L'Amour est une haine comme les autres

Note: 3/5
(3/5 pour 5 avis)

Une amitié interdite dans la Louisiane raciste des années 30...


1930 - 1938 : De la Grande Dépression aux prémisces de la Seconde Guerre Mondiale 1946 - 1960 : L'Après-Guerre et le début de la Guerre Froide Racisme, fascisme [USA] - Dixie, le sud des USA

Une amitié interdite dans la Louisiane raciste des années 30... William est un enfant peu doué. À l'inverse, Abelard a des capacités intellectuelles hors normes. Mais il ne peut aller à l'école : les Noirs n'y sont pas acceptés. Entre les deux enfants, un pacte est scellé. Abe aidera William pour ses devoirs, et ce dernier lui trouvera toujours du travail. William gravit ainsi tous les échelons de la société locale, fondant sa propre entreprise dans laquelle Abe, l'homme à tout faire, prend les décisions dans l'ombre. William se décidera-t-il à donner à Abe la place qui lui revient, à placer un nègre dans son fauteuil ? Une amitié d'enfant, si forte soit elle, peut-elle survivre à de telles tensions ?

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 01 Février 2017
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série L'Amour est une haine comme les autres
Les notes (5)
Cliquez pour lire les avis

13/02/2017 | Ro
Modifier


Par sloane
Note: 3/5
L'avatar du posteur sloane

Ça pour ce qui est du manichéisme c'est sur qu'avec cette histoire ont est gâté. Je ne reviendrais pas sur toutes les bizarreries repérées ici ou la par mes petits camarades précédents mais bon. Le souci principal c'est que j'ai l'impression d'avoir lu ou vu cette histoire des centaines de fois, si le potentiel de départ avait de quoi mettre l'eau à la bouche, les choses se délitent doucement par le fait des petites incongruités relevées ici ou la de même que des flashbacks intempestifs. Dire que je me suis ennuyé serait exagérer mais je n'ai pas été franchement emballé et que dire de ce final des années plus tard qui voit nos héros réunis lors d'un meeting de Martin Luther King entre les deux, mystère. Tout n'est pas à jeter dans cette BD mais à mon sens il lui manque ce petit supplément d'âme qui aurait permis une note supérieure.

01/12/2018 (modifier)
Par jujub
Note: 3/5

L'histoire d'une amitié "contre-nature" entre un noir et un blanc dans les Etats-Unis des années 30. Le récit fonctionne bien, mais les personnages sont trop caricaturaux, et les ficelles un peu grosses. Au final, une BD qui se lit rapidement mais qui s'oublie vite. C'est dommage, avec un peu plus de nuances dans les caractères et les péripéties, on tenait là une vraie bonne BD.

14/09/2017 (modifier)
Par Erik
Note: 4/5
L'avatar du posteur Erik

L'amour est une haine comme les autres est tout d'abord une véritable histoire d'amitié entre deux hommes de races différentes dans la Louisiane raciste des années 30 et 40. Qu'y a t'il de plus beau que la véritable amitié ? Cette histoire touchante est inspirée de faits réels et respire la crédibilité. Le racisme et la haine ne passeront pas. Il y aura beaucoup d'épreuves à traverser au fil des années. Sur la forme, c'est assez plaisant à lire. Il y a des flash-back mais qu'on arrive à suivre grâce à la couleur différenciée. Les dessins réalistes sont également bien réalisés. Bref, c'est une belle histoire d'amitié comme on aimerait qu'elle existe plus souvent. Un bel exemple de fraternité dans un contexte assez difficile.

09/06/2017 (modifier)
L'avatar du posteur Noirdésir

Bon, je me retrouve bien dans l'avis de Ro. En effet, c'est un album qui traite d'un sujet intéressant (le racisme dans le Sud des Etats-Unis, dans la première moitié du XXème siècle), et qui l'aborde par le biais d'une amitié très forte et durable entre un Blanc (riche) et un Noir (pauvre) - même si ces inégalités, en allant de soi dans ce cadre, font ici un peu caricatural par rapport aux relations que ces deux personnages entretiennent. Et c'est là que le bât blesse. Il y a trop de choses improbables, peu crédibles dans cette histoire pour que je puisse m'y accrocher. L'amitié entre deux personnages que tout oppose (couleur de peau, statut social, "intelligence", débrouillardise) est amenée brutalement, sans trop d'explication (et quasi caricaturale), et le pacte entre les deux hommes m'est lui aussi apparu comme artificiel. Comme Ro, j'ai trouvé totalement improbables les morts des deux mères: les circonstances bien sûr, mais aussi la similarité. C'en était presque ridicule pour la deuxième, trop forcée. Quant à la chute, si relier tout ça par un saut de puce avec le combat quelques années plus tard de Martin Luther King est une bonne idée, c'est un peu téléphoné, brutal - et peu exploité du coup, et surtout cela s'accompagne de nouveaux détails improbables sur la vie des deux héros Dans un cadre un peu similaire, on est très loin de "La poursuite impitoyable" d'Arthur Penn.

28/02/2017 (modifier)
Par Ro
Note: 3/5
L'avatar du posteur Ro

Cet album raconte l'histoire d'amitié, dans la Louisiane de la première moitié du XXe siècle entre un blanc, fils d'un riche entrepreneur, costaud mais un peu benêt, et un noir, malingre mais très intelligent. Après que le garçon blanc ait sauvé la vie du noir, les deux se lient d'une amitié sincère et décident de s'aider mutuellement. Le noir aidera le blanc à réussir ses études et à reprendre la société de son père, tandis que l'autre protégera son ami contre les exactions racistes de la population locale. Mais ils devront garder le secret sur leur amitié sous peine d'être punis tous les deux par la société ségrégationniste et haineuse dans laquelle ils vivent. Sur le fond, ce scénario est intéressant et dispose d'un bon potentiel. La dénonciation du racisme dans le Sud des Etats-Unis n'est clairement pas un sujet neuf mais le traiter par le biais d'une telle amitié secrète entre un noir et un blanc apporte un peu d'originalité. On est curieux de voir comment ils vont se débrouiller l'un et l'autre et si leur amitié réussira à durer, même si les pages d'introduction de l'album semblent ne rien présager de bon pour leur avenir commun. Le style de dessin de Lionel Marty est assez personnel. Je le trouve agréable, bien colorisé, et j'aime bien ses décors et l'aspect de ses personnages. J'ai un peu plus de mal par contre avec la façon dont il dessine les bouches qui ont régulièrement l'air d'être déformées ou déchirées. Maintenant, le déroulement de l'histoire en elle-même ne m'a pas convaincu. Déjà la narration est un peu confuse avec des flash back qui s'insèrent régulièrement sans prévenir dans le récit. J'aurais préféré un peu plus de linéarité dans ces circonstances. Ensuite il y a quelques passages qui sonnent artificiels, notamment les morts similaires des mères des deux héros qui ne sont pas crédibles. Et enfin et surtout, il y a un trop fort manichéisme dans cette histoire. On sent que les auteurs mettent bien d'un côté les deux gentils héros contre tous les méchants du monde, des méchants qui sont tous plus méchants, haineux et pourris les uns que les autres. Cette accentuation de la haine, même envers les membres de sa propre famille, s'apparente presque à de la caricature et réduit l'élégance et l'impact de cette dénonciation du racisme. Dommage car le thème est bon et de mettre en comparaison, comme les auteurs le font ici, la situation intolérable en Louisiane dans les années 30-40 avec la bouffée d'espoir des années 60 de Martin Luther King était une initiative louable.

13/02/2017 (modifier)