Pour une poignée de sang ! (Fistful of Blood)

Note: 2.83/5
(2.83/5 pour 6 avis)

Une Étrangère Sans Nom débarque dans une Ville Sans Nom pour y faire le ménage... Le western spaghetti revu et corrigé par les deux têtes pensantes de la revue "Heavy Metal".


Vampires Zombies !!!!!!

"Il y a bien longtemps, dans un futur pas si lointain", deux gangs se partagent le contrôle d'une petite ville perdue du Far-West. D'un côté, les von Bismarck, un clan de zombies et de l'autre, les McDonald, un clan de vampires. Un jour, une bombe sexuelle débarque en ville et se met à flinguer les membres des deux clans. Qui est- elle ? Que veut-elle ? La guerre que cette mystérieuse Étrangère Sans Nom livre aux deux gangs semble s'engager dans l'impasse : elle ne pourra jamais vaincre ses adversaires, qui sont trop nombreux et surtout immortels, et eux-mêmes ne pourront jamais la tuer, car cette dure à cuire insaisissable qui tire plus vite que son ombre et fait mouche à tous les coups est trop forte pour eux. Alors, chacun des clans va lui proposer une alliance en vue d'éliminer le clan adverse...

Scénariste
Dessinateur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution Octobre 2002
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Pour une poignée de sang !
Les notes (6)
Cliquez pour lire les avis

05/11/2002 | Cassidy
Modifier


L'avatar du posteur Agecanonix

Découvert par hasard chez un de mes bouquinistes, ce comics n'a pas une allure western quand on jette un oeil rapide sur sa couverture, mais plutôt fantastique. Aussi, quand mon bouquiniste me dit : "Tu vas voir, c'est un western déjanté", ben oui, il a raison, c'est vraiment le gros délire, un véritable festival de dessoudages bien saignants, du charcutage à haute dose, du massacre patenté bien gore dans une joyeuse ambiance second degré agrémentée de sexe, où zombies et monstres répugnants de tout poil restent collés au plafond ou sur les murs dégoulinants. Les effets sont accentués par une mise en page de folie, avec des cases de différents formats créant une sorte de chaos indescriptible, et par le dessin de Simon Bisley qui ne tient pas en place. Il est ici complètement déchaîné et n'hésite pas à mettre le paquet dans l'outrance et l'excessif. Assez différent de ce qu'il faisait sur des épisodes de Judge Dredd, il varie les styles graphiques et donne une allure ultra sexy à son héroïne qui se retrouve souvent à poil. Le plus drôle, c'est que ça prend pour alibi culturel une relecture du premier western de Sergio Leone, Pour une poignée de $, où l'ami Clint opposait 2 clans rivaux en regardant dégringoler les cadavres. Le décor western n'est cependant qu'une sorte de prétexte car les codes du genre explosent un peu partout et sont utilisés à des fins divertissantes, un peu comme dans le film Mort ou Vif, western parodique où Sharon Stone était une tireuse d'élite se frottant à un milieu très masculin. Vu comme ça, le scénario peut paraître léger, il l'est, c'est vrai que ça ne vole pas très haut, mais c'est revendiqué, et qu'est-ce qu'on rigole ! Moi je l'ai reçu ainsi. En tout cas, c'est complètement azimuté et ça ne vise qu'à distraire, mais le côté trop délirant et son mélange de genres trop accentué peuvent ne pas plaire aux lecteurs peu habitués des comics.

18/11/2014 (modifier)
Par Tomeke
Note: 3/5

Premier contact avec Bisley, ici au dessin. Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il sait dessiner la gente féminine avec générosité… Le pitch : une espèce de bombe sexuelle débarque dans un rade pourri où, hormis un pauvre maître d’hôtel, règnent en maître zombies et vampires. Ça saigne à foison, ça flingue, ça vanne, ça bave, ça montre son cul et ses nichons ; bref, que du raffiné qui me plaît ! Le one-shot se lit assez vite et, malgré l’aspect minimaliste du scénario, est arrivé à me divertir. J’aime les zombies et les vampires et heureusement… Cependant, si vous n’aimez pas ces bestioles (les zombies et les vampires, hein !) et si l’aspect borderline décalé ne vous tente pas, passez votre chemin, car rien ne devrait dès lors vous intéresser ! J’ai apprécié les dessins, souvent très réussis, même si certaines planches présentent franchement un aspect brouillon ; défaut constaté dans les scènes d’action. Pour le reste, cela me pousse à découvrir l’œuvre de Bisley, manifestement inspiré par le trash. En conclusion, la note 3/5 me semble justifiée. Il s’agit d’un chouette divertissement qui ne casse pas non plus des briques. Je conseille la location ou l’achat en occaz’ (comme moi). Ou alors vous êtes fan des auteurs (ou des poupoules sur-siliconées en santiags)…

07/03/2011 (modifier)
Par Ems
Note: 3/5

Etonnant, divertissant et délirant. Ce Western n'en a que le contexte car les personnages sont tous particuliers : un clan de zombis, un autre de vampires, une tueuse presque toujours nue, etc... Le scénario est bourré d'humour, il a une ligne directrice claire et assumée. Je ne souhaite pas en dire plus car c'est l'effet de surprise qui donne l'intérêt à ce one shot. Au delà il vaut tout de même le coup car il mélange les styles avec réussite jusqu'au final surprenant et bien amené. Le dessin noir et blanc est très agréable, le trait n'est pas toujours précis mais il est nerveux et dynamique. Le résultat global est réussi grâce à de bons cadrages. La lecture est rapide, on n'a pas le temps de souffler, cette expérience est à recommander. Note finale : 3.5/5

27/11/2010 (modifier)
Par Miranda
Note: 3/5
L'avatar du posteur Miranda

Mini scenario et maxi délire, mais pas si mini que ça non plus, il y a quand même de la recherche. Pour commencer il a fallu habiller la fille qui fait une entrée fracassante en tenue d’Eve, affublée non pas d’un balcon impressionnant mais d’une méga terrasse ! Les premiers mecs qu’elle croise s’ils n’étaient déjà morts auraient risqué l’apoplexie. Un rien habille ce corps parfait sorti des fabuleuses main du Dieu Bisley : un mini string, une paire de santiages, des jambières, un corset qui risque le déchirement à tout instant, joliment agrémenté d’une fine dentelle, un chapeau de cow boy histoire de rendre le tout crédible et deux énormes flingues à rendre jaloux l’historique Clint. Je précise que la donzelle a aussi une cervelle, même s’il faut creuser un peu pour s’en rendre compte, ou disons plutôt avancer dans l‘histoire, ce qui est une agréable surprise. Elle ne sort pas un mot la petite poulette, par contre elle défouraille sec et zigouille tout ce qui bouge, normal en même temps, tout ce qui bouge autour d’elle ne sont que vampires et zombies. Bref, c’est la guerre ! Elle se retrouve au milieu de tout ce bordel et n’a pas l’intention de se laisser manipuler - c‘est là que « elle a aussi une cervelle » prend tout sons sens. Son pote l’hôtelier lui apportera son soutien… moral et matériel, en fait surtout matériel. La chute est surprenante, mais est-elle satisfaisante ? - Oui, car originale. - Non, car du coup elle ouvre la porte à un sacré suspense. C’est une des raisons pour laquelle je n’achèterai pas cette bd, la fin est un peu frustrante, la seconde étant que je ne suis pas un mec. Il y a de l’humour, mais pas du genre fin et délicat, ce n’est pas grossier non plus, c’est à prendre au troisième degré. Mais que c’est beau ! Il y a certaines cases un peu moins peaufinées mais peu importe car « on se rince l’œil » à chaque planche, évidemment les hommes se rinceront deux fois plus. A lire ou tout simplement à regarder…

18/10/2010 (modifier)
Par Marv'
Note: 3/5

Vous aimez Bisley et son style hyper-exagéré ? Vous êtes fan de Pamela Anderson façon "Barb Wire" survoltée ? Vous adorez les westerns spaghettis et les films de morts-vivants ? Vous n'avez rien contre les histoires minimalistes tant qu'elles déchirent tout et vous en mettent plein la vue ? Le Noir & Blanc ne vous rebute pas dans une BD ? Si sans hésitation vous répondez oui aux 3 premières questions et non aux 2 dernières, vous pouvez vous attaquer à cet album, sinon, passez votre chemin ... Concrètement, ce comics, visiblement plus ciblé pour un public averti que la majorité de la production américaine, possède avant tout une grande qualité : son dessinateur. Ici, Bisley se lâche vraiment et cette version mi-crayonnée mi-encrée de son travail nous fait découvrir une autre facette de l'artiste, qui se fait plus précis, plus complexe que d'habitude. C'est la bonne surprise de l'album. Pour le reste, entendez par là l'histoire, on navigue à vue quelque part entre les films gores de série Z et les pires westerns italiens parodiques. Il y a certes un public pour ça, mais il faut avouer qu'il est restreint .. Voilà donc les raisons de ma note : un "pas mal" uniquement réservé aux graphismes délirants et un conseil de non-achat parce que ce n'est pas vraiment la meilleure entrée en matière pour aborder le monde des comics. À vous de voir ...

06/11/2002 (modifier)
Par Cassidy
Note: 2/5

Ceux qui ont lu FAKK 2 savent déjà que Bisley et Eastman ne sont pas vraiment les rois de la finesse et du bon goût... Et ceux qui ne connaissent pas ces deux poètes comprendront à la seule vue de la couverture qu'on a ici affaire à du comic bien gras pour bourrins. Les ingrédients qui ont fait le succès de nos deux compères sont tous là : scénar quasi-inexistant, dialogues débiles, fusillades à gogo, affreux monstres, femme à poil avec de gros nichons. Ils s'inspirent ici de "Pour une poignée de dollars" (et des films du tandem Sergio Leone/Clint Eastwood en général) pour nous livrer une nouvelle succession de massacres perpétrés par une pouffe ultraviolente affichant un impressionnant 130 bonnet Z de tour de poitrine comme Bisley sait si bien les dessiner. "Biz" dessine ici en noir et blanc, ce qui change un peu de ce qu'il a fait par le passé. Pour peu qu'on aime son style, c'est assez chouette. Que dire de plus ? Ca se laisse lire, mais faut-il vraiment lâcher 15 euros juste pour voir un croisement de Clint Eastwood et de Lara Croft flinguer du monstre à tour de bras entre deux scènes dénudées ? Si votre truc, c'est les jolis dessins de belles pépées court vêtues, pour le même prix, vous avez l'album de pin-ups de Fred Beltran qui, à mon avis, vaut plus le coup que cette BD...

05/11/2002 (modifier)