Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

La Passion des Anabaptistes

Note: 3.33/5
(3.33/5 pour 3 avis)

L’histoire des anabaptistes de Münster est une histoire vraie, peu connue, mais très riche de sens. Elle se passe dans l’Allemagne de 1500 à 1536, à l’époque de Luther, d’Erasme et de Dürer. L’anabaptisme fut un mouvement sectaire protestant révolutionnaire. Les anabaptistes étaient ce que l’on a appelé des millénaristes, c’est à dire des gens qui, contrairement au christianisme orthodoxe, ne croyaient pas que l’homme était né mauvais, mais bon. Ceci eut une conséquence philosophique absolument majeure: le salut pouvait dès lors s’obtenir directement sur terre. Cette conception bouscula de beaucoup la con?guration théologique de l’époque et fut la porte ouverte à toutes les interprétations et dérives: les anabaptistes allaient être les champions de cette révolution, et c’est véritablement eux qui poussèrent l’idée dans sa voie la plus radicale : le partage et la communion des biens dans l’établissement d’un paradis terrestre étaient en?n possible.


1454 - 1643 : Du début de la Renaissance à Louis XIII Allemagne Spiritualité et religion

L’histoire des anabaptistes de Münster est une histoire vraie, peu connue, mais très riche de sens. Elle se passe dans l’Allemagne de 1500 à 1536, à l’époque de Luther, d’Erasme et de Dürer. L’anabaptisme fut un mouvement sectaire protestant révolutionnaire. Les anabaptistes étaient ce que l’on a appelé des millénaristes, c’est à dire des gens qui, contrairement au christianisme orthodoxe, ne croyaient pas que l’homme était né mauvais, mais bon. Ceci eut une conséquence philosophique absolument majeure: le salut pouvait dès lors s’obtenir directement sur terre. Cette conception bouscula de beaucoup la con?guration théologique de l’époque et fut la porte ouverte à toutes les interprétations et dérives : les anabaptistes allaient être les champions de cette révolution, et c’est véritablement eux qui poussèrent l’idée dans sa voie la plus radicale : le partage et la communion des biens dans l’établissement d’un paradis terrestre étaient en?n possible.

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 22 Octobre 2010
Statut histoire Série terminée 3 tomes parus
Couverture de la série La Passion des Anabaptistes
Les notes (3)
Cliquez pour lire les avis

06/08/2015 | Quentin
Modifier


Par Ro
Note: 2/5
L'avatar du posteur Ro

Située au début du 16e siècle en Allemagne , l'histoire raconte en grande partie la révolution sociale et religieuse qu'a représentée à l'époque l'oeuvre de Martin Luther et tout le bouleversement que lui et d'autres penseurs et hommes d'église de l'époque ont engendré en ces temps troublés où l'Eglise Catholique gardait le peuple enfoncé dans la misère tandis que ses prélats jouissaient parfois des pires vices. Et toute cette période complexe va amener à l'épisode des anabaptistes de Münster, tentative de créer une théocratie protestante dans cette ville allemande. Cette épisode, dont je ne savais rien, est assez saisissant car il donne l'impression d'une ville qui sombre dans la folie alors que le mouvement initial qui l'a engendré avait des raisons sensées. L'histoire est intéressante sur le fond. Mais la BD elle-même m'a déplu. Le dessin fait preuve d'esthétisme mais il est très sombre, parfois difficile à déchiffrer, et en tout cas il rend obscur la compréhension de ce qu'il est sensé raconté. La narration elle-même n'aide pas du tout. Il n'y a pas véritable description narrative permettant de bien comprendre le contexte. Au lieu de ça, ce sont de grandes pages de textes, présentées comme des copies d'écrits de l'époque, qui sont sensés aider le lecteur à comprendre ce que raconte l'album. Dans mon cas, heureusement que j'avais lu il y a peu une biographie de Luther sans quoi j'aurais eu bien du mal à m'y retrouver. D'autant plus que ce texte présente l'agaçante utilisation à l'ancienne de f à la place de s, comme dans les textes médiévaux fi difficiles à déchiffrer fi vous ne connaiffez pas le principe. Au-delà de ces pages de textes, les passages dessinés sont entrecoupés de dialogues placés sous les dessins plutôt que dans des bulles, là encore comme dans les très vieilles BD ou les histoires illustrées. C'est là encore pénible car cela gâche complètement la fluidité de la lecture. Pour tout dire, arrivé à un peu de la moitié de l'album, j'en ai eu ras-le-bol et j'ai rapidement survolé le reste jusqu'à la fin. C'est trop sombre, trop difficilement compréhensible, trop embrouillé dans la narration.

17/02/2019 (modifier)
Par Gaston
Note: 3/5
L'avatar du posteur Gaston

Je vais être plus réservé que le précédant posteur. J'ai lu le premier tome et c'est pas mal. Le grand format mets bien en évidence le dessin qui est superbe (j'aime bien le noir et blanc) et le texte à la typographie des manuscrits de l'époque. C'est un belle objet et en plus l'histoire se laisse lire sans problème et il un a coté éducatif que j'aime bien. Toutefois, je trouve que c'est un peu froid. Je n'ai pas ressenti beaucoup d'émotions durant ma lecture et je n'ai pas réussi à trouver le scénario passionnant. C'est une BD sympathique, mais qui ne m'a pas semblé mémorable et je n'ai pas envie de faire des efforts pour trouver et lire la suite.

04/03/2017 (modifier)
Par Quentin
Note: 5/5 Coups de coeur expiré

Je viens de lire Joss Fritz et Thomas Muntzer, les 2 premiers tomes de la passion des anabaptistes (achat surtout motivé après ma lecture de l'excellentissime Fritz Haber de Vandermeulen). Les auteurs nous invitent à un voyage au début du 16e siècle, au moment de la réforme protestante initiée par Luther. On suit Joss Fritz et Thomas Muntzer, deux prédicateurs anabaptistes qui vivaient leur foi en parlant directement avec Dieu sans passer par l'intermédiaire d'un prêtre ou de Saintes écritures, et qui préchaient un communisme primitif. Surfant sur le mécontentement populaire répandu à l'époque dans toute l'Europe du Nord, ces mouvements ont tenté de prendre le pouvoir par des révoltes populaires, lynchant moines et princes et saccageant églises et chateaux sur leur passage. Tout cela finit très mal et ils se font massacrer dans un énorme bain de sang, applaudi par Luther qui est tout aussi illuminé qu'eux mais qui préfère faire alliance avec les princes plutôt qu'avec le peuple. Les albums sont en très grand format, les dessins s'inspirent de l'iconographie du 15e-16e siècle et les textes reproduisent la lettrine de l'époque, ce qui fait que les BD se présentent comme de beaux objets et qu'on ressent une sorte de dépaysement historique lors de la lecture, même si la forme, la présentation, et une bonne partie du discours restent moderne. Vandermeulen est une fois de plus fort bien documenté et choisit avec soin les nombreuses citations d'époque, tout en explicitant le contexte, ce qui donne une excellente profondeur historique au récit. Les dessins sont très noirs, pas toujours facile à déchiffrer, mais font parfois merveille, surtout lors des scènes dessinées en pleines page. Le récit n'a pas du tout la même densité qu'avait Fritz Haber, sans doute à cause de la pauvreté des documents historiques sur les mouvements anabaptistes et à cause de la difficulté de se mettre dans la peau de gens vivant il y a cinq siècles, mais la volonté de s'inspirer de l'iconographie et de l'imprimerie du 16e siècle compensent quelque peu cette faiblesse. Au total une excellente lecture, instructive, à la présentation intéressante, sur un moment très important de l'histoire de la civilisation occidentale qui mériterait d'être beaucoup mieux connu. Une série sans doute appelée à devenir culte, comme l'est devenue la série Fritz Haber.

06/08/2015 (modifier)