Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

La Loterie

Note: 3.22/5
(3.22/5 pour 9 avis)

Dans un village de la Nouvelle-Angleterre, chaque année, au moins de juin, on organise la Loterie


Adaptations de romans en BD BDs controversées [USA] - Nord Est

Dans un village de la Nouvelle-Angleterre, chaque année, au moins de juin, on organise la Loterie, un rituel immuable, où il est moins question de ce que l'on gagne que de ce que l'on risque de perdre à jamais.

Scénaristes
Dessinateur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution 14 Septembre 2016
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série La Loterie
Les notes (9)
Cliquez pour lire les avis

10/10/2016 | herve
Modifier


Par Ro
Note: 2/5
L'avatar du posteur Ro

La Loterie séduit par son graphisme très inspiré des tableaux de Hopper. Une représentation de l'Amérique du début du 20e siècle, avec ses villages paysans austères, ses devantures de magasins en lettres peintes, ses restaurants diners et son ambiance protestante guindée. Dans ce village s'organise une loterie où chaque famille va tirer un papier au hasard, avec un unique gagnant. Le rythme est très lent, très aéré, presque cinématographique mais le genre art et essais avec un minimum de dialogues et beaucoup de silences pleins de sous-entendus. Rapidement on constate que quelque chose cloche avec cette loterie et on croit deviner ce qu'il va se passer. Alors le reste de la lecture, les bons deux tiers de l'album quand même, consistent à se demander s'il va vraiment arriver ce qu'on pense avoir deviné, et si oui alors pourquoi ? Quelle est l'explication ? Mais voilà, arrivé en fin d'album, on constate qu'il se passe vraiment ce qu'on avait deviné, rien de plus, et pas d'explication du tout. Il s'avère que la nouvelle ainsi adaptée en BD avait créé le scandale au moment de sa création, au milieu du 20e siècle, et avait énervé beaucoup de lecteurs par son absence d'explication justement. De nos jours, elle choque beaucoup moins car le cinéma, la télé et les romans ont déjà imaginé ainsi bien plus dérangeantes. Mais le manque d'explication me frustre autant car je trouve cela gratuit et sans réel impact. Bref, je sors déçu de cette lecture alors que son dessin, lui, aurait pu beaucoup me plaire.

17/11/2018 (modifier)
L'avatar du posteur Noirdésir

Voilà un album relativement épais, mais aussi très vite lu, car peu de cases, quasiment pas de dialogues, voire de texte, et une intrigue quasi inexistante, si ce n’est une lente montée en tension, vers la libération finale. Vite lu, cet album n’en laisse pas moins des traces, car l’histoire qu’il relate est des plus intrigantes. Elle est vraie – aussi incroyable que cela puisse paraitre (je ne spoilerai pas), et a été relatée dans une nouvelle de la grand-mère de l’auteur (qui l’adapte ici en bande dessinée). Il y a dans la cérémonie – à laquelle peut être assimilée cette « loterie » - quelque chose de brutal et d’immémorial : on touche là aux rituels que l’on croyait disparus depuis longtemps dans nos sociétés policées. Mais il est vrai que dans l’Amérique profonde et puritaine du début du XXème siècle – mais cela a-t-il complètement changé ? – certains aspects sclérosés de la société perdurent sans doute plus qu’ailleurs. Cela dit, c’est un album que je n’ai pas forcément envie de relire, et qui n’est pas non plus enthousiasmant. Mais qui relate une histoire originale – du moins j’espère !

20/08/2017 (modifier)
Par Gaston
Note: 3/5
L'avatar du posteur Gaston

Adaptation d'une nouvelle que je ne connaissais pas et un truc intéressant c'est que le dessinateur est le petit-fils de la femme qui a écrit cette nouvelle. C'est une histoire où il y a peu d'actions durant la majorité du récit et donc pour apprécier il ne faut pas avoir peur des récits lents où on a l'impression qu'il ne se passe pas grand chose. On suit un village qui fait une loterie et ce n'est qu'à la fin que j'ai compris le but de l'histoire. La fin est pas mal et je comprends que cela ait choqué à l'époque, mais je n'ai pas aimé au point de trouver que c'était un chef d’œuvre. Pour qu'une fin comme ça me choque profondément, il faudrait que je m'attache aux personnages ce qui n'est pas arrivé. Je les connais à peine et si avec leurs paroles et leurs gestes on peut deviner leurs personnalités, je ne serais pas capable de faire des descriptions plus complètes que 'le type là c'est le doyen du village et il est.. euh... ben le doyen du village'. Le dessin est pas mal au niveau du décor et des couleurs, mais je ne suis pas trop fan des visages des personnages. Donc c'est une histoire qui m'a laissé un peu froid la majeure partie du temps et qui a une bonne fin, mais ce n'est pas assez pour que je trouve que cela soit exceptionnel. Peut-être que je vais apprécier mieux un jour après une relecture. J'ai d'ailleurs essayé de relire l'album tout de suite après avoir lu la fin, mais cela m'a ennuyé et je n'ai pas continué.

28/05/2017 (modifier)
Par Erik
Note: 3/5
L'avatar du posteur Erik

Je n'ai jamais aimé jouer à la loterie. On a toujours plus de chance de perdre que de gagner. Le grand gagnant est toujours l'Etat. Là, il s'agit d'une loterie digne d'un Hunger Game et non d'un bingo loto pour club du 3ème âge. Il ne faut surtout pas tirer le mauvais bulletin. Le cadre est celui de l'Amérique puritaine des années 50 dans un village reculé. C'est une bd assez contemplative avec des scènes toute simples qui se répètent inlassablement pour un résultat final assez décevant. On peut très vite s'ennuyer. On n'a d'ailleurs pas le temps de faire connaissance assez avec les personnages pour avoir peur avec eux. On devine très vite quel est l'enjeu de cette loterie annuelle qui se pratique depuis plusieurs générations dans cette Amérique profonde. Pour autant, je serai indulgent dans ma notation car la thématique principale tirée d'une adaptation d'un classique de la littérature américaine demeure intéressante. C'est juste un peu mal exploité...

11/02/2017 (modifier)
Par Canarde
Note: 4/5
L'avatar du posteur Canarde

Terrible ! Le dessin et l'histoire y forment un couple parfaitement ajusté. Difficile de vous dire quoi que ce soit du scénario sans nuire gravement à votre plaisir de lecture. Simplement c'est le petit fils de l'auteur de la nouvelle qui l'adapte en BD. C'est comme une longue macération, sur plusieurs générations, qui aboutit à l'éclosion parfaite... L'image est lumineuse et douce, cernée de traits veloutés qui se confondent avec les ombres. Cela donne un aspect abstrait, sans saleté, sans angle aigu, ni trait fin, une sorte d'égalité de traitement pour toute chose: les vêtements, les maisons, les visages, les pierres... Tout y est décrit dans un calme qui devient suspect au fur et à mesure de la nouvelle. Les visages sont précis, on y lit leur soumission, leur inquiétude, leur force, leur solidarité. Cette histoire qui a fait scandale à sa parution aux États-Unis en 1948, se retrouve en résonance singulière avec l'air du temps : "le retour aux valeurs". Le coté village tranquille au delà de tout soupçon, de bonnes gens qui suivent la règle. Pas de détail, de situation historique ou géographique précise, de signes sociaux que l'on pourrait identifier : c'est la force de la nouvelle : seulement le principal, l'Humain. Très peu de mots : des regards plissés sous le soleil, des postures, la place glaçante des enfants. Une belle angoisse, qui pose beaucoup de questions, une fois le livre refermé.

29/01/2017 (modifier)
Par Montane
Note: 4/5
L'avatar du posteur Montane

Tout démarre de manière très paisible dans cette histoire. Un petit village perdu des États Unis. Une population rurale qui vaque à ses occupations paysanne. Très peu de dialogues, des scènes de la vie quotidiennes dessinées ou plutôt peintes serais je tente de dire tant on a le sentiment d'avoir sous les yeux des tableaux de Hopper. On a en effet plus le sentiment de contempler de superbes tableaux avec un dessin plutôt figé, et beaucoup moins une succession de cases comme dans une BD classique. Et puis un événement de prépare, une loterie en occurrence organisée chaque année. On a le sentiment que c'est l'événement majeur dans ce coin perdu des États- Unis. Le tirage à lieu et curieusement le vainqueur ne semble pas en éprouver la moindre satisfaction. Et c'est la qu'un véritable coup de théâtre intervient, quelque chose que le lecteur ne peut voir venir. Un basculement dans l'irrationnel, dans l'incompréhensible. À chacun de se faire son avis. On ressort de cette lecture avec un vrai sentiment de malaise, mais c'est aussi la force de cette histoire outre la qualité du dessin: surprendre le lecteur, l'obliger à s'interroger sur un final particulièrement dérangeant. Alors, on aime ou on n'aime pas, mais je ne vous pas comment on pourrait rester indifférent à une telle histoire.

08/11/2016 (modifier)
Par ArzaK
Note: 4/5

L'Américain Miles Hyman adapte en bande dessinée la célèbre nouvelle de Shirley Jackson, sa grand-mère. Un des textes les plus intrigants, dérangeants et mystérieux de l'histoire de la littérature américaine. L'apparente quiétude de ses images, la douceur de ses couleurs, l'intimité que le dessinateur accorde à ses personnages avant l'horreur restituent en image toute la force de cette métaphore puissante de la cruauté de toute société humaine.

13/10/2016 (modifier)
Par DamBDfan
Note: 1/5

Je n'ai pas trouvé cette BD extraordinaire. Quand je vois certaines critiques BD si élogieuses sur le net de soi-disant spécialiste, je me pose des questions. Alors, oui il y a de très beaux dessins rappelant Edward Hopper, une certaine ambiance, de beaux cadrages, mais qui dit BD dit aussi scénario (si ce n'est que pour contempler des dessins autant prendre un livre d'art), hors celui-ci est quasi inexistant et pour le peu qu'il y en a, ce n'est franchement pas terrible, rien n'est fouillé, ça s'étire inutilement et surtout, ça ne raconte finalement rien grands-choses, presque insignifiant. Miles Hyman n'avait donc rien d'autres dans ses tiroirs (?) plutôt que d'adapter cette nouvelle qui paraît-il était scandaleuse à l'époque de sa sortie. A la limite je veux bien le croire même si pour ma part cela s'est révélé sans aucun effet, mais franchement aujourd'hui, avec tout ce qu'on voit, regarde, lit...Il n'y a vraiment pas de quoi en faire tout un fromage surtout à 23 € la bête. En plus de cela, j'ai même trouvé le récit assez confus par moment avec de sérieuses lacunes de découpage, traductions (?) : Page 49 : Qu'est ce que fait le personnage de Joe avec sa main dans l'urne ? Cette image prend une grosse partie de la page et semble avoir de l'importance. On verra par la suite qu'il n'en est rien. De la page 102 à 107 je n'ai pas compris ce qu'il se passait et ce qu'il se disait. Les phrases/séquences sont très confuses, mal traduites (?) avec une désagréable impression de désordre qui cassent la fluidité de lecture. Une déception et une belle arnaque.

11/10/2016 (modifier)
Par herve
Note: 5/5 Coups de coeur expiré
L'avatar du posteur herve

J'avais découvert Miles Hyman avec Le Dahlia noir scénarisé par Matz et David Fincher (d'après le roman de James Ellroy). Véritablement tombé en admiration devant ses planches (même si certains trouvaient ses personnages "figés"), je me suis précipité sur son art-book intitulé "Drawings" édité en 2015 chez Glénat. On pouvait y découvrir de somptueux dessins, d'illustrations de couverture de romans ou d'articles de presse. Un régal ! Avec "La loterie", Miles Hyman adapte une nouvelle de sa grand-mère, Shirley Jackson, qui avait fait scandale à l'époque, en 1948. Ce livre de 140 pages fait une part belle aux formidables dessins de Hyman (avec en moyenne 3 vignettes par planches). Ce qui permet au lecteur d'admirer le travail du dessinateur. Malgré la montée du suspense et la noirceur du récit au fil des pages, on ne peut que saluer la luminosité des planches. Miles Hyman nous offre des gros plans de visages assez percutants et des pleines pages qui permettent au lecteur de prendre son temps, de découvrir cette loterie quasiment en temps réel. Car outre la population du village, le temps est pour moi un des principaux personnages de cet ouvrage. Je ne vous dévoilerai pas l'enjeu de cette loterie, car cela nuirait au plaisir de cette lecture. Pour ma part, dès avoir lu cet album, j'en ai repris la lecture pour voir quels étaient les signes avant coureurs de cette conclusion. Un dessin formidable, des planches lumineuses sur un scénario étonnant, bref une très belle bande dessinée que l'on peut lire aisément plusieurs fois.

10/10/2016 (modifier)