Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

Cher pays de notre enfance

Note: 3.5/5
(3.5/5 pour 4 avis)

Angoulême 2016 : Prix du Public Enquête sur les grands scandales politico-judiciaires des années 70, autour du rôle trouble du SAC.


1961 - 1989 : Jusqu'à la fin de la Guerre Froide Angoulême 2016 : les gagnants ! Angoulême : récapitulatif des séries primées BD Reportage et journalisme d'investigation Davodeau Documentaires Politique

Certaines "affaires " ne seront jamais résolues (assassinat de juges, d'hommes politiques). C'est que dans les années 70, certaines officines, comme le SAC, bénéficient d'une totale impunité. Les auteurs enquêtent donc sur "ces années de plomb" à la française.

Scénaristes
Dessinateur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution 08 Octobre 2015
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Cher pays de notre enfance
Les notes (4)
Cliquez pour lire les avis

22/01/2016 | Noirdésir
Modifier


Par JAMES RED
Note: 3/5

Voici une nouvelle enquête journalistique en bande dessinée signé Davodeau et Collombat. Les auteurs s'intéressent aux eaux troubles de la Vème République et plus particulièrement au SAC (service d'action civique) chargé des basses besognes du parti gaulliste dans les années 60-70. Les auteurs partent donc à la rencontre de ceux qui ont fait le SAC, trouvent parfois porte close et retranscrivent tout dans leur ouvrage. Une des grosses parties du livre concerne les manquements lors de l'enquête sur le suicide du ministre de Valéry Giscard d'Estaing Robert Boulin. Celui-ci est mort dans des circonstances fort étranges. J'aime beaucoup les enquêtes politiques et Davodeau jusqu'à présent n'avait jamais traité de ce milieu, s'intéressant plutôt au syndicalisme ou au milieu rural. Il faut pour aborder cet album une bonne connaissance de la politique française des années 60-70. Mais, je trouve qu'au final ce type d'album a des limites ; on cherche les témoignages qui sont parfois plus ou moins passionnants et on ne débouche au final sur aucune vraie révélation (mais ce n'est peut-être pas le but). De ce fait, on reste un peu sur notre faim.

07/09/2016 (modifier)
Par Gaston
Note: 4/5 Coups de coeur expiré
L'avatar du posteur Gaston

Mon documentaire préféré de Davodeau. Il faut dire qu'il traite d'un sujet que j'aime particulièrement, à savoir la politique française et plus précisément les magouilles des politiciens. On suit donc Davodeau et un journaliste tout le long de l'album. Ils font un reportage sur les années de terreurs du SAC. Ils recueilleront plusieurs témoignages et certains de ces témoins ont encore peur de parler ! Au fil de l'album les auteurs abordent les différentes activités du SAC, la mort d'un juge d'instruction et le suicide suspect de Robert Boulin. Je savais déjà certaines choses sur le SAC et la mort de Boulin mais j'ai aussi appris de nouvelles choses et, d'ailleurs, même lorsque les auteurs parlaient de trucs que je savais déjà, j'étais captivé. Cet album est bien fait. On parle de plusieurs choses sans que cela soit trop académique et j'étais captivé du début jusqu'à la fin. Je trouve cela ironique que Charles Pasqua, dont le nom revient souvent dans le reportage et que les auteurs ont essayé d'interviewer sans succès, soit mort lorsque la bande dessinée était pratiquement complète.

06/02/2016 (modifier)
Par Erik
Note: 4/5
L'avatar du posteur Erik

Il faudra une bonne journée et une bonne dose de concentration pour venir à bout de ce pavé. Pourtant, le nombre de pages n’est pas aussi impressionnant que cela. Ce sont les dialogues qui occupent totalement l’espace. On suivra le reportage mené par les deux auteurs. Il y a de nombreux témoignages à lire. Il faut tout d’abord être intéressé par le sujet à savoir ce qui se cache sous la Vème République du Général de Gaulle. La couverture nous donne un peu le ton avec un président qui est taché de sang. Oui, nous apprenons que la 5ème république traîne également de gros boulets qui peuvent apparaître comme dérisoires si on les compare avec les nombreuses dictatures qu’il y a dans le monde. Pour autant, ce n’est pas une raison pour ne pas étudier les faits avec du recul. De là, peut-on réellement dire que la France a connu des années de plomb ? Il semblerait au vu de ce documentaire qui indique que cela a été soigneusement occulté. J’avoue avoir entendu parler du SAC mais je ne savais pas ce qui se cachait derrière cette association loi de 1901. J’avoue également que j’ignorais que dans ma ville de Strasbourg avait été commis l’un des plus gros hold-up de l’argent public afin de financer le parti gaulliste au pouvoir. Oui, on regarde plutôt ma ville comme la capitale européenne ou la capitale de Noel. Je pense qu’il est bon de rappeler certains faits loin de toute caricature. La bd va s’intéresser notamment au meurtre du juge Renaud et au soi-disant suicide du ministre du travail de Giscard à savoir Robert Boulin. Par ailleurs, cette bd vient de gagner le prix du public lors du festival d’Angoulême 2016. Les lecteurs ont apprécié dans leur ensemble cette œuvre richement documentée. Une lecture certes éprouvante mais salutaire pour bien comprendre les évolutions de notre République.

01/02/2016 (modifier)
L'avatar du posteur Noirdésir

Si je n’accroche pas vraiment aux albums « romancés » de Davodeau, je suis plus sensible à ses documentaires, souvent engagés, mais intéressants. J’ai donc lu celui-ci avec un a priori plutôt favorable. Davodeau et Collombat nous racontent ici par le menu leur enquête sur la face cachée de la Vème République – en fait du Gaullisme au post-gaullisme. En effet, de l’assassinat du juge Renaud (très bien incarné au cinéma par Patrick Dewaere) au suicide/assassinat de Robert Boulin (les auteurs penchant clairement pour la seconde hypothèse, en avançant des arguments plus que troublants), c’est bien une enquête à charge sur les « années de plomb » à la française. Des années 1970 à aujourd’hui, les auteurs tentent d’éclairer certains faits restés cachés ou camouflés, ressortent certaines des grandes affaires politico-judiciaires, avec un fil rouge : l’action du S.A.C., sorte de milice gaulliste mêlant anciens résistants, barbouzes et truands (dont les hold-up auraient alimenté les caisses de certains partis), et servant de nervis au patronat pour casser les syndicalistes trop « gauchistes », avec une totale impunité pour tout ce « beau monde », y compris pour des meurtres. Avec quelques personnages clés, probables manipulateurs de ce jeu dangereux, mais qui n’apparaissent qu’au détour de certaines interviews ou phrases, comme Chirac (et sa rivalité avec Giscard), Foccart (le grand manitou de la « Françafrique ») ou Pasqua. Alors, autant le dire, il n’y a pas vraiment de scoop, puisque l’album reprend en grande partie le bouquin précédent de Benoit Collombat. Mais certains rappels ne sont pas inutiles ! Et ils éclairent la vision qu’ont certains de la démocratie. Si le propos est très intéressant, le traitement reste quand même aride, et peut rebuter certains lecteurs – surtout les plus jeunes, qui n’ont pas connu les faits et/ou les personnages évoqués. En effet, on suit les deux auteurs dans leur enquête, leurs questionnements à haute voix et les entretiens qu’ils mènent – ou qu’ils tentent de mener (voir le triste running gag sur les demandes d’interview auprès de Pasqua, pourtant personnage clé), comme s’ils étaient filmés. Il n’y a donc pas d’histoire à proprement parler pour « aérer » la lecture (plus de 210 pages tout de même !), et, les dessins de Davodeau mis à part, on aurait très bien pu ne faire qu’un livre, l’aspect BD n’apportant au final pas grand-chose.

22/01/2016 (modifier)