L'Heure des Lames (Knife o'clock) (The Motherless Oven)

Note: 2.67/5
(2.67/5 pour 3 avis)

Dans le monde de l’Heure des lames, les parents ne font pas d’enfants, ce sont les enfants qui fabriquent leurs parents.


Adolescence Self Made Hero

Dans le monde de l’Heure des lames, les parents ne font pas d’enfants, ce sont les enfants qui fabriquent leurs parents. Dans cet univers étonnant, il pleut des couteaux et les appareils électroménagers ont des âmes. Il n’y a pas de date d’anniversaire, mais on y connaît le jour de sa propre mort. Scarper Lee, jeune ado asocial, n’a plus que trois semaines à vivre. C’est alors que l’énigmatique Véra Pike, l’étrange nouvelle venue de l’école. arrive pour tenter de l’aider à changer son destin. (texte : Warum)

Scénariste
Dessinateur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution 10 Février 2016
Statut histoire Série en cours (3 tomes prévus) 2 tomes parus
Dernière parution : Plus de 2 ans
Couverture de la série L'Heure des Lames (Knife o'clock)
Les notes (3)
Cliquez pour lire les avis

21/02/2016 | Spooky
Modifier


Par Ro
Note: 4/5
L'avatar du posteur Ro

Dès qu'on entame cette BD, on est surpris par le côté ouvertement loufoque et étrange du monde où elle se déroule. Un monde où il pleut des couteaux, où le vent se moque des gens, où les ustensiles de cuisine sont des petits dieux qui parlent, où les parents sont des objets vivants fabriqués par les enfants, etc etc... Vraiment bizarre et pourtant cette logique décalée tient assez bien la route. Le récit se base donc sur cet univers étrange et sur la vie d'un lycéen un peu misanthrope qui a la particularité de savoir qu'il mourra dans 3 semaines et qui doit supporter l'enthousiasme et l'esprit d'initiative envahissant d'une très jolie et énigmatique camarade de classe qui vient d'emménager. Ensemble, et avec un troisième larron tout aussi étrange, ils vont essayer de bousculer l'ordre établi. Je suis tombé sous le charme de cet univers original. J'apprécie d'être surpris et d'essayer de comprendre la logique d'un monde nouveau et d'en découvrir les mystères au fur et à mesure. Le côté loufoque de celui-ci est en outre assez amusant en même temps qu'il est un peu dérangeant. J'aime bien aussi le dessin. Je trouve surtout la fille très jolie et son charme ajoute à la vraie curiosité de savoir qui elle est et quelles sont ses motivations. Même si les idées qui composent ce monde sont parfois vraiment bizarres et pas toujours compréhensibles, j'ai bien aimé suivre le périple de ces trois jeunes. Par contre, la fin est très frustrante. Elle l'est tout autant pour les héros du récit eux-mêmes donc c'est visiblement voulu par l'auteur mais c'est quand même agaçant. Trop de questions restent ouvertes et ça a de quoi déplaire à beaucoup de lecteurs. Moi ça m'a frustré mais pas dégoûté du reste du récit et du plaisir que j'ai pris à le lire. PS : Je viens d'apprendre que cet album n'est pas un one-shot tel que je le pensais au moment de sa lecture mais le premier tome d'une trilogie dont le deuxième devrait paraître théoriquement fin 2016 début 2017. L'édition française n'en laissait rien paraître (et pour cause, l'éditeur n'était pas au courant au moment de sa parution, eh eh). Du coup, la fin très ouverte me dérange moins et je suis maintenant bien curieux de lire la suite. Et je peux remonter ma note en attendant.

18/09/2016 (MAJ le 04/11/2016) (modifier)
Par Erik
Note: 1/5
L'avatar du posteur Erik

Dire que je suis entré dans le récit serait un gros mensonge. Où étais-je alors ? J’ai essayé mais je me suis heurté à l’incompréhension la plus totale. Il est vrai qu’un major de promotion Bac+5 peut être parfois un parfait idiot. Cependant, il y a quand même des limites. Ce n’était pas l’heure des lames mais des larmes. Certes, il faut accepter les délires psychotiques de l’auteur dans un monde possédant ses règles propres comme les lames qui tombent du ciel à la place de gouttes d’eau lors d’une pluie. Si ce n’était que cela, on pourrait passer sur l’absurdité d’une telle société mais cette fable surréaliste est tellement poussive. Certes, l’originalité est là mais elle est dénuée de sens. Franchement, je ne dirai pas que c’est mauvais. Je dis simplement que c’est tellement à côté. Là encore, on pourra crier au génie créatif quand je ne verrai que déception. Certes, il faut parfois faire des efforts quand on souhaite connaître et respirer l’essence d’une œuvre. Que faire si on perd cette envie car on est assommé par la folie dès le début ? Sans doute passer à autre chose.

05/09/2016 (modifier)
Par Spooky
Note: 3/5
L'avatar du posteur Spooky

Etonnant cet album. Après nous avoir enchantés avec son adaptation nerveuse de Don Quichotte, Rob Davis nous propose son premier roman graphique en tant qu'auteur complet. Premier aperçu, donc, de son foisonnant univers intérieur. Dans ce monde les enfants créent leurs parents et connaissent le jour de leur mort. Un monde fataliste, mais heureusement Scarper rencontre deux cas sociaux qui vont l'aider à combattre, ou du moins essayer de combattre, cette fatalité. Commence alors un buddy-comic, une quête intérieure où ces ados vont essayer de grandir, à la recherche d'un improbable père qui a pris le large... On connaissait les mots-valises, mais Davis propose des personnages-valises, avec des mélanges de fonctions qui sont plutôt intéressants, comme ces météorloges ou ces "dieux"... Cependant, malgré cette inventivité, je n'ai pas réussi à rentré totalement dans le récit. La faute à un rythme qui ne me convient pas trop, je ne saurais le dire exactement. Je salue tout de même le travail de l'éditeur, qui a édité l'album dans une belle maquette, avec une couverture en relief et une très belle couverture.

21/02/2016 (modifier)