Déplacement (Nod away)

Note: 3.5/5
(3.5/5 pour 2 avis)

Dans un futur proche, la Terre est surpeuplée et ses ressources s'épuisent rapidement. La navette spatiale Aigle de l'Aube est développée afin de permettre à une petite équipe de lancer la colonisation d'une planète habitable dans un système planétaire proche. La navette transportera également un « portail » qui permettra de voyager instantanément de l'ancienne Terre jusqu'à ce nouvel Eden. Parallèlement à la mise en place de ce projet, Internet a connu de profond bouleversement et est désormais accessible télépathiquement par les 2/3 de la population mondiale, grâce à un serveur central. Mais peu avant le début du récit, la population terrestre, horrifiée, apprend que ce « serveur » est en fait un enfant ! Un projet alternatif de serveur électronique est alors développé à bord de la deuxième Station Spatiale Internationale où la navette Aigle de l'Aube est amarrée. Quelques mois après l'arrivée à bord de la station de l'un des scientifiques impliqué dans ce projet, Melody McCabe, des tests de fonctionnement du portail provoquent un accident et l'intrusion d'une créature inhumaine dans la station.


Anticipation Cà et Là Fantagraphics Books

Dans un futur proche, la Terre est surpeuplée et ses ressources s'épuisent rapidement. La navette spatiale Aigle de l'Aube est développée afin de permettre à une petite équipe de lancer la colonisation d'une planète habitable dans un système planétaire proche. La navette transportera également un « portail » qui permettra de voyager instantanément de l'ancienne Terre jusqu'à ce nouvel Eden. Parallèlement à la mise en place de ce projet, Internet a connu de profond bouleversement et est désormais accessible télépathiquement par les 2/3 de la population mondiale, grâce à un serveur central. Mais peu avant le début du récit, la population terrestre, horrifiée, apprend que ce « serveur » est en fait un enfant ! Un projet alternatif de serveur électronique est alors développé à bord de la deuxième Station Spatiale Internationale où la navette Aigle de l'Aube est amarrée. Quelques mois après l'arrivée à bord de la station de l'un des scientifiques impliqué dans ce projet, Melody McCabe, des tests de fonctionnement du portail provoquent un accident et l'intrusion d'une créature inhumaine dans la station. Space opera très ambitieux, [deplasmã] 1 navigue entre le cyberpunk de William Gibson, la SF psychédélique de K Dick avec une petite pincée de Lovecraft. Joshua Cotter entame un récit au long cours mêlant aventures et réflexions existentielles dans ce premier volume d'une série qui en comptera 7.

Scénariste
Dessinateur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution 22 Octobre 2015
Statut histoire Série en cours (prévue en 7 tomes) 1 tome paru
Dernière parution : Plus de 3 ans
Couverture de la série Déplacement
Les notes (2)
Cliquez pour lire les avis

16/10/2015 | Ro
Modifier


Par Alix
Note: 4/5 Coups de coeur expiré
L'avatar du posteur Alix

Une histoire de science-fiction comme je les aime, qui privilégie le contenu à l’action. Les thèmes sont nombreux, surpopulation de la Terre, colonisation spatiale, connexion cérébrale à Internet… ce dernier point est particulièrement fascinant, et fait vraiment écho aux technologies actuelles et futures (smart phones, technologie portable, réseaux sociaux) et les problèmes éthiques et sociaux qui en découlent. L’histoire est typée « comics américain indépendant », et se focalise surtout sur les personnages et leur relations. On découvre les enjeux (et les horreurs) des différents projets scientifiques via les conversations entre les différents protagonistes. Des passages oniriques et un peu psychédéliques s’intercalent dans l’histoire principale, et je dois avouer ne pas avoir toujours saisi leur sens ou leur pertinence. La grosse intro d’une 30aine de page est particulièrement hermétique, et j’ai failli décrocher avant même que l’histoire principale ne commence ! Le dessin aussi fait très « comics indépendant » et sert remarquablement l’histoire. J’adore le look des personnages. Il ne s’agit que d’un tome 1 (sur 7 prévus), et malgré le nombre de pages conséquent (240 !) on reste un peu sur sa faim. La révélation en fin d’album est vraiment intrigante, et je suis vraiment impatient d’en savoir plus. Ma seule crainte est qu’il faille attendre longtemps avant de connaitre le dénouement (si les 7 tomes font tous 240 pages). Un coup de cœur !

16/10/2015 (modifier)
Par Ro
Note: 3/5
L'avatar du posteur Ro

Déplacement (Nod away en version originale) est à la base un comics indépendant partiellement mis en ligne par son auteur, Joshua W. Cotter, avant d'être publié par Fantagraphics aux USA et Cà et Là en France. C'est une histoire de science-fiction d'anticipation qui mélange de nombreux thèmes : station spatiale de recherche, étape suivante de l'Internet communiquant directement par la pensée, conscience collective, portail de déplacement instantané, intelligence artificielle... Il y a beaucoup d'idées et un gros potentiel dans ce scénario. Le graphisme et la narration ramènent aux origines de comics indépendant de son auteur. Le dessin est en noir et blanc, au trait rond un peu hachuré, légèrement caricatural. L'accent est bien plus mis sur les relations entre les personnages que sur l'action et le grand spectacle. C'est de la SF "intelligente", non pré-digérée et qui pousse à la réflexion. Les personnalités des protagonistes sont souvent étranges, exacerbées. Il est difficile de se sentir à l'aise dans ce melting-pot de personnages bizarres dont on ne comprend pas toujours les réactions. La narration ajoute à la confusion car elle insère par-ci par-là des figures à priori métaphoriques, et car on suit en parallèle de l'histoire principale le récit d'un homme dans un désert dont on ne sait s'il est symbolique, imaginaire ou réel, ni même s'il est simultané avec le reste de l'intrigue. Il y a dans tout cela un côté hermétique qui m'a interdit de me laisser charmer par l'histoire. Je suppose qu'il y a une histoire d'intelligence artificielle, résultant peut-être de l'esprit de groupe de toute la population humaine connectée, ou provenant peut-être juste de l'intelligence artificielle créée dans la base de recherche, et d'une tentative de sa part de prendre vie et forme après avoir observé son environnement et l'esprit humain. Mais ce n'est vraiment pas clair. Et arrivé à la fin du premier tome, après plus de 200 pages d'un récit pourtant bien dense, je reste dans une vraie expectative et je ne suis pas encore convaincu ni séduit. J'attends de lire la suite pour donner un avis définitif.

16/10/2015 (modifier)