Centaurus

Note: 3.25/5
(3.25/5 pour 8 avis)

L'humanité en quête d'un nouveau chez elle...


Auteurs brésiliens Planet Fantasy Rodolphe

Un gigantesque « vaisseau monde » a quitté la Terre à l'agonie. Vingt générations se sont succédé depuis son départ. Sa finalité : trouver une planète susceptible d'accueillir nos descendants. Vera, satellite de l'étoile Proxima Centaurus, pourrait convenir. Envoyé en reconnaissance, un équipage va perdre la liaison avec le vaisseau et découvrir un monde qui ressemble à celui du Jurassique. (texte : Editions Delcourt)

Scénaristes
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 04 Mars 2015
Statut histoire Série terminée 5 tomes parus
Couverture de la série Centaurus
Les notes (8)
Cliquez pour lire les avis

24/04/2015 | Spooky
Modifier


Par jul
Note: 3/5

C'est la 1ère fois que je me plonge vraiment dans l'univers de Léo. Même si c'est Janjetov au dessin, ce dernier s'est totalement glissé dans l'univers de Léo. Et avec aisance. Une nouvelle planète et des créatures bizarres. J'adore. Je valide les critiques générales : caractères des personnages un peu passe partout et clichés. Déroulement de l'intrigue qui part dans une direction légèrement "autre", un peu décevante... Et des espèces d'incohérences et d’approximations assez gênantes : le fait que les habitants du cylindre ne soient pas au courant qu'ils habitent dans une navette emplie de forêts, de champs... qui vogue à travers l'espace depuis 400 ans. L'idée est géniale mais il aurait fallu que cette navette ait des proportions plus énormes (exactement comme ma critique de la bd T.E.R). Un des personnages dit même à un moment " je suis un homme des forêts ". Je veux bien qu'il y ait des forêts dans cette navette mais pas dans une navette de cette taille ! C'est grand mais on s'aperçoit facilement, après de nombreuses années que ce monde est minuscule et clôt ! Bref c'est un problème de proportions. Malgré ce défaut majeur, (c'est un exemple parmi tant d'autres) j'ai dévoré ces 4 tomes assez rapidement, ce qui fait du bien, par rapport aux bds où l'on patine un peu. Les cases sont lumineuses, les couleurs très belles, les paysages, architectures extra-terrestre et créatures envoûtants et grandioses. On ressent également l'influence de Rodolphe au scénario car comme dit précédemment, toute cette intrigue m'a également un peu fait penser à la série T.E.R que j'ai achetée récemment. Il me tarde de rattraper mon retard sur toutes les autres œuvres de Léo. De la s.f. de série b de qualité, j'en redemande. 3.5.

27/08/2018 (modifier)
Par Canarde
Note: 4/5
L'avatar du posteur Canarde

Toujours le même protocole d'expérience sociologique pour Léo: on prend une micro-société humaine qui doit coloniser un monde nouveau, sans espoir de retour. En explorant les diverses possibilités de ce pitch de départ, on ne s'ennuie pas. On retrouve des points communs avec la série Aldébaran et ses suivantes (une jeune femme comme personnage clef, un vieille femme comme soutien, et autour des seconds rôles consistants, des inventions technologiques curieuses, des êtres vivants inquiétants mais pas encore très originaux dans ce premier tome) mais aussi des nouveautés : cette atmosphère tyrolienne du début qui montre un paysage très conventionnel peu habituel chez Léo, un pseudo-bucheron canadien, deux jumelles déroutantes... Le dessin est ici colorisé et ombré de manière un peu lourde (un coté pellicule allemande à la Derrick) voire fermée. Mais on ne peut pas s'empêcher d'être intrigué, et d'avoir envie de savoir ce qui va arriver à ce groupe qui part en reconnaissance vers un monde inconnu.... Après la lecture des deux tomes suivant et des autres avis, je suis amusée de l'agacement de Mac Arthur a propos de la scientifique... Une formation scientifique n'empêche pas de dire des banalités dans les moments déstabilisants... Pour l'histoire, elle continue de me captiver, même si les péripéties sentimentales prennent peut-être un tour de reality-show par moment. Un peu de frivolité est peut-être nécessaire pour faire avaler l'angoisse de la situation. Toujours des bestioles agressives, des énigmes, des complots, des indices qui ne concordent pas... Bref c'est bien ficelé, et les dessins des personnages, un peu figés, (avec un coté Martine à la plage, désagréable) sont compensés par des situations pleines de suspens, et des dialogues assez vraisemblables. Les décors très réalistes sont à observer...Ils vont prendre une importance inattendue dans l'intrigue. Pour les fans d'Aldébaran c'est incontournable, pour les autres... Faut essayer.

03/07/2015 (MAJ le 10/10/2017) (modifier)
Par Erik
Note: 4/5
L'avatar du posteur Erik

La Terre sera amenée à disparaître dans 5 milliards d'années avec l'explosion de notre soleil. Bref, c'est un processus irréversible qui nous indique qu'il y aura bien une fin. Les plus pessimistes pensent que la fin du monde sera beaucoup plus proche en raison des guerres, des conséquences sur le climat et de la disparition de nos ressources naturelles. Pour perpétuer l'espèce humaine, il n'y a qu'une solution : explorer d'autres galaxies et coloniser une planète habitable. L'exoplanète la plus proche de la Terre se situe dans la constellation stellaire Alpha du Centaure. C'est seulement à 4,3 années lumières. La présente bd imagine un vaisseau-monde qui aurait mis 400 ans environ pour l'atteindre. C'est plutôt bien vu car c'est l'hypothèse actuellement la plus vraisemblable à savoir un équipage se renouvelant sur plusieurs générations avant que le voyage ne soit terminé. Il n'y a rien à faire : j'aime beaucoup les histoires imaginées par Léo et Rodolphe. C'est à chaque fois une embarcation pour la grande aventure avec ce qu'il faut comme mystère. Cette série a un début très prometteur. Je la suivrai avec un grand plaisir car le thème me passionne véritablement. Mon léger bémol proviendra du dessin de certains visages des protagonistes qui ont l'air d'avoir une peau assez rugueuse liée à des traits un peu intempestifs. Je ne crois pas que cela soit volontaire mais j'aurais préféré un graphisme plus lisse. Ce dessin fait quand même peur au niveau des visages. Les décors sont quant à eux parfaitement maîtrisés ce qui rassure. Fort heureusement, les défauts inhérents au dessin seront presque corrigés pour le second tome qui nous entraîne sur une planète bien mystérieuse. On reconnait bien la patte scénaristique de Léo une fois passé le voyage intergalactique. Je suis réellement un grand fan pour suivre chacune de ses aventures de science-fiction. J'aime ça et j'en redemande à chaque fois. Le troisième tome semble être un tome de transition où il ne se passe pas grand chose malgré l'attaque de certaines terrifiantes créatures animales ou végétales. La première victime sera ce pauvre chien. A quand un toutou qui arrive à survivre à ses maîtres dans la plus terrifiante des aventures ? Par ailleurs, il semblerait qu'il y ait un gros retournement de situation qui nous fait comprendre certains des mystères qui commençaient sérieusement à s'accumuler. Décidément, une planète peut en cacher une autre... Note Dessin: 3.5/5 - Note Scénario: 4/5 - Notre Globale: 3.75/5

25/04/2015 (MAJ le 19/05/2017) (modifier)
L'avatar du posteur Agecanonix

Léo et Rodolphe se retrouvent pour un nouveau space opera associant SF et grande aventure, tout en évitant l'ennui du space opera classique. C'est reparti donc pour une expédition vers une planète hostile et sauvage, aux dangers potentiels, juste en changeant 2 ou 3 détails. Mais malgré des recettes déjà utilisées dans les mondes d'Aldébaran, je marche parce que j'aime ces thématiques, j'aime les personnages qui ont toujours soit des rapprochements, soit des petits conflits entre eux, j'aime les ambiances imposées par Léo, et ici en plus, j'aime le dessin de Janjetov. Bizarre d'ailleurs ce dessin, Janjetov n'utilise pas l'ordi comme dans Les Technopères, mais adopte un peu le style de Léo, pour garder sans doute une sorte de lien graphique avec le reste des séries de ce dernier. Le trait est un peu moins raide, plus coulant, tout en étant très détaillé, avec des décors assez étonnants tel l'intérieur de ce vaisseau en forme de cylindre, sorte d'immense arche de Noé aux étranges paysages. Mais je n'aime pas les traits sur certains visages, c'est pas joli et peu utile, je les préfère carrément lisses. Avec ce genre de récit, Léo et Rodolphe savent qu'ils peuvent laisser la porte ouverte à plein d'aventures, à de multiples rebondissements, à un suspense de folie comme ils l'ont montré déjà sur des séries précédentes. On devine aussi que c'est l'épaisseur des personnages et leur psychologie qui vont préoccuper les 2 auteurs complices, sans jamais oublier l'action, et visiblement, Janjetov retranscrit de belle façon ces aspirations. Tout ceci débute bien, c'est très plaisant, je n'ai donc qu'une envie : lire la suite à tout prix. Et avec le tome 2, je suis servi ! satisfait de la tournure que ça prend, mais pas plus avancé dans l'histoire, car le récit continue sur la lancée du premier tome, les personnages principaux explorent cette nouvelle planète, on y voit des décors immenses comme des gigantesques entrepôts vides, avec encore quelques bestioles et étrangetés placées là pour intriguer le lecteur (et il y en a), elles n'influent pas trop sur la narration pour l'instant mais auront sans doute un rôle ultérieurement ; les auteurs parviennent à placer l'inévitable scène érotique qui manquait jusque là (mais elle est bien amenée), et ça se termine encore avec un de ces cliffhangers de folie comme seul Leo en a le secret, surtout que celui-ci est quand même sacrément étonnant ! En plus, il y a une sous-intrigue à bord du vaisseau assez surprenante. Bref, on n'est pas plus avancé même si ça a avancé en action et événements, je n'ai plus qu'à me morfondre et à attendre encore 1 an ou 2 pour connaitre la suite.

01/02/2016 (MAJ le 22/10/2016) (modifier)
L'avatar du posteur Mac Arthur

J’ai lu les deux premiers tomes et je suis toujours aussi embêté. Parce que si l’univers de cette série me plait bien, tout l’aspect « relations sociales et psychologie des personnages » me gave grave ! J’espérais que Rodolphe allait parvenir à atténuer cet aspect très redondant selon moi des histoires de Leo mais c’est loin d’être le cas. Les personnages dans leur ensemble me sont apparus peu crédibles, caricaturaux et très cons. Pour exemple, je ne mentionnerai que cette biologiste qui, rencontrant pour la première fois de sa vie un groupe d’extraterrestres semblant dotés d’une forme d'intelligence et vivant en société, s’exclame : « Qu’ils sont laids ! », réflexion hautement scientifique qu’elle réitérera d’ailleurs à la vue d’une espèce d’oiseau-poulpe géant. Punaise, c’est quoi, cette biologiste à la con ?!? Pour ne rien arranger, les auteurs ont décidé de prendre comme narrateur un corniaud costaud aussi subtil qu’une sonnerie de réveil un lundi matin. Et puis le coup de la savonnette dans la douche pour introduire la scène de sexe, fallait oser ! Je pense que même le pire scénariste de film porno parvient à faire plus subtil, de nos jours. Donc voilà, c’est con parce qu’à côté de ça, la découverte d’une nouvelle planète et les mystères qui l’entourent sont assez accrocheurs. Mais le côté « feux de l’amour » des relations sociales et des caractères des personnages est un frein énorme. Au niveau du dessin, le style de Zoran Janjetov ne désarçonnera pas les fans de Leo. Il est très lisible, agréable dans tous les aspects techniques ainsi que pour la faune et la flore. Par contre, il est un peu figé sur les personnages (tout comme celui de Leo, d’ailleurs)et bizarrement hachuré sur les visages de ceux-ci. J’hésite entre le « bof » et le « pas mal » mais à cause de cette biologiste aussi ouverte d’esprit qu’une actrice de téléréalité devant un reportage économique d’ARTE, je vais opter pour la sévérité.

29/08/2016 (modifier)
Par Spooky
Note: 3/5
L'avatar du posteur Spooky

Et revoilà Leo et Rodolphe avec une odyssée interstellaire qui touche -peut-être- à son épilogue. Un début d'histoire classique, l'humanité qui s'embarque dans un vaisseau-monde (que n'aurait pas renié Arthur C. Clarke dans son magnifique Rendez-vous avec Rama) pour un voyage de vingt siècles. Ce que je ne comprends pas trop, c'est pourquoi, même si un long temps a passé, le commun des mortels de cette Arche n'a pas été préparé à l'arrivée sur une planète potentiellement habitable. Peut-être pour éviter la désillusion si la planète se révèle inhospitalière ? Il y a une ou deux choses, comme ça, qui m'échappent. Bref, nous voilà dans cette histoire typiquement Leorodolphienne, avec un petit groupe d'éclaireurs sur une planète forcément un peu hostile, avec un mystère civilisationnel en arrière-plan. Et bien sûr il y a des tensions d'entrée de jeu entre les membres du groupe, dont certains ont été imposés... Les tensions entre membres d'un petit groupe, le souci d'une nature respectée, et même une scène de sexe (mais qui se justifie autrement que pour du soap opera, pas de doute, le cahier des charges est respecté :) ) La nouveauté, c'est l'arrivée de Zoran Janjetov comme dessinateur. Plus habitué aux intrigues complexes à la Jodorowsky, avec un graphisme parfois un peu difficile à décoder, il doit changer sa nature pour illustrer ce récit qui émarge toujours dans la SF, mais dans quelque chose de plus conventionnel. Il y a pourtant, de loin en loin, des réminiscences des "Technopères", notamment sur les visages de ses personnages, mais dans l'ensemble il a réussi à simplifier son dessin. L'ensemble se lit de façon assez agréable, mais j'avoue que s'il n'y avait pas le mystère sur une éventuelle présence intelligente sur la planète, je la classerais dans le tout-venant du genre.

24/04/2015 (MAJ le 28/08/2016) (modifier)
Par Ro
Note: 3/5
L'avatar du posteur Ro

Avec Centaurus, on retrouve la thématique chère à Léo de la Planet Fantasy, la découverte et la visite d'une planète mystérieuse, avec sa faune, sa flore et ses dangers. Cette fois, c'est l'histoire d'un vaisseau-monde humain, cylindre O'Neill aux dimensions n'ayant rien à envier au Rama d'Arthur C. Clarke, qui achève son voyage en arrivant en orbite autour de la planète soeur de la Terre que les terriens ont choisi comme nouveau monde d'adoption. L'originalité du récit tient au fait qu'il mélange deux intrigues. D'un côté, il y a cette découverte de la nouvelle planète et d'une civilisation mystérieuse qui la peuplait ou la peuple encore, avec ce qui pourrait bien être un danger emprisonné en son sein. Et d'un autre côté, il y a l'intrigue de quelque chose qui s'est introduit secrètement il y a de nombreuses années dans le vaisseau des humains et pourrait bien être à l'origine des pouvoirs surnaturels de l'une des héroïnes du récit. Qui ? Quoi ? Pourquoi ? Les auteurs se garderont bien évidemment de tout révéler trop vite pour tenir le lecteur en haleine. Et ça marche assez bien car la lecture, même si elle n'évite pas son lot de clichés dans ce genre déjà assez visité, est plutôt prenante et divertissante. Les personnages sont un peu caricaturaux mais pas dénués d'intérêt. Il y a quelques bonnes idées et l'envie d'en savoir plus. Le dessin de Janjetov, par contre, m'a un peu rebuté au départ. En effet, j'y ai retrouvé sur ses personnages trop de tics graphiques dont il avait fait preuve dans la série Les Technopères et j'ai régulièrement eu l'impression de voir surgir des visages directement issus de cette autre série qui avait fini par énormément me décevoir. En outre, en essayant de donner au dessin un style plus sobre, plus réaliste, il utilise des hachures assez laides pour faire ses ombrages et on encrage parait indécis et changeant. Je n'ai donc pas été charmé par le dessin même s'il remplit bien son oeuvre et sert comme il faut la narration. Je lirai la suite par curiosité.

20/01/2016 (modifier)
Par sloane
Note: 3/5
L'avatar du posteur sloane

Ah que cette arche est belle et comme le dit Spooky dans son avis ; cela bien sûrr ne peut que faire penser au fabuleux roman qu'il cite, d'ailleurs je suis un peu déçu, j'aurais aimé en savoir plus sur ce monde cylindrique. Bon c'est bien sur pas le sujet. Au scénario Rodolphe et Léo, donc gage de qualité, voilà deux gars qui savent raconter une histoire qui tient debout. Assez peu adepte du dessin de Léo que je trouve un poil figé, sans réelle expression sur les visages notamment, c'est plutôt avec plaisir que j'abordais ma lecture voyant que ces messieurs s'étaient adjoint les services de Janjetov pour le dessin. Aïe, double aïe. C'est quoi cette idée bizarre de dessiner un gars avec des hachures sur le visage et la case suivante d'oublier les dites hachures ? Mon impression est que ce gars est semble-t- il plus à l'aise dans les décors que dans les humains. Ici et je ne parle pas que de l'arche, le bref aperçu de la planète Vera laisse supposer de bien belles choses. Or donc voila la raison de mon "pas mal", mais rien ne dit qu'en lisant la suite je ne fasse évoluer les choses, je le répète le scénario est béton et les possibilité très bonnes, Messieurs Léo et Rodolphe ne nous ont pas habitués à foirer les choses !

29/12/2015 (modifier)