Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

Nuages et pluie

Note: 3/5
(3/5 pour 1 avis)

Un allemand, qui ne réussit pas à retrouver sa place dans l’humanité après guerre, se retrouve à travailler dans une usine chinoise au Laos.


Indochine La BD au féminin

Werner a survécu à la première guerre mondiale grâce au corps de son ami Georg qui a été traversé par une balle. La balle, ralentie, n’est pas arrivée jusqu’au cœur de Werner. Il en fait chaque nuit des cauchemars. Incapable de retourner en Allemagne, où il vivait une vie oisive et désintéressée de tout, Werner a choisi de partir en Indochine, dont lui parlait souvent son ami Georg, professeur de littérature allemande mais amoureux de l’écrivain et aventurier français Henri Mouhot. Mais l’Indochine, française, est un endroit difficile pour lui et il est régulièrement battu par les colons qui ne l’acceptent pas. De petits boulots en refuges de fortune, il se retrouve au Laos, dans une usine tenue par une famille chinoise, qui ressemble à forteresse imprenable. Les ouvriers sont des hommes moribonds, sans vie, comme des zombies. Affecté dans une dépendance près de la rivière qui sépare le domaine des maîtres des lieux, Werner trouve une certaine quiétude. Mais une nuit qu’il est sorti pour une miction pressante, son attention est attirée par une musique. Sur la berge d’en face, une jeune femme magnifique chante un air envoûtant. Werner est instantanément saisi par sa beauté…

Scénariste
Dessinateur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution 11 Mai 2016
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Nuages et pluie
Les notes (1)
Cliquez pour lire les avis

15/10/2016 | Erik
Modifier


Par Erik
Note: 3/5
L'avatar du posteur Erik

C'est un conte vraiment étrange que voilà sur le thème de la quête de soi. Cela semble se passer après la Première Guerre Mondiale où un jeune allemand se retrouve malgré lui au Laos où il tente de se reconstruire après la perte de son meilleur ami sur le champ de bataille. Il va atterrir dans un bien étrange endroit à la disposition d'un employeur assez mystérieux. On va vite basculer dans le fantastique après une légère touche d'ésotérisme et un parfum de poésie. Certaines images pourront apparaître assez crûes mais c'est pour les besoins de ce récit qui parvient également à éviter le mauvais goût. On retrouve un mélange de genre assez étonnant de la scénariste de L'Odeur des garçons affamés. A la fin, j'avoue ne pas avoir tout compris. On reste alors sur un sentiment mitigé. J'ai l'impression qu'il y avait de la potentialité à quelque chose d'assez puissant mais que cela s'est perdu en cours de route au profit de quelque chose d'assez incompréhensible. Il reste néanmoins un certain envoûtement de ce conte vampirique.

15/10/2016 (modifier)