Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

Encaisser !

Note: 3.33/5
(3.33/5 pour 3 avis)

La vie derrière la caisse n'est pas facile et, à force de tout encaisser, on risque de craquer...


Documentaires La BD au féminin Supermarchés

Dans le supermarché Batax, on trouve de tout, comme le rêvait le fondateur de cette entreprise familiale qui a réussi. Mais entre pression au rendement, clients mécontents et syndicats complaisants, la vie derrière la caisse n'est pas facile. À force de tout encaisser, on risque de craquer...

Scénaristes
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 31 Août 2016
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Encaisser !
Les notes (3)
Cliquez pour lire les avis

24/09/2016 | Mac Arthur
Modifier


Par Erik
Note: 4/5
L'avatar du posteur Erik

Le rôle d'une caissière est d'encaisser pour pouvoir ensuite redistribuer le fruit de la consommation aux actionnaires. Cependant, les caissières n'encaissent pas de l'argent mais bien plus que cela. C'est d'ailleurs assez malheureux, surtout si on compare le travail accompli péniblement au salaire ridicule, digne de l'aide social. J'ai lu avec attention la scène de l'embauche où il ne faut surtout pas poser des questions qui fâchent (avantage, mutuelle, heure supplémentaire...). J'en connais un qui n'avait même pas demandé le montant du salaire et qui s'est retrouvé au SMIC à Bac+5 mais embauché. Il faut encore dire merci patron. On suit l'évolution d'une caissière d'un supermarché qui essaie de travailler pour gagner sa vie et élever seule son enfant dans les meilleures conditions possibles comme tout un chacun. Elle sera face à un système hautement inhumain marqué parfois par l'absence de bienveillance. Il est vrai que cette œuvre va prendre un autre tournant en suivant également la vie d'un cadre et en débouchant sur une grève à peine soutenue par les syndicats. Il faut dire que ces derniers sont très souvent de mèche avec la direction qui leur accorde un bout de gras. Cela se passe dans un supermarché mais j'ai retrouvé beaucoup de similitudes communes avec d'autres secteurs économiques. Je trouve que c'est intéressant le travail qui a été effectué par l'auteure Anne Simon d'après une enquête de Marlène Benquet. Ce genre d’œuvre sur le monde du travail manque beaucoup sur le marché pour faire évoluer un peu les mentalités dans une prise de conscience collective. En effet, quelque chose ne tourne plus rond dans notre système...

14/02/2020 (modifier)
Par Canarde
Note: 3/5
L'avatar du posteur Canarde

Tout-à-fait du même avis que Mac Arthur (que je vous invite à lire, l'avis est complet) je rajoute juste : Pas aussi bien que celui sur le milieu du bâtiment en tout cas, même si le dessin est en apparence plus habile (jolies tâches sur la page et vigueur de la stylisation). Il manque de la matière, le temps est monopolisé par le sujet de la grêve (qui n'est pas forcément celui qu'on attendait) et je pense que le quotidien de la caissière n'a pas été épuisé dans ce numéro. Dommage !

03/10/2016 (modifier)
L'avatar du posteur Mac Arthur

Nouvel album de la collection Sociorama de Casterman (collection à laquelle je vous invite réellement à jeter un œil tant la démarche documentaire y est pertinente), cet album est celui qui, jusqu’à présent, m’a le moins convaincu. Pourtant sa thématique me semblait des plus intéressantes puisqu'elle nous donne l'occasion de nous pencher sur l'un des métiers les plus révélateurs de notre époque (par sa déshumanisation, son caractère répétitif et non-valorisant, la précarité de ses horaires, etc …) : le métier de caissière en grande surface. Malheureusement, même si la réalité du quotidien de la fonction n’est pas oubliée, le propos du livre va rapidement dévier de ce que je pensais être son sujet principal pour se concentrer sur une grève menée au finish par l’ensemble des caissières d’un grand magasin. Ce n’est certainement pas inintéressant … mais ce n’est pas ce à quoi je m’attendais. Ce récit aurait mérité d’être renommé en « de la difficulté de mener une action syndicale pour des ouvriers en statut précaire ». J’aurais alors été moins déçu par son contenu. Finalement, ce récit m'a paru long, avec quelques informations intéressantes et un ton naturel agréable mais aussi beaucoup de lieux communs. Il ne remplit donc pas pleinement son objectif de distraire tout en instruisant.

24/09/2016 (modifier)