Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

Daho l'homme qui chante

Note: 3/5
(3/5 pour 3 avis)

Un documentaire poétique sur Étienne Daho, l'éternel jeune homme artisan de la pop à la française


David Chauvel Documentaires Musique

« Nous souhaitons faire un livre atypique, passionné, différent, beau, tout simplement, autour d'un artiste qui nous émeut et nous passionne. » Ainsi se termine le mail envoyé par les auteurs, en septembre 2012, au manager d'Étienne Daho. Ils ignorent alors que de Londres à Paris puis sur les routes de France, ils vont suivre l'artiste pendant deux ans et demi et raconter comment on fait un disque, depuis son écriture jusqu'à la fin de la tournée. Dans ce livre aux couleurs fauves, ils ont retranscrit de façon poétique l’univers de l’artiste et ses confidences sur la création, tout en y insérant les interviews de ses collaborateurs.

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 21 Octobre 2015
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Daho l'homme qui chante
Les notes (3)
Cliquez pour lire les avis

08/12/2015 | Blue Boy
Modifier


Par Erik
Note: 3/5
L'avatar du posteur Erik

Daho est un chanteur qui m'a accompagné durant toutes les années 80 et 90 avec des chansons comme Week-end à Rome, Duel au soleil ou Bleu comme toi. C'est ma génération et c'est mon style musical (la pop française). C'est la première fois qu'une bd lui est consacrée. Les auteurs Alfred et David Chauvel ne sont pas des inconnus non plus. Par ailleurs, cette bd nous explique le processus complet de la réalisation d'un album des premières maquettes jusqu'à l'organisation des tournées de concerts qui suivent la promotion de l'album. C'est assez intéressant. Bref, cela va au-delà du chanteur que nous connaissons. D'ailleurs, on n'apprendra pas grand chose sur lui. Par contre, il aura droit à un florilège de louanges de la part des collaborateurs qui le suivent depuis des années. Bref, trop de complaisance et parfois suceur... C'est si beau et si difficile, d'être profondément léger nous indique Etienne Daho. Il a parfaitement raison. Faut-il être fan de l'artiste pour lire cette oeuvre ? Pas forcément si on a un peu de curiosité quant au processus créatif d'une oeuvre musicale. Bon, j'avoue avoir lu cet album en mettant en fond sonore son dernier best of.

13/02/2016 (modifier)
Par Ro
Note: 2/5
L'avatar du posteur Ro

C'est un peu à contre-cœur que je mets une note si basse car c'est là un ouvrage joli, complet et empli de sincérité de la part des auteurs, mais le problème, c'est que je m'y suis ennuyé. J'aime bien les chansons d'Etienne Daho sans être un véritable connaisseur de son oeuvre et de l'artiste. J'aime la majorité des oeuvres scénarisées par David Chauvel que j'ai lues. Et j'aime le dessin d'Alfred. Il s'en donne d'ailleurs à coeur joie dans cet album, avec quelques essais graphiques originaux et plaisants. C'est un joli album. Mais le contenu m'a ennuyé. Car au final, j'ai eu l'impression de lire une suite d'interviews pour lesquels la mise en image et l'adaptation en BD n'apportaient pas grand chose si ce n'est une légère gêne de devoir sauter régulièrement du texte à l'image. Le fond est pourtant instructif, pour une personne intéressée par les métiers de la musique et du show-business. Car en interrogeant une grande partie de ceux qui y ont participé, on y suit dans le détail le parcours d'un album de musique sur toute sa longueur, de l'écriture des premières chansons jusqu'à la tournée événementielle, en passant par l'enregistrement, la composition, le choix des singles, etc... Mais c'est un domaine qui ne me passionne pas pour commencer. Et ensuite il n'est pas présenté de manière didactique mais plus comme un discours s'adressant déjà à des connaisseurs, ce que je ne suis pas. Du coup, ne comprenant pas tout et ne m'y intéressant pas plus que cela, je me suis mis très vite à m'ennuyer, à zapper des monologues, puis des cases et enfin des pages entières. Objectivement, cet album est plutôt beau et je suis sûr qu'il plaira beaucoup aux connaisseurs et amateurs des métiers de la musique et d'Etienne Daho en particulier. Il pourra même peut-être servir de référence éducative pour ceux désirant expliquer à d'autres comment se passe la création d'un album musical. Mais ce n'était pas pour moi.

18/01/2016 (modifier)
Par Blue Boy
Note: 4/5
L'avatar du posteur Blue Boy

La BD elle-même est un très bel objet – avec embossage du profil de l’artiste, design sobre vaguement art nouveau – exquise invitation à pénétrer l’univers soft et épuré d’Etienne Daho. Cet « homme qui chante » est, comme on le découvre à travers ce reportage empreint de poésie, un artiste complet sous son apparente timidité, avec un souci du détail et du travail bien fait. Alfred au dessin et Chauvel à la plume ont suivi sur trois ans le making of de son dernier album jusqu’à la tournée qui s’en est suivie. Le livre s’ouvre sur des images de Londres, la ville fétiche qui coïncide parfaitement avec l’univers pop de Daho et où celui-ci aime à séjourner pour y puiser son inspiration. La suite, souvent ponctuée par la voix off du chanteur, alterne entre interviews des professionnels qui ont œuvré sur les chansons, séances de travail et d’enregistrement jusqu’à la tournée ponctuant la sortie de l’album, et les balades nostalgiques au cœur du Swinging London, le tout relié par le trait diaphane et les teintes discrètement chamarrées d’Alfred. Une fois encore, l’auteur de Come Prima s’essaie à un style différent, révélant toute son empathie et sa capacité d’adaptation à un univers autre que le sien. On ressent le regard bienveillant qu’il a posé sur le dandy pop, personnage attachant, fragile et volontaire, tout au long des trois années qu’a duré le reportage. On ne manquera aussi pas de souligner la façon très originale avec laquelle il a représenté les sons des différents instruments. Son compère scénariste Chauvel a quant à lui conçu une narration légère et fluide, avec un bon équilibre entre les textes et les images, là où l’ouvrage aurait pu s’avérer fastidieux sous la conduite d’un autre. On n’est donc pas obligé d’être fan d’Étienne Daho pour apprécier ce livre. Moi-même sceptique au départ car auditeur irrégulier bien que goûtant certains de ses tubes, j’ai fini par tomber sous le charme. Et en traversant ces pages, on comprend mieux pourquoi le « jeune premier en sweat marin » des années 80 a fini par obtenir la reconnaissance de ses pairs, et pourquoi sa carrière a connu une telle longévité. A la fois modeste et lucide, bourreau de travail, fonctionnant à l’intuition comme il le dit lui-même, vivant la musique comme un sacerdoce… autant de qualités qui ont fait de lui le leader de la pop à la française et plus généralement un incontournable du paysage musical de l’Hexagone.

08/12/2015 (modifier)