Vin, gloire et bonté

Note: 3/5
(3/5 pour 2 avis)

Isabelle Bunisset écrit un ouvrage piquant à souhait sur l’univers très élitiste du vin, illustré par le trait expressif de Giuseppe Liotti. Un moyen de découvrir avec humour et dérision le microcosme de « la noblesse du bouchon », ainsi que l’a qualifiée François Mauriac.


Auteurs Italiens Bordeaux Bouffe et boisson Sud-Ouest

Annabelle est drôle, jolie, névrosée, très psychanalysée, et... en instance de divorce. Parisienne jusqu’au bout des ongles, elle est aussi journaliste pour un très gros hebdomadaire français. Alors qu’elle n’y connait absolument rien en matière de vin, son patron (qui est également son père) lui commande un dossier de 50 pages sur le vignoble bordelais. Ni une, ni deux, Annabelle fourgue ses deux ados à son ex-mari avant de se catapulter, valise sous le bras, sur le quai de la gare Montparnasse. Direction la capitale girondine : Bordeaux ! Au cours de son séjour (trois mois d’immersion totale dans le milieu viticole locale), rien ne lui sera épargné...

Scénariste
Dessinateur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution 03 Juin 2015
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Vin, gloire et bonté
Les notes (2)
Cliquez pour lire les avis

10/01/2016 | Erik
Modifier


Par Ro
Note: 3/5
L'avatar du posteur Ro

Je n'ai pas réussi à saisir exactement l'objectif de cette BD. Avec son titre, on aurait pu croire à une parodie. En fait, son sujet n'est pas humoristique ou alors seulement un humour grinçant. Car c'est une vision acerbe et sans concession de l'élitisme bordelais qui nous est présentée. Celui des propriétaires terriens qui se regroupent entre eux, se flattent mutuellement en face à face et se balancent des monceaux de vacheries quand ils ont le dos tourné. Et pour faire la découverte de ce milieu, nous suivons une belle fille riche, théoriquement mère de deux ados, en instance de divorce, mais ayant conservé un physique de belle starlette. Sa plongée dans l'aristocratie bordelaise est entrecoupée de toutes ses pensées, réflexions désabusées, acides mais parfois aussi très superficielles sur ce qu'elle entend et doit subir. A supposer qu'il n'y ait pas de caricature dans cette description, c'est assez édifiant et affligeant. Mais rien de très inouï non plus. Le dessin est agréable et le récit est bien mis en scène, sa lecture fluide. Seulement, arrivé en fin d'album, j'en viens quand même à me demander la finalité de tout ça ? Il n'y a pas de véritable histoire qui se mette en place, à part une petite romance brièvement amenée et probablement sans lendemain. Et du coup, est-ce juste une attaque délibérée contre un milieu social bien défini ? Si oui, quel intérêt ? Si seulement, c'était drôle ou vraiment surprenant. Là, ça reste juste une lecture un peu instructive, bien menée, pas ennuyeuse mais sans finalité.

27/06/2016 (modifier)
Par Erik
Note: 3/5
L'avatar du posteur Erik

Vin, gloire et bonté est un titre humoristique pour décrire le milieu élitiste du vin au travers des grandes familles bordelaises issues de la haute bourgeoisie et l'aristocratie. C'est un peu l'anti-Châteaux Bordeaux par son approche. Certes, il y a de l'humour mais c'est très piquant. La critique sera plutôt assez acerbe. "L'hypocrisie est un hommage que le vice rend à la vertu" disait François de la Rochefoucauld. Comme il avait raison surtout dans ce milieu qui n'a jamais été analysé de fond en comble. C'est une bd sur les vins, les vignobles mais surtout sur les comportements de cette société de propriétaires. Bref, le microcosme bordelais n'aura plus de secrets pour nous lecteurs. A retenir: dans ce journal pour lequel travaille notre héroïne, on dit du bien ou on ne dit rien. Point de critique à charge ! Les dialogues un peu exquis envahissent le champs de cette bd de 135 pages tout de même. Notre héroïne est une vraie névrosée parisienne dont on verra tous les fonds de pensée et cela ne sera pas triste ! Par ailleurs, le trait dynamique et expressif du dessinateur italien Giuseppe Liotti fait des merveilles. Cette comédie caustique ne sera pas au goût de tout le monde, je préfère prévenir. A consommer avec modération comme pour tout bon cru.

10/01/2016 (modifier)