Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

Naplouse

Note: 1/5
(1/5 pour 1 avis)

Jeune coréenne, Sun part retrouver son ami Eric, photographe américain en mission en Palestine. Elle découvre alors les terribles conditions de vie dans les territoires occupés et plus particulièrement dans la ville de Naplouse.


Graffitis Le conflit palestinien Manhwa Proche et Moyen-Orient

Jeune coréenne, Sun part retrouver son ami Eric, photographe américain en mission en Palestine. Elle découvre alors les terribles conditions de vie dans les territoires occupés et plus particulièrement dans la ville de Naplouse. Intriguée par les fresques peintes sur le mur de la honte, elle enquête afin de rencontrer leur mystérieux auteur. Il s'agit de Nasser, un jeune palestinien étudiant en Arts. Tandis que nombre de ses amis s'engagent dans la lutte contre l'armée israélienne, lui préfère dénoncer la politique de l'état hébreu dans ses oeuvres. Mais en Cisjordanie, violence et injustice, vengeance et désespoir n'épargnent personne et chacun devra faire face à ses engagements tôt ou tard.

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 15 Novembre 2007
Statut histoire Série abandonnée (initialement prévue en 2 tomes) 1 tome paru
Couverture de la série Naplouse
Les notes (1)
Cliquez pour lire les avis

27/12/2014 | Ro
Modifier


Par Ro
Note: 1/5
L'avatar du posteur Ro

Je n'ai pas réussi à finir le premier tome de ce manhwa. Lire un récit instructif ou plein d'émotion sur les conditions de vie dans les territoires palestiniens occupés aurait pu m'intéresser, mais j'ai été complètement rebuté par la forme et le ton de ce récit. C'est sirupeux, pathétique et très confus. Le graphisme est dans un style esthétique où chaque personnage semble sorti d'un défilé de mode, avec des visages tous similaires et impossibles à différencier. Le récit joue la corde des combattants romantiques dans une situation très manichéenne. La narration est embrouillée, alourdie par des dialogues trop souvent doucereux, et je n'ai jamais réussi à entrer dans le récit qui m'a été pénible dès les premières pages. On a là l'antithèse d'une BD aussi bien foutue et intéressante que Gaza 1956, en marge de l'histoire qui traite pourtant du même sujet, à une autre époque. Je ne suis guère surpris que la publication ait été abandonnée dès le premier tome alors que la série se terminait dès le second au Japon.

27/12/2014 (modifier)