Fantasmes

Cette galerie contient des images potentiellement pornographiques. En appuyant sur le bouton ci-dessous, vous confirmez être majeur.

Note: 3/5
(3/5 pour 2 avis)

À travers une quinzaine d'histoires, Stefano Mazzotti illustre quelques-uns des fantasmes les plus courus


Hard & Soft, d'un érotisme à l'autre

L'assistante d'un dentiste donne de sa personne pour mieux faire passer la douleur (Anesthésie locale) ; une jeune femme dans un train se jette sur un garçon telle une lionne (Comportement animal) ; un cambrioleur ne sait plus où donner de la pince monseigneur (Visite nocturne)..

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 05 Juin 2013
Statut histoire Histoires courtes 2 tomes parus
Couverture de la série Fantasmes
Les notes (2)
Cliquez pour lire les avis

01/11/2015 | Erik
Modifier


L'avatar du posteur Noirdésir

Chaque album est relativement épais (près de 100 pages, pour une quinzaine d’histoires courtes), et globalement, c’est assez bon. La particularité de toutes ces histoires, c’est qu’il y a presqu’à chaque fois une chute rigolote, un humour noir qui ressemble parfois aux chutes concoctées par Hitchcock dans sa série « Alfred Hitchcock présente » (toutes proportions gardées pour ce qui est de la comparaison !). C’est souvent ironique, et généralement réussi. Pour le reste, nous avons bien là des histoires de cul, avec de nombreuses scènes de sexe – relativement classiques pour ce qui est des positions. Le dessin de Stefano Mazzotti fait un peu daté, même s’il est bon. Les couleurs – souvent criardes je trouve – sont, elles, moins réussies, en tout cas moins à mon goût. C’est en tout cas une série intéressante, qui bâtit de petits scénarios intelligents (pas forcément les plus originaux, mais réels et avec une chute souvent bien fichue).

15/05/2019 (modifier)
Par Erik
Note: 3/5
L'avatar du posteur Erik

Ce n'est pas la première fois que je lis du Stefano Mazzotti. J'aime bien son style même si je reconnais que cela fait parfois assez vieillot style années 70. Les personnages masculins sont plutôt laids et mal fringués. Les femmes ne sont pas aussi gracieuses que chez Manara. Mais bon, on fera avec. Il s'agit d'histoires courtes qui racontent des fantasmes. Certaines sont bien réalisés (comme celle chez le dentiste) et d'autres trop éloignées de la réalité. Le scénario ne s'embarrassera pas d'être élaboré. Non, les scènes sont plutôt crues. Un peu de finesse aurait été sans doute souhaitable.

01/11/2015 (modifier)