intrigue (complexe mais toujours lisible et compréhensible, un sacré tour de force) nous emporte tout du long. Due de s'arrêter... Et puis visuellement, y a pas à tergiverser, c'est beau. Merci aux auteurs, ils nous ont fait un beau cadeau.

16/01/2019 (modifier)
Par Gaston
Note: 4/5
L'avatar du posteur Gaston

Un bon album quoique je n'irais pas jusqu'à crier au chef d'oeuvre. Il y a deux choses que je n'ai pas trop aimé dans le scénario: j'ai mis une bonne cinquantaine de pages avant de totalement accrocher (il faut dire que ces pages servent surtout à introduire les personnages) et à la fin on n'explique pas trop le mystère autour de l'homme gribouillé du titre. Il y a un personnage qui donne une hypothèse et j'imagine que c'est l'explication officielle, mais j'aurais aimé une confirmation de la part des auteurs et aussi que l'explication soit un peu plus approfondie. Malgré tout, j'ai bien aimé. Le scénario est globalement bien maîtrisé et on va de surprise en surprise. Les personnages sont attachants, le dessin est dynamique et la narration est fluide. Bref, une oeuvre avec beaucoup de qualités, mais aussi quelques défauts qui font en sorte que je suis un peu moins enthousiaste que d'autres lecteurs.

22/09/2018 (modifier)
Par Ju
Note: 3/5
L'avatar du posteur Ju

Que dire du fameux "homme gribouillé"? Si je ne partage pas l'enthousiasme débordant de certains, je le comprends. L'homme gribouillé est un récit long mais qui se lit très bien, la narration est assez fluide, les personnages sont tous réussis, et le dessin, même si le style m'a gêné de prime abord, est quand même assez remarquable. Et on ne peut que saluer le choix du noir et blanc, qui fait que l'on est ici en présence d'une oeuvre que l'on aime regarder, contempler. Un très beau dessin servi par un scénario qui m' a tenu en haleine toute la première partie du récit. Là, je me disais qu'effectivement, j'étais bien en présence d'un petit chef d'oeuvre. Car même si je ne suis pas un grand friand de fantastique, l'histoire était tellement bien racontée et bien dessinée que je me laissais happer. Malheureusement, j'ai trouvé toute la deuxième partie beaucoup plus brouillonne, plus difficile à comprendre aussi. En fait, je trouve la fin en elle-même belle et très réussie, mais elle est très mal amenée, j'ai eu l'impression que Serge Lehman ne savait plus trop comment finir tout en restant cohérent. Et lorsque le récit s'est terminé, je suis resté sur ma faim, et ai repris ma lecture car je pensais que quelque chose m'avait échappé sur le rôle de Max Corbeau. En lisant les avis ici, je m'aperçois que je ne suis pas seul et que de réponse claire il n'y avait effectivement pas. Dommage car ça partait vraiment bien. Néanmoins, tout n'est pas à jeter dans la deuxième partie, et j'ai notamment beaucoup aimé le personnage de Clara qui prend de l'ampleur tout au long du récit. Mais je reste déçu globalement par la deuxième partie et par la non-résolution du cas "Corbeau" qui m'avait tenu en haleine une grande partie de ma lecture. En tous les cas, cet album mérite que l'on y jette un oeil, au moins en bibli comme je l'ai fait.

16/06/2018 (modifier)
L'avatar du posteur Noirdésir

C’est un album très épais (plus de 330 pages !), mais qui se lit relativement vite. Car plusieurs pages quasi muettes, relativement peu de dialogues. Mais aussi et surtout car c'est une histoire rondement menée et captivante. L’intrigue, qui démarre doucement, avec une histoire familiale semblant banale, bascule doucement – même si la violence donne quelques bons coups d’accélérateur ! – vers le fantastique. En tout cas, Lehman équilibre assez bien son histoire, ne jouant pas trop sur la corde facile et souvent casse gueule d’un fantastique grand guignolesque. Même si le final – sans forcément apporter toutes les réponses attendues – est peut-être un peu brutal, je trouve cette histoire bien fichue, et en tout cas je vous en conseille la lecture. Surtout qu’en plus le dessin de Peeters – auteur que j’aime vraiment beaucoup – est franchement réussi. Dynamique, très bon et beau, que ce soit pour les différents cadrages, le travail sur la pluie ou l’obscurité. Il n’y a vraiment que quelques cases de combats, vers la fin, qui sont plus floues, dont la lecture est moins facile (mais cela n’était-il pas volontaire ?). Note réelle 3,5/5.

04/06/2018 (modifier)
Par Erik
Note: 4/5
L'avatar du posteur Erik

L'homme gribouillé est incontestablement l'une des bd qui marquera l'année 2018. Il y en a généralement assez peu qui sortent du lot mais celle-ci est bien un incontournable dans un genre thriller ésotérique. Cela commence comme un récit quotidien de la vie parisienne pour nous plonger dans une direction plutôt inattendue. J'ai bien aimé le dessin qui est véritablement magnifique par moment. En ce qui concerne le rythme, il est assez bien maintenu. On pourra sans doute se perdre dans les détails de cette histoire de famille mais l'intrigue passera très bien au regard des enjeux bien identifiés. Au final, un excellent one-shot pour une lecture plaisir.

02/06/2018 (modifier)

Un poil déçu avec ce roman graphique, comme souvent quand on attend beaucoup d'un ouvrage. J'ai beaucoup apprécié le rythme de la narration, très fluide, on ne s'ennuie jamais à la lecture de cette BD. Au niveau scénario, il faut saluer le risque pris par les auteurs de raconter un polar fantastique à l'époque contemporaine. C'est toujours mieux que du faire du déjà-vu. Pour les points négatifs, je dirais que plus ça va, moins ça va, et que le scénario perd en solidité à la fin, et, à partir de là, mon intérêt a chuté. Il est vrai que le fantastique prend une place de plus en plus prépondérante dans ce livre, c'est à prendre en compte. Mais en plus, j'ai trouvé que les personnages adoptaient des réactions peu crédibles (la fille perdue dans la montagne avec l'homme gribouillé et la mère a l'air de s'en foutre total, elle s'endort...), et au final, je ne vois pas très bien ce que vient faire Max Corbeau dans cette histoire... Graphiquement c'est bien maîtrisé, j'ai adoré Paris sous la pluie. Le noir et blanc colle parfaitement à cette atmosphère pesante. J'ai trouvé aussi que visuellement c'était plus fouillis à la fin, je devais me concentrer pour comprendre les cases, notamment avec l'homme gribouillé VS Max Corbeau... Je ne pense pas le relire donc je regrette un peu mon achat.

17/04/2018 (modifier)
Par herve
Note: 4/5
L'avatar du posteur herve

Annoncé comme la bande dessinée à lire en 2018, je me suis finalement lancé dans ce one-shot de plus de 330 pages. Je dois dire que j’ai adoré le dessin en noir et blanc de Peeters, qui mérite amplement qu’on s’y attarde. Il excelle aussi bien dans les scènes d’actions, que celles se déroulant à Paris et même les planches muettes sont superbes ! Vraiment du très bon Peeters sur le coup. Superbe travail ! Côté scénario, la première partie va crescendo et l’intrigue nous tient en haleine constamment au fil des pages, on sent la tension monter. Et puis vers la fin, j’avoue que le recours aux légendes du Judaïsme, même si je m’y attendais, a un peu refroidi ma lecture. C’est sans doute mon côté rationnel qui en prend un coup. En mêlant le destin de Max le Corbeau à celui de la mystérieuse créature, on finit par ne plus savoir le rôle de chacun, comme si le scénariste Serge Lehman, ne savait pas comment achever son récit de manière linéaire. A trop mélanger les légendes, on finit par s’y perdre et avoir un goût d’inachevé, une fois le livre reposé. Le rôle de Max devient encore plus obscur au final , et je ne crois pas avoir vu d’explication précise sur l’origine de ce personnage. Reste un très bon travail des deux auteurs, une réflexion sur les origines, et les silences au sein d’une famille assez particulière, il faut dire.

16/04/2018 (modifier)
Par canarde
Note: 4/5
L'avatar du posteur canarde

Attachant et rondement mené. Le dessin a quelque chose qui rappelle ceux de Catel (la technique au feutre peut-être...) mais avec des fonds sombres ou gris sur une grille clairement délimitée. Le format aussi: 328 pages quand même. Le fait que les femmes y sont le sujet principal... Bref il y a une parenté. Mais ça s’arrête là. C'est une fille qui se trouve obligée de retourner vers ses origines. Sa mère est dans le coma, et elle mène l'enquête avec sa propre fille sur cette mère qui semble de plus en plus mystérieuse à chaque pas. Un écrivain raté et obsédé sexuel, un rabbin qui porte les lunettes d' Yves Mourousi (il n'y a que les vieux qui peuvent comprendre), un créature ailée qui traverse le ciel de Paris, des tremblements de terre inexpliqués dans le Jura, des sectes de scientifiques pluridisciplinaires, et une ado qui n'a pas peur des chiens... Si vous aimez les belles brunes en pull rayé, si vous n'êtes pas rebuté par le Paris pluvieux et étrange d'Adèle Blanc-sec, si les dialogues de Zazie dans le métro vous réjouissent, si vous avez lu quelques lignes sur les mythes fondateurs du judaïsme, une BD de Sfar par exemple (sans même l'avoir appréciée, cela n'est pas nécessaire), alors vous aimerez cet homme gribouillé. Laissez-vous aller

02/04/2018 (modifier)
Par sloane
Note: 3/5
L'avatar du posteur sloane

Oui je sais je vais me faire lyncher. Mais, que voulez-vous, moi j'aime bien parfois aller à contre courant des choses. Je vous parle tout d'abord d'un matraquage médiatique, il faut avoir vu dans les rues d'Angoulême tous ces braves gens avec leurs sacs plastique sur lesquels était reproduite la couverture de notre ouvrage, en plus les bougres avaient acheté la chose. En plus prenez deux trois camarades dans notre gîte qui vous font l'article sur la bête, avouez qu'au bout d'un moment vous craquez. De retour dans ma Bretagne, ni une ni deux, j'achète l'objet et j'entame la lecture avec une pointe de circonspection, trop d'éloges tuent l'éloge. Au final, seulement ce pas mal qui tire vers le haut mais je n'ai pas été subjugué par l'ensemble. Oui le dessin est très bon, le scénario super bien construit même si la deuxième partie manque à mon goût de ressort. Est ce l'histoire qui finalement n'est pas aussi originale que cela ? Quoiqu'il en soit, je n'ai pas envie de relire cette BD tout de suite.

02/03/2018 (modifier)