Mon cousin dans la mort

Note: 3.33/5
(3.33/5 pour 12 avis)

1960. Maurice, un gamin d'Algérie éloigné par ses parents du conflit en cours, arrive dans un petit village du sud ouest. Pour les enfants du village, il est l'étranger.


1946 - 1960 : L'Après-Guerre et le début de la Guerre Froide Académie des Beaux-Arts de Tournai La Guerre d'Algérie La Mort Petit à Petit

1960. Maurice, un gamin d'Algérie éloigné par ses parents du conflit en cours, arrive dans un petit village du sud ouest. Pour les enfants du village, il est l'étranger. Seul le p'tit Lucien se pose un problème de conscience. Son pépé, qui vient de mourir, a retrouvé dans la mort un amour de jeunesse: la grand-tante de Maurice. Ils sont donc des cousins dans la mort ! C'est Lili, une gamine délurée, rejetée par les autres enfants du village et surtout par son père, qui lui explique tout ça. Car Lili a un secret : elle communique avec les morts par l'intermédiaire de Madame Henriette, la concierge des morts. Ces histoires d'enfants prennent un tour dramatique, car la mort n'est pas un jeu et la guerre d'Algérie, omniprésente dans l'esprit des adultes, est là pour le rappeler. (source résumé : www.bdnet.com)

Scénariste
Dessinateur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution Septembre 2001
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Mon cousin dans la mort
Les notes (12)
Cliquez pour lire les avis

25/10/2002 | ThePatrick
Modifier


Par Erik
Note: 3/5
L'avatar du posteur Erik

Il est des titres qu'on est persuadé avoir lu alors que ce n'était pas le cas. Voici une lacune réparée à l'occasion de la réédition de l'oeuvre de 2001 le 7 mai 2014. En effet, peu de titres abordent le sujet de la mort à destination des enfants. C'est un sujet qui demeure un peu tabou. A cela on va rajouter le chagrin d'un père qui a perdu son fils ou encore la guerre d'Algérie qui a laissé des traces. On est dans un milieu campagnard où les dialogues sonnent juste. Le problème de cette bd est qu'elle ne parait pas destinée aux enfants sur le fond alors que la forme l'y invite clairement. Cette ambiguïté ne joue pas en faveur de l'oeuvre. Par contre, même 15 ans plus tard, l'album ne semble pas avoir pris une ride. C'est moderne dans le propos. Subtilité et douceur caractérisent cette oeuvre avec pour décors principal un cimetière.

12/07/2014 (modifier)
Par Alix
Note: 3/5
L'avatar du posteur Alix

Un album sympathique qui aborde des thèmes intéressants, mais qui ne développe pas grand-chose, et qui reste finalement anecdotique. Le contexte historique est pourtant intéressant (guerre d’Algérie), les thèmes abordés variés (racisme, guerre, attitude face à la mort), mais tout reste trop champêtre, trop enfantin. En refermant l’album je suis resté sur une impression de trop peu, et je doute m’en souvenir d’ici quelques semaines. Une lecture agréable mais peu marquante.

24/06/2014 (modifier)
Par Ems
Note: 2/5

Le dessin ne fait pas tout... "Mon cousin dans la mort" aborde beaucoup de sujets mais n'en développe pas un seul comme je l'entends. Dans cette petite chronique campagnarde, les jeux d'enfants s'avèrent cruels, et puis rien d'autre !!! Le contexte du conflit d'Algérie, les problèmes familiaux et le rapport à la mort, sont au centre des interactions des personnages jeunes ou adultes. Les rapports sont conflictuels à tous les niveaux : est ce suffisant pour faire une BD ? D'ailleurs que fallait il en ressortir de cette lecture ? Il ne me faut pas des tonnes pour avoir de l'empathie, juste un seul sujet correctement abordé aurait suffit. Au final, je ne retiens rien de cette lecture mis à part un beau dessin. Le scénario est trop négatif et sans finalité pour que j'en apprécie le contenu. "Mon cousin dans la mort" est un bien pâle roman graphique.

07/01/2011 (modifier)
Par Ro
Note: 3/5
L'avatar du posteur Ro

Voilà une BD que j'ai trouvée plaisante, un peu originale mais sans plus. Elle ne marquera pas ma mémoire. Elle met un scène des enfants dans un village français à l'époque de la Guerre d'Algérie. Il y a Lucien, le jeune héros, un binoclard blondinet gentil mais un peu suiveur avec ses camarades d'école qui le méprisent un peu parce qu'il est plus jeune. Lili, la fille du fossoyeur, traitée de sorcière et rejetée, elle trouve refuge dans le cimetière où elle fait sembler de discuter avec les morts. Et enfin Maurice qui vient d'arriver au village parce que ses parents, pieds noirs vivant en Algérie, l'ont envoyé se mettre à l'abri loin du conflit qui y prend de plus en plus d'ampleur. L'ennui, c'est que ce dernier, mal dans sa peau et traumatisé par le conflit, va se révéler dominateur et méchant, notamment avec la pauvre Lili. Du coup, le petit Lucien se retrouve en porte à faux entre des camarades qu'il aimerait suivre mais qu'il voit bien devenir mauvais envers Lili qui est entretemps devenue son amie. C'est réaliste et assez bien construit. On croit bien aux personnages et aux sous-intrigues de clocher et de moeurs que l'auteur met en scène dans ce village. Tout est crédible et raconté avec une sensibilité et fraicheur malgré quelques passages un peu durs. Le dessin est du même ordre, plaisant et léger, même si je préfère l'encrage plus assuré dont fait preuve François Duprat dans ses oeuvres plus récentes. Tout est donc bien... mais ne m'a pas complètement charmé. Le récit peine un peu à s'instaurer. Le fil narratif s'égare parfois un peu. Le jeune héros est certes réaliste mais ça le rend un peu frustrant car, comme il est trop jeune, un peu peureux et ne comprend pas toujours tout, il n'ose que très tard intervenir et ce sans résultat probant, maladroit comme il est. Du coup, je ne le trouve pas attachant et le récit n'a pas su me convaincre plus que ça.

10/01/2010 (modifier)
Par Pacman
Note: 3/5

J'ai choisi cette bd à la bibliothèque parce que je ne savais plus trop quoi prendre pour remplir mon quota. A priori, le dessin ne me disait trop rien. J'avais une vague impression de déjà vu. Elle ne m'a pas quitté durant toute la lecture. On a là un roman graphique, avec au premier plan, une histoire d'enfants en souffrance. C’est bien traité, mais pas assez mordant à mon sens. C'est un peu tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil, y a pas vraiment de méchants. Mais tout part en sucette quand même. Je me suis dépêché d'aviser, j'avais peur d'oublier assez vite la teneur de l'ensemble.

27/01/2009 (modifier)
Par Pierig
Note: 4/5 Coups de coeur expiré
L'avatar du posteur Pierig

J’ai découvert François Duprat avec Colombine ou les Lunes de petite Vertu et son trait m’avait déjà séduit. "On dirait de l’Alfred" me suis-je dit alors et c’est encore cette impression qui domine avec cet album. Il y a aussi un peu de Nicolas Poupon dans les traits des visages. Enfin, tout ça pour dire que le style de l’auteur me plait beaucoup. L’édition en N&B donne une certaine patine au récit situé dans la France profonde pendant la guerre d’Algérie. A travers les jeux parfois cruels d’enfants, c’est l’animosité des adultes qui transparaît. L’auteur joue sur ces deux tableaux (enfance et monde adulte) avec une intelligence rare. A ce sujet, le regard du petit Lucien sur le monde qui l’entoure est d’une justesse pas croyable. Ce n’est pas joyeux mais tellement vrai . . . Un album à découvrir si ce n’est déjà fait !

22/12/2006 (modifier)
Par Superjé
Note: 4/5 Coups de coeur expiré

J’ai bien aimé ce livre. J’ai lu la 2ème édition, avec des couleurs. Je ne sais pas vraiment quoi dire car tout est dit dans les autres avis. Le dessin est vraiment très beau, et les couleurs sont bien choisies. L’histoire est superbe, très bien faite et narrée. Les personnages principaux sont attachants. Je sais pas si c’est comme ça qu’il faut voir l’histoire mais j’ai l’impression que cette bd veut faire passer ce message : le monde est cruel. Une très bonne bd, à lire et relire, et à acheter.

20/12/2006 (modifier)
Par Don Lope
Note: 3/5

Le dessin est vraiment chouette, à la fois enfantin et très mature, en tout cas totalement en ligne avec l'histoire. Alors que le canevas de départ est assez dur (les enfants peuvent vraiment être cruel), il souffle un parfum d'onirisme sur l'ensemble qui permet de décoller un peu de la triste réalité. "Mon cousin dans la mort" est une BD difficilement racontable, une guerre des boutons à échelle réduite sous fond de guerre d'Algérie et de morts qui parlent. C'est pas toujours foudroyant d'intérêt mais c'est toujours original et subtil.

23/07/2004 (modifier)

Pas facile à noter, cette bd. Bon, je mets 3 étoiles parce que c'est bourré de bons sentiments traités avec assez d'originalité pour que la naïveté de l'album ne choque pas, et le dessin est très porteur (oui juste porteur, je me comprends). Quoi qu'il en soit, cette vague de naïveté dans la bd actuelle a tendance à m'irriter parfois, et cet album n'échappe pas à la règle. C'est dans cette optique que l'auteur veut à la fois traiter de la guerre d'algérie, des enfants face à la mort, du deuil, et au final tout est survolé. Un peu léger... En fait, l'ambiance de cet album m'a un peu fait penser à un épisode de l'instit, sans instit et en plus cruel. Mieux quoi. En fait, à mon avis, l'impression qui ressort de l'album dépend ce qu'on en attend. Bah, à vous de voir, ne serait-ce que pour le dessin, ça vaut le coup d'y jeter un oeil.

21/05/2004 (modifier)
Par sousoune
Note: 4/5

Un exemple de plus où l’on voit que les « petits » éditeurs méritent d’être lus par davantage de personnes... « Mon cousin dans la mort » renferme tout plein de sentiments; cette histoire nous emmène dans nos bons vieux souvenirs de quand on était petiots : gentils, pas gentils, tristes, joyeux, solidaires, crapuleux comme pas possible... On a tous connu des moments semblables et cela nous permet de lire cette BD en y étant totalement intégré. Mais il y a une telle présence de méchanceté dans cette lecture que l’on s’attend à ce que tout devienne tout beau tout rose, aussi bien dans le monde des adultes que dans celui des enfants. On voudrait que Lili retrouve l’amour de son père, qu’elle s’amuse avec ses « camarades » de classe et qu’on oublie qu’elle se fait appeler la sorcière juste parce qu’elle parle avec les morts. Au fil de la lecture, on aimerait voir tout ça et on se dit qu’il y a vraiment une innocence chez les enfants... naïve certes mais une véritable innocence qui me fait craquer... Même avec les illustrations, tout cela est exposé. Par moment, il n’y a aucun besoin de mettre des bulles, tout est représenté par les simples visages de tous ces personnages. Y’a rien à dire, au niveau expressions des sentiments comme du dessin en général. Je trouve que ce qui vraiment peut plaire à tous, c’est la « simplicité » de cette BD. Petit format, en noir et blanc, traits simples mais tout cela nous emporte sans peine dans cette petite histoire qui je l'espère sera lue par un grand nombre de personnes et ainsi être appréciée à sa juste valeur...

26/06/2003 (modifier)