Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire - Commander en ligne : pourquoi Cultura ?

Saint Vladimir

Note: 3/5
(3/5 pour 1 avis)

L'ascension et le règne de Vladimir Ier le Grand, considéré comme le fondateur de la "Sainte Russie".


476 - 986 : Moyen-Âge, Francs, Mérovingiens, Carolingiens... Auteurs néérlandais Biographies Russie

Dans la seconde moitié du Xème siècle, Kiev est devenu un Etat important de la Russie, dont la situation favorable sur les bords du Dniepr lui assure une puissance commerciale avec Byzance et la Scandinavie. Après la mort du roi Svajtoslav, le royaume est en proie à une lutte fratricide ; dans un premier temps, le fils aîné Iaropolk gouverne, mais le plus jeune fills, Vladimir, considéré comme chétif, se découvre une volonté de régner sans partage sur cet immense territoire, il fait donc assassiner son frère, commence à régner en 980 et entreprend l'expansion territoriale, tout en cherchant une religion qui le satisfasse. Le choix de Vladimir se porte sur la religion catholique orthodoxe grecque de Byzance, ce qui annexe définitivement la Russie à l'Occident, ouvrant le pays aux influences byzantines.

Scénario
Dessin
Couleurs
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution Janvier 1992
Statut histoire One shot 1 tome paru

Couverture de la série Saint Vladimir © Le Lombard 1992
Les notes
Note: 3/5
(3/5 pour 1 avis)
Cliquez pour afficher les avis.

18/04/2017 | Agecanonix
Modifier


L'avatar du posteur Agecanonix

J'ai ramené cet album d'Angoulême et je m'aperçois que je ne l'avais pas encore lu. C'est un one-shot historique intéressant dans la mesure où il m'a appris qui était le personnage qui y est décrit ; je n'avais en effet jamais entendu parler de ce Vladimir, prince de Kiev qui devint le premier souverain chrétien de cet Etat russe au Xème siècle. Il faut dire que l'Histoire de ces contrées n'est guère contée à l'école, pas en mon temps en tout cas, et je crois que peu de gens connaissent cette période farouche et encore barbare de ce pays en ce Xème siècle. Le premier intérêt de cet album est donc pédagogique et historique, et ça me contente vu que comme beaucoup le savent sans doute ici, je suis passionné d'Histoire, principalement ce Haut Moyen Age encore obscur. Le second intérêt est graphique, puisque Paul Teng dont je connaissais les travaux, m'avait déjà séduit avec sa Bd Shane, également située dans le Haut Moyen Age, mais en Angleterre, période qui m'était plus familière ; cette bande passa hélas assez inaperçue malgré le remarquable travail graphique de son auteur, et je trouve ici déjà, 6 ans avant, une maturité et un soin dans le dessin qui me ravit. Les visages, les tenues, armes et décors sont soignés et conformes, la documentation fut sans aucun doute excellente, de même que les cadrages et la mise en page sont déjà très étudiés. C'est un atout certain pour ce récit qui hélas n'est pas soutenu par la narration. La bande souffre en effet d'une narration moyenne, l'auteur n'est pas un scénariste de formation, c'est un enseignant-historien, qui se consacre à la littérature et qui s'essayait pour la première fois à la bande dessinée. Il a donc du mal à bien expliquer les multiples actions de Vladimir, il s'attarde sur des épisodes peu importants et fait s'arrêter le récit au moment où le héros devient roi, délaissant donc la majeure partie de son règne, c'est dommage. Parce que j'ai fouillé un peu le personnage, et je me suis aperçu que tout ce qui est décrit dans l'album se retrouve dans les manuels d'Histoire, il y avait matière à développer certains faits qui auraient pu être intéressants. Pourtant, son règne est entouré de légendes, mais la légende justement montrant Vladimir écouter les arguments des missionnaires musulmans, juifs, latins et grecs orthodoxes, est montrée ici, c'est ce qui décidera de sa conversion, qui on s'en doute était dictée par la politique et le désir de se rapprocher de Byzance. On apprend néanmoins que Vladimir devient seul maître de la Russie kiévaine, étendant son autorité sur la Crimée et la Galicie, puis épousant la princesse Anne, soeur du souverain byzantin Basile II, et se convertissant au christianisme orthodoxe. Mais j'aurais bien voulu qu'on m'explique comment un idolâtre fervent devint subitement chrétien en détruisant ses idoles de bois, et comment un prince aux mille concubines devint d'un seul coup un époux monogame attentionné ; ces changements ne se firent pas en quelques instants. Le traitement aurait été adéquat en diptyque, un seul album c'est un peu court. Malgré ça, la lecture reste instructive et plaisante, et l'album peut s'acheter à prix modique, quoique je doute qu'il soit facilement trouvable.

18/04/2017 (modifier)