Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

Pretty Deadly

Note: 3.5/5
(3.5/5 pour 4 avis)

Un mélange de western et de fantastique pour un chevauchée vengeresse ou le graphisme est époustouflant.


Image Comics La Mort Le western fantastique

Ginny est la fille de la mort, son visage est marqué par les stigmates qui lui a imposer son père. Son objectif, retrouver un certain maitre maçon pour lui faire payer ses fautes. Meurtres, massacres, rien n'arrête Ginny. Un nommé Fox, protecteur aveugle de la jeune Sissy aura fort a faire pour lui échapper. Combattre la mort n'est pas une chose aisée, pourtant la confrontation est inévitable.

Scénariste
Dessinateur
Coloriste
Traducteurs
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 09 Juin 2015
Statut histoire Série en cours 1 tome paru
Dernière parution : Plus de 3 ans
Couverture de la série Pretty Deadly
Les notes (4)
Cliquez pour lire les avis

12/06/2015 | sloane
Modifier


L'avatar du posteur Agecanonix

Ce comics western me laisse dubitatif et je ne sais trop quoi en penser. Il s'agit d'une triste fable qui il faut le signaler, n'utilise pas un fantastique basé sur la magie ou les esprits amérindiens qui font l'objet de la majorité des westerns fantastiques que j'ai pu lire jusqu'ici. Sauf que j'ai trouvé justement que ça ne tenait pas la route ; cette histoire de la Mort éprise d'une pauvre fille d'où naît un bébé, me semble saugrenue et peu crédible. Le récit n'est pas vraiment passionnant à lire, c'est tiré par les cheveux, avec des personnages qui sortent d'on ne sait où, une narration approximative qui rend l'ensemble incohérent. Le récit est abstrait, un peu confus et laisse beaucoup trop de questions sans réponse, la lecture devenant de plus en plus compliquée au fil du récit, si bien qu'en arrivant à la fin, j'étais non seulement désarçonné par la façon dont les péripéties s'enchainent, mais je n'étais pas sûr de la direction qu'ont voulu donner les auteurs. Je ne me suis absolument pas intéressé aux personnages, pourtant l'héroïne Ginny est une vengeresse qui évolue dans un monde violent et masculin, en rencontrant plusieurs personnes comme la petite Sissy ou la redoutable Alice. Et ce récit est une création féminine puisqu'il est réalisé par 2 femmes sans pour autant qu'on sente un féminisme caché. Le plus curieux, c'est que chaque chapitre de ce comics introduit une double page où un papillon et un lapin dialoguent en amorçant le début du récit, ça donne un côté conte et une touche de poésie, mais je trouve que ça ne colle pas avec l'univers violent décrit par les auteurs. Là-dessus, le dessin rend bien l'atmosphère western avec plusieurs éléments classiques, mais le travail graphique reste pour moi approximatif, avec des scènes de combats peu lisibles et brouillonnes, c'est un dessin pas fignolé, étrange, agressif, pas du tout esthétique, il ne me plait pas, spécialement quand c'est du western. Je vais donc rendre bien sagement cet album à son propriétaire qui me l'a prêté, et sans regret, ou plutôt si, je regrette que ce western fantastique atypique à l'univers étrange, n'ait pas su me séduire comme je l'aurais voulu.

01/08/2020 (modifier)
Par Alix
Note: 4/5 Coups de coeur expiré
L'avatar du posteur Alix

Pour moi cet album fut avant tout un coup de cœur graphique, en particulier avec sa couverture enchanteresse. A ce titre je ne comprends pas ce changement de couverture sur la VF, les éditions Glénat avaient-elles peur que le rose rebute les mâles français ? Bref, je vous ai mis la couverture VO dans la galerie pour la peine. La beauté du dessin se retrouve à l’intérieur de l’album, on en prend plein les mirettes : trait précis, compositions de toute beauté, et couleurs parfaitement adaptées au récit. Ce dessin dégage une poésie qui m’a vraiment enchanté. L’intrigue est originale (la Mort qui succombe aux charmes d’une humaine, qui se retrouve enceinte), et si le déroulement est globalement assez violent, les textes dégagent eux-aussi une poésie qu’on voit rarement dans ce genre d’histoire. Par contre je vois que je ne suis pas le seul à trouver que cette dernière est un poil difficile à suivre, surtout sur la deuxième moitié de l’album (qui se lit comme un one-shot, même si une suite est prévue). Un coup de cœur !

24/06/2015 (modifier)
Par KiwiToast
Note: 4/5 Coups de coeur expiré

Ce livre est très riche : Graphiquement : Les dessins sont très détaillés. Il n'y a pas autant de traits que dans le style de western traditionnel (Blueberry), mais c'est quand même dense, et certaines pages doivent être lues plusieurs fois. Scénaristiqument : L'intrigue est elle aussi très dense. Après deux lectures, certains points (un en particulier) me semblent encore plutôt obscures. Je ne sais pas si je les comprendrai lors d'une future lecture, ou s'ils seront éclaircis dans les tomes suivants. Background : Ce far west mêle de l'amerindien fantastique, saupoudré de nuances de vaudou, le tout sur un aire de drame greco-romain. Le résultat est très original et intéressant.

14/06/2015 (modifier)
Par sloane
Note: 4/5 Coups de coeur expiré
L'avatar du posteur sloane

Voilà ce que j'appelle une baffe visuelle. Alors certes nous sommes dans le trait un peu habituel du comics mais avec un souci du détail comme je l'ai rarement vu ailleurs. Des inspirations, il y en a certainement, mais disons plutôt que Emma Rios, c'est elle qui tient les pinceaux, à une originalité qui devrait marquer les esprits. Ses personnages un peu allongés ne sombrent pas pour autant dans la caricature et si je devais lui faire un seul petit reproche c'est la pose de certains dans quelques cases. Ses dessins de combats sont hyper dynamiques mais c'est la qualité du visuel qui remporte mon adhésion. Tout cela serait bien sûr impossible s'il n'y avait une excellente colorisation. Rendons à César ce qui lui est dû, il s'agit de Jordie Bellaire. Chaque chapitre, il y en a cinq, débute par une ou deux pages d'aspect très bucolique ou un lapin et un papillon se racontent les événements qui vont suivre. Ce procédé qui n'alourdit en rien le propos est l'occasion pour la dessinatrice de faire montre de tout son talent en ce qui concerne son trait pour représenter la faune. Dans une petite ville de l'ouest américain dans la deuxième moitié du XIXème siècle, un homme arrive, accompagné d'une jeune fille revêtue d'une grande cape en plumes de vautour. Installés sur des tréteaux, ils nous racontent l'histoire de Ginny-face-de-mort. Un jour un maître maçon épousa une splendide jeune femme, mais rapidement il sombra dans la démence et en vint à traiter sa femme comme un objet. Envahi par la peur de la perdre, il lui construisit une prison de pierre. Seule abandonnée elle pria la mort de venir la chercher. C'est le dieu de la mort en personne qui vint à elle et s'en éprit. La jeune femme mourut en donnant naissance à une petite fille que la mort baptisa Ginny. A charge pour elle de poursuivre dans le monde des vivants les âmes des pêcheurs. Avouons-le, à partir de ce point, l'histoire se complexifie un peu et il faut toute l'attention du lecteur pour bien comprendre les tenants et les aboutissements entre les personnages et les situations. Au fil des chapitres, les événements prennent tout leur sens et proposent finalement une histoire assez originale. La mise en page et le découpage ne sont pas novateurs mais rendent l'ensemble dynamique et très plaisant, ne gênant en rien le plaisir de lecture. Un deuxième tome est en préparation et nul doute que je ferai partie des acquéreurs. Une bonne histoire mêlant habilement western et fantastique, ce n'est pas si courant, et je le répète le trait est virtuose voir magnifique le tout sans esbroufe.

12/06/2015 (modifier)