La Voleuse de chocolat

Note: 3/5
(3/5 pour 2 avis)

Aventures au pied des Andes...


Amazonie Bouffe et boisson

De la cordillère des Andes à la forêt amazonienne, ce quatrième tome de Géo BD est une incroyable expédition, à la découverte des mystères du cacao. Estéban un jeune garçon équatorien, part avec son oncle au coeur de la forêt vierge amazonienne, à la recherche d'une fève de cacao rare et précieuse. Ils devront pour cela se rendre au coeur du territoire des Indiens Shuars, autrefois appelés « Jivaros », les terribles réducteurs de tête. Estéban fera la connaissance de la jeune Selva, apprentie chaman, et, ensemble, ils devront déjouer les plans de la terrible Voleuse (texte : Dargaud)

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 23 Janvier 2015
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série La Voleuse de chocolat
Les notes (2)
Cliquez pour lire les avis

04/05/2015 | Spooky
Modifier


Par Canarde
Note: 3/5
L'avatar du posteur Canarde

Petite bluette pour l'entrée en 6ème! Pour le résumé voir l'avis précédent, c'est sympathique: Un humour et un trait assez proche d'Astérix (donc très légèrement désuet mais toujours efficace). Les aventures d'un gentil contrecarrées par un Amonbofis au féminin et taille XXL, flanqué d'un crétin, faire-valoir. Des couleurs légèrement moins discordantes dans les passages réalistes, mais qui tombent dans un criard très désagréable lorsque les personnages passent du coté des esprits de la forêt. L'ouverture sur des cultures lointaines est toute relative, et c'est surtout un ressort comique un peu téléphoné qui est mis en avant. Tout est bien qui finit bien, et les chevaux seront bien gardés...

24/10/2015 (modifier)
Par Spooky
Note: 3/5
L'avatar du posteur Spooky

Voici le quatrième tome de la collection Géo BD, destinée à faire découvrir aux jeunes des paysages et des cultures d'un peu tous les coins du monde. ici nous sommen eEquateur, au pied des Andes, sur les pas d'une voleuse de cacao qui va partir en pays shuar, peuplé par ceux que l'on appelait lmes Jivaros à une époque (oui, les réducteurs de tête), à présent de paisibles paysans qui vivent de cueillette et de chasse. Le récit propose de découvrir un peu de leur culture et celle de l'Equateur, entre dégustation de cuys (les cochons d'Inde) et culture du cacao. Une quête sous forme d'aimable promenade sur le rio, en compagnie d'un gamin et de son oncle, mais aussi des deux malfrats qui essaient de les tromper et de les voler. Et des rencontres inattendues. L'histoire, fort sympathique, est illustrée à merveille par Marko, avec un trait fin qui rappelle un peu l'Uderzo de la grande époque, complétés par les couleurs éclétantes et enchanteresses de Maëlla Cosson. Encore un beau voyage.

04/05/2015 (modifier)