Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire

Victor & Clint

Note: 3.33/5
(3.33/5 pour 3 avis)

Une ode aux échappées imaginaires sous forme de western spaghetti plein de verve et de réparties cinglantes !


La BD au féminin La Boite à Bulles

Lorsque Victor se coiffe de son Stetson, il devient Clint, cowboy renfrogné de l’Ouest américain. Colt en main, il s’enfuit dans un Far West imaginaire où les parents se transforment en shérifs et les bicyclettes en fidèles destriers. Un monde de rochers et de cactus où les brutes de l’école deviennent les redoutables frères Ringo, à qui il aimerait bien donner une bonne leçon ! Car les deux canailles se sont emparés de sa monture, le Colonel Banjo, et Victor compte bien la récupérer... Avec l’aide de son acolyte Willy Brown, qui n’est autre que Basile Castagne, vieil alcoolique du village, Victor se lance à leur poursuite, bien décidé à leur faire mordre la poussière ! Mais la réalité, toujours tapie dans l’ombre, arrive au galop... Texte : Editeur.

Scénariste
Dessinateur
Coloriste
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution Mai 2015
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Victor & Clint © La Boîte à Bulles 2015

09/09/2015 | Alix
Modifier


Par Ro
Note: 3/5
L'avatar du posteur Ro

C'est l'histoire sympathique d'un enfant qui vit sa vie et ses jeux en s'imaginant dans la peau d'un cow-boy. Son chien devient un compagnon adepte du 6 coups comme lui-même, les gamins qui le harcèlent sont une bande adverse, et ainsi de suite : il est capable de tout transformer dans son esprit en décor de western et en dialogues de films de John Wayne. Et ça marche plutôt bien ; certes les adultes et les autres enfants le voient comme un gamin dans la lune et assez turbulent, mais finalement ses petites délires retombent plutôt bien sur leurs pattes et lui permettent de se sortir des moments difficiles de la jeunesse. C'est sympa parce qu'on s'amuse de voir comment il va tourner en version western les événements auxquels il est confronté et comment son caractère affirmé va réagir. Il y a là une bonne dose d'humour et j'aime notamment bien sa relation avec son chien et les dialogues qui en découlent. Le dessin est tout aussi agréable, fluide et assez charnel. Il est en outre soutenu par des couleurs chaudes et intenses. L'histoire se lit bien, comme une sorte de petit passage initiatique d'un enfant pas si bien que ça dans sa peau. Elle est plutôt intelligente et plaisante à lire. Bien pour les jeunes lecteurs comme les plus âgés.

16/08/2020 (modifier)
L'avatar du posteur Noirdésir

Amusant cet album, qui revisite de façon assez originale un thème déjà vu cent fois : un gamin, Victor, s’évade dans son imagination, joue au cow-boy avec son chien, et transforme toutes ses rencontres (avec un vieux voisin, avec deux autres gamins qu’il déteste) en scènes de western. On passe de la réalité à ces scènes « fantasmées » sans transition, mais aussi sans que cela ne gêne la narration. Pour Victor, ces aventures rêvées – ou plutôt vécues, sont aussi un moyen de mieux vivre certaines réalités douloureuses, comme la séparation de ses parents. Cet aspect est amené assez subtilement vers la fin. Le dessin, très moderne (tendance Sfar) passe bien, pour ces aventures enfantines plutôt rafraichissantes. Même si j’ai lu cet album rapidement et sans déplaisir, je le recommanderais davantage pour un jeune lectorat quand même.

22/06/2020 (modifier)
Par Alix
Note: 4/5
L'avatar du posteur Alix

Cet ouvrage est paru dans la collection « La malle aux images », et à ce titre est à réserver aux plus jeunes. Cependant les adultes qui ont oublié de grandir comme moi apprécieront aussi les délires imaginatifs de Victor. Le premier « retour à la réalité » m’a beaucoup fait rire, c’est très habile et bien pensé. L’histoire peut sembler enfantine aux premiers abords, mais elle aborde pourtant des sujets plus sérieux, comme la perception de la mort chez un enfant. La mise en image est parfaitement adaptée, le trait de Marion Duclos est élégant et les couleurs apportent du charme aux planches. Une chouette découverte.

09/09/2015 (modifier)