Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

Love story à l'iranienne

Note: 3.5/5
(3.5/5 pour 4 avis)

2017 : Prix France Info de la Bande dessinée d’actualité et de reportage. En Iran, malgré l’arrivée au pouvoir de Hassan Rohani, la liberté d’aimer est plus que jamais la cible du régime. 10 témoignages de jeunes recueillis par Jane Deuxard et mis en image par Deloupy. Un reportage politique qui touche en plein coeur !


Documentaires Mirages Prix France Info Proche et Moyen-Orient Témoignages

Love Story à l’iranienne compile les témoignages d’iraniennes et d’iraniens prisonniers d’un régime encore trop répressif, malgré l’arrivée des réformateurs au pouvoir. Gila, 26 ans, centre de Téhéran : Gila et Mila sont amoureux depuis 8 ans. Ils racontent qu’ils doivent se cacher pour avoir des rapports sexuels incomplets. Gila évoque sa mère très conservatrice, qui aurait voulu un mariage arrangé. Heureusement que le père de la jeune fille est intervenu auprès de son épouse pour changer la donne… Saviosh, 20 ans, Téhéran : Saviosh est serveur dans un café huppé. Il est fan de musique occidentale comme les Pink Floyd. Malheureusement, la musique est bannie sauf si elle est religieuse. Il a appris tout seul à jouer de la guitare électrique. Sa copine habite à 5-6 heures de route. Leurs parents ne sont pas au courant… Vahid, 26 ans, Cimetière de Behesht-e Zahra : Le jeune garçon évoque ceux qui sont morts. La République islamique enterre ses martyrs (les héros de la guerre Iran-Irak) dans un secteur et les autres à l’écart. Parmi les autres, il y a ceux qui ont crié leur mécontentement lors des résultats de la Présidentielle de 2009. Il y a Neda Agha-Soltan, 26 ans, décédée en pleine manifestation. La vidéo a fait le tour du monde. Elle est devenue le symbole du Mouvement Vert.

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 13 Janvier 2016
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Love story à l'iranienne
Les notes (4)
Cliquez pour lire les avis

12/06/2016 | Erik
Modifier


L'avatar du posteur Mac Arthur

Ce recueil de témoignages est intéressant. Il montre une autre facette des préoccupations de la jeunesse iranienne, bien plus terre à terre : la quête de l’amour. En multipliant les interviews, les auteurs multiplient les visions du couple. Cette manière de faire favorise la nuance, tous ne veulent pas la même chose, toutes les Iraniennes ne rêvent pas d’une vie à l’Occidentale mais la plupart souffrent de ne pouvoir exprimer leur amour hors mariage, même d’une manière très chaste, en public. Au-delà de ces réflexions sur l’amour, les deux journalistes essaient également de faire parler les jeunes de politique. Mais on ressent vite que ce sujet n’est pas aussi facilement abordé, par désintérêt (désillusion ?), soit par peur. Le dessin est simple et très lisible. Son aspect non fini, un peu brut, accentue la sensation pour le lecteur d’avoir devant ses yeux des propos pris sur le vif, non retravaillés. Cette manière de faire accentue le sentiment de sincérité qui se dégage de ces interviews. Le récit est assez décousu, sans autre fil conducteur que les thèmes abordés (la jeunesse iranienne face à l’amour avant mariage et leur vision du futur du pays). On passe d’un protagoniste à l’autre, d’un couple à l’autre, d’un groupe d’amie à l’autre en laissant à chaque fois les personnages continuer leur route sans jamais revenir prendre de leurs nouvelles. Si cette manière de faire se justifie pour d’évidentes raisons de sécurité, elle frustre un peu le lecteur qui aimerait en savoir un peu plus sur le destin de certains de ces personnages. Au final, à titre personnel, j’ai bien aimé cet album. Surtout parce qu’il laisse la parole aux principaux intéressés. Et leur manière de voir les choses est parfois très éloignée de notre vision occidentale. C’est un enrichissement pour la réflexion personnelle. Très certainement à lire.

06/10/2017 (modifier)
Par Gaston
Note: 4/5
L'avatar du posteur Gaston

3.5 Un ouvrage très intéressant où des iraniens racontent leurs vies quotidiennes et on apprend plein de choses dans ce pays où la liberté est limitée. Si comme moi on a déjà lu des ouvrages sur l'Iran, plusieurs situations ne sont pas nouvelles, mais cela reste une série de témoignages intéressants et de plus la narration est assez fluide et on a pas le droit à trop de texte narratif. Les témoignages sont surtout axés sur l'amour, notamment les relations entre les couples et leurs familles, mais on aborde aussi d'autres sujets comme la révolte des jeunes face au régime des mollahs. C'est un excellent album si on veut découvrir la vie en Iran de manière simple si on a peur de lire des gros livres 'sérieux' de plusieurs centaines de pages. Le dessin est correct.

27/05/2017 (modifier)
Par Ro
Note: 3/5
L'avatar du posteur Ro

Je salue l'intérêt du reportage et des témoignages rapportés par le couple de scénaristes de cet album, des journalistes masquant leurs vrais noms derrière un pseudonyme car c'est de manière clandestine qu'ils sont rentrés en Iran et qu'ils y interrogent la population en se cachant des autorités. C'est un travail journalistique et documentaire très louable. On y découvre ainsi la vie intime des iraniens et des iraniennes, comment ils endurent le régime et son totalitarisme religieux, le paradoxe de leur état d'esprit entre respect des traditions et de la famille, leur quête de liberté et une relation d'amour-haine avec leur pays et sa culture. Les témoignages sont orientés en priorité sur le sujet des relations amoureuses des jeunes couples iraniens et c'est un biais tout à fait valable pour donner un aperçu très instructif de la vie dans ce pays. Le dessin de Deloupy est agréable et aéré. La narration est légère, ne tombant pas dans le travers de dialogues longs et ennuyeux. L'album se scinde en plusieurs chapitres qui sont autant de témoignages, entrecoupés de petits textes informatifs sur les faits politiques, sociaux et historiques du pays, et séparés chacun par quelques pages présentant des croquis, quelques mots à propos du voyage des auteurs ou encore des citations d'autres iraniens rencontrés sur place. C'est un album très intéressant sur la vie privée et l'état d'esprit des jeunes iraniens dans les années 2010. Il ne lui manque qu'un peu plus d'émotion pour se différencier du simple recueil documentaire de témoignages.

27/01/2017 (modifier)
Par Erik
Note: 4/5 Coups de coeur expiré
L'avatar du posteur Erik

J'ai été très touché par ce sujet qui nous dévoile la réalité de la jeunesse iranienne d'aujourd'hui. Ils ont entre 20 et 30 ans et ont accepté de livrer leur témoignage à deux journalistes occidentaux clandestins qui ont dû manoeuvrer car ils ne sont pas les bienvenus en Iran. Il est vrai que l'élection truquée de 2009 et la terrible répression qui a suivi a mis fin aux espoirs de toute une génération. On croit que l'accord récent sur le programme nucléaire et le fait qu'un président considéré comme réformateur laissent penser que le régime s'assouplit. Dans la réalité, il n'en est rien puisque les arrestations et les exécutions par pendaison n'ont jamais été aussi nombreuses. Bref, c'est à contre-courant de ce qu'on peut lire tous les jours dans la presse. Ce sont des témoignages rares qui ont été recueillis dans tous le pays où les patrouilles de police sont omniprésentes. Le problème est le suivant: le régime interdit les relations de toute nature entre les hommes et les femmes avant le mariage. Or, ce ne sont pas ces jeunes qui choisissent leur futur époux mais les parents attachés aux traditions. Comment savoir tomber amoureux dans de telles conditions ? C'est impossible et la majorité doivent faire avec. L'époux doit subvenir aux besoins de sa femme et avoir déjà une bonne situation (appartement et voiture). Les beaux parents se comportent comme des hyènes. Bref, c'est cela la love-story à l'iranienne ! La police pratique des tests de virginité et procède à l'arrestation des jeunes lorsqu'ils les surprennent dans des fêtes communes. Le régime a volé leur jeunesse. Pourtant les mollahs ne se privent pas d'aller voir des prostituées à Doha où ils usent de ce qu'on appelle le mariage temporaire à savoir le sigheh. Le contexte général du pays est celui où les gens sont démoralisés, et qu'ils sont de plus en plus lâches et habitués à ce régime. Inutile de rappeler que la femme n'est pas l'égale de l'homme dans le régime iranien. Il y a des jeunes hommes qui souffrent véritablement de cette situation. Les lois pourrissent la vie de ces gens. Je vais le dire franco: c'est l'une des meilleures bd documentaires que j'ai lu jusqu'ici. C'est un coup de coeur. C'est une bd qu'il faut absolument découvrir. Elle ne doit pas passer inaperçue car elle apporte quelque chose. On ne sait pas tout. Il y a des témoignages qui vont véritablement nous surprendre dans notre vision occidentale. Oui, on va véritablement découvrir l'envers du décor. Une enquête qui nous permet de nous dire qu'on a bien de la chance de vivre dans notre démocratie où on peut aimer la personne que l'on aime. C'est quand même une liberté essentielle !

12/06/2016 (modifier)