Gueule noire

Note: 2.5/5
(2.5/5 pour 2 avis)

Gueules noires, c'est une ode aux petits métiers du début du siècle. Une ode à un Paris qui a disparu. Comme a disparu l'espoir des jours meilleurs où chacun serait l'égal de l'autre. Rattrapé par le monde moderne et la désillusion qui l'accompagne.


1900 - 1913 : Du début du XXe siècle aux prémices de la première guerre mondiale Anarchiste ! Au fond de la mine... Paris

Marcel a la gueule noire de ceux qui vont au charbon. Pour sortir de sa condition, il se sauve à Paris où il découvre que ce ne sont pas les boulots de forçats qui manquent. Alors, Marcel se voile du drapeau des anarchistes. Une autre façon d'avoir la gueule noire. Gueules noires, c'est une ode aux petits métiers du début du siècle. Une ode à un Paris qui a disparu. Comme a disparu l'espoir des jours meilleurs où chacun serait l'égal de l'autre. Rattrapé par le monde moderne et la désillusion qui l'accompagne. Texte : Editeur

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 09 Septembre 2015
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Gueule noire
Les notes (2)
Cliquez pour lire les avis

08/09/2015 | pol
Modifier


Par Erik
Note: 3/5
L'avatar du posteur Erik

En règle générale, je n'aime pas vraiment les scénarios de Ozanam pour avoir expérimenté une bonne partie de ses oeuvres. Celle-ci fera exception bien que l'idée de l'intrigue soit toute simple et qu'on aura l'impression à la fin de tourner en rond. Je pense bien que c'était le but recherché. Par ailleurs, le dessin en noir et blanc fait très brouillon avec des traits qui ne sont pas assumés et presque sous une forme d'esquisse. Pourtant, là encore, cela produit un bel effet. C'est plutôt vif et cela traduit bien le quotidien. En synthèse, cette oeuvre n'avait rien pour me plaire et pourtant, il s'est passé quelque chose à la lecture. J'ai suivi jusqu'au bout et sans peine. Il faut dire que le sujet m'inspirait à savoir un jeune désoeuvré qui tente de sortir de sa misérable condition sociale. Il y en a qui arrive et c'est le conte de fée. Mais pour combien qui échouent ? Cela explique beaucoup de choses sur ce qui ne va pas dans une société capitaliste. Cette chronique du début du XXème siècle est plutôt réussi. A lire de préférence en mettant du Pierre Bachelet en arrière-fond.

28/08/2016 (modifier)
Par pol
Note: 2/5
L'avatar du posteur pol

J'ai trouvé cet album sombre et relativement pessimiste. Cela aurait pu être des qualités mais malheureusement je l'ai aussi trouvé un peu convenu et je n'ai pas accroché au dessin. Alors même si la lecture de ces 100 et quelques pages est plutôt fluide et pas ennuyeuse, ce qu'il en reste une fois le livre refermé c'est un petit sans plus. Pourtant l'histoire de ce jeune homme a des qualités. Sa vie c'est descendre au fond de la mine, lui qui déteste ça et qui n'a qu'une envie c'est échapper à sa condition et il rêve d'une vie meilleure. Cela se passe il y a plus de 100 ans, mais ça parait encore tellement d'actualité et il y a largement de quoi trouver un écho dans nos vies actuelles, même si notre boulot est différent. De péripéties en péripéties il va atterrir à Paris... pour enchainer les petits boulots ingrats qui viendront juste le rappeler à une triste vérité qui est qu'on ne change pas sa vie d'un claquement de doigt, ou juste parce qu'on le souhaite très fort. Ca aussi ça pourrait faire une belle morale et une belle histoire. Mais à coté de ça, le récit ne réserve pas de surprises. Les rencontres ne sont pas surprenantes, et l'entrainent toutes dans la même direction. On s'y attend trop. Revoir son ami d'enfance, qui est devenu le petit voyou du coin et qui va l'entrainer peu à peu avec lui, on le voit trop venir. Un mot sur le dessin. Le noir et blanc renforce ce coté triste et sale de l'histoire, c'est un bon choix, mais le trait n'est pas ma tasse de thé. Ce style crayonné, hachuré, imprécis ne me séduit vraiment pas. Une lecture pas si mal qui me laissera finalement trop peu de souvenirs.

08/09/2015 (modifier)